Grand débat : Les citoyens doivent-ils se résoudre à assurer leur propre sécurité ?
Homme armé d'un fusil, Sicile (Crédits : Wikimedia CC).

Grand débat : Les citoyens doivent-ils se résoudre à assurer leur propre sécurité ?

  • Le 22 août 2013 à Marignane, Jacques Blondel, 61 ans, s’en prend à deux hommes armés venant de braquer un bureau de tabac. Il est tué à bout portant par l’un des voyous.
  • Le 11 septembre 2013 à Nice, Stephan Turk, un bijoutier de Nice, abat un jeune homme de 19 ans qui venait, avec un complice, de braquer sa bijouterie en le menaçant à l’aide d’une arme.
  • Le 30 septembre 2013 à Marseille, un buraliste du XIIe arrondissement tire à blanc sur son agresseur, armé lui-aussi, et le blesse à la jambe.

Ces faits divers qui s’enchaînent depuis un peu plus d’un mois soulèvent, au regard des commentaires ahurissants entendus dans les médias, une question fondamentale. Au-delà de l’autodéfense des commerçants, c’est l’autodéfense des citoyens en général qui doit être soumise à la réflexion. L’une des libertés les plus fondamentales de nos sociétés dites évoluées est le droit à la sécurité. Les États-Unis ont fait du port d’arme et du droit de tout citoyen de se défendre leur IIe Amendement :

« Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé. »

Or force est de constater aujourd’hui que notre sécurité, que nous avons déléguée en toute confiance à la police et à l’État, est de moins en moins assurée. Partout les agressions, les vols, les viols, les braquages se multiplient. La police reçoit des consignes pour ne plus entrer dans certains quartiers, jugés trop « sensibles », préférant abandonner les habitants à la loi des trafiquants.

Devant cette montée de l’insécurité et ce laxisme gouvernemental, il convient de se poser la question de l’autodéfense et du port d’arme. Les Américains, historiquement méfiant à l’égard de l’État fédéral, considèrent leur droit de s’armer comme une liberté individuelle de protéger leur maison, leur famille, leur vie. Et il n’est plus nécessaire de démontrer que l’insécurité ne découle en rien de cette liberté : au contraire, « dans un pays où les armes sont hors-la-loi, seuls les hors-la-loi sont armés ». On le constate dans nos cités, armées jusqu’aux dents quand le citoyen de base n’a rien pour faire face, pas même une police pour le protéger.

Lire notre article : L’aberration du raccourci « arme à feu – criminalité »

Quelles solutions face à cette problématique ? La France n’est pas les États-Unis, mais la comparaison est intéressante. Devant l’insécurité croissante et le laxisme ambiant, le débat s’impose :

Les citoyens doivent-ils se résoudre à assurer leur propre sécurité ?

C’est à vous !

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 9.8/10 (44 votes pris en compte)
Grand débat : Les citoyens doivent-ils se résoudre à assurer leur propre sécurité ?, 9.8 sur 10 basé sur 44 ratings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim, Présent.

22 commentaires

  1. Avons-nous le choix??

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 2.5/5 (4 votes pris en compte)
    • Devant une telle insécurité, nous devons réagir et prendre nos dispositions pour protéger nos familles et nos biens, dans ce Pays plus personne ne prend ses responsabilités, la justice n’existe plus, l’état est complètement dépassé ,la police également! et malheureusement les choses vont empirer! nous n’avons pas le choix nous devons nous armer! ou disparaître  cqfd……

      VA:F [1.9.22_1171]
      Avis: 4.6/5 (10 votes pris en compte)
  2. Le citoyen délègue à l’Etat la défense de ses droits, de sa vie, de ses biens et de sa famille. Si l’Etat n’assure pas ce rôle, le citoyen peut (et doit) à tout moment retirer à l’Etat la procuration qu’il lui a donné. L’Etat a des devoirs. S’il ne les assume pas, il doit rendre des comptes. Le président n’est pas de droit divin, il n’est qu’élu par et pour le Peuple. La République est l’affaire du Peuple. Sans adhésion du peuple, plus de république.
    Soit nous changeons de système de justice pour mettre en place une société où les coupables sont réellement et sévèrement punis (avec remise en place de la perpétuité – jusqu’à la mort – et de la peine de mort) et où les victimes ne jouent plus le rôle de « coupables d’avoir tenté ce pauvre voleur/violeur/meutrier et de l’avoir ‘obligé’ à commettre un crime pour obtenir le bien qu’il désire posséder sans travailler pour l’avoir » , soit nous changeons d’Etat, mettons à bas la République et reprenonsle droit vital de défendre nos vies, nos familles et nos biens.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (14 votes pris en compte)
    • Je suis assez d’accord vous. je ne suis pas vraiment en faveur du port d’arme en France. Je préférai quand la police et la gendarmerie avait la crédibilité, les moyens d’agir ce qui en faisait une force de dissuasion indiscutable. Aujourd’hui il faut se rendre à l’évidence, il y a des zones de non droit, une partie de la population ne respecte plus la police… Que faire?
      J’ai passé 1 an au Texas, la bas beaucoup on une arme dans la voiture, il y a comme une sorte de paix sur les routes, personne en klaxonne au feu.. et bizarrement en fréquentant tous les lieux de nuit de Dallas à raison de 2 fois par semaine, je ne me suis jamais senti autant en sécurité que la bas. (une voiture de police devant chaque bar, sans exception, ça aide forcement…)
      D’un autre coté, quand on regarde le JT local, les fusillades et braquages de station essence avec tirs sont vraiment récurents. De même que les accident domestiques…
      Donc sentiment ambivalent sur les armes, on se dit, j’aimerai bien en avoir une pour me défendre et pouvoir aider quelqu’un se faisant attaquer. Je me sent suffisamment mature et entrainé pour en avoir une (Texas oblige…) mais ne suis pas prêt à ce que tout le monde en ait une. Je ne vois pas bien sur quel critère rationnel on pourrait faire. J’aime bien le modèle suisse, citoyen milicien, et j’ai la conviction que le fait qu’ils soient armé fait en sorte que leur gouvernement les respectent un peu plus…




       

      VA:F [1.9.22_1171]
      Avis: 5.0/5 (1 vote pris en compte)
  3. Je suis pour le port d’arme par les citoyens ayant passé un permis idoine comme le permis de conduire. Ainsi les forts et les malfaisants réfléchiront à deux fois avant d’agresser le plus faible. Cela s’appelle la dissuasion . En outre cela permettrait de diminuer les fonctionnaires de police et de gendarmerie et notre fameuse dette nationale s’en trouverait que diminuée. Mais c’est une utopie  car le citoyen type voulu par nos états démocratiques doit être un zombie, un irresponsable , un individu formaté par des intérêts supranationaux qui nous dépassent . Mes propos ne sont pas ceux d’un extrémiste de droite , mais d’un citoyen lambda, hélas toujours  de gauche.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (9 votes pris en compte)
    • Je vous ai mis la totalité des points, pour la pertinence du propos, mais tout de même:
      _ Je doute que l’on doit se résigner à renoncer aux structures de défense de la nation (l’armée et la police), qui font notre souveraineté, au nom d’une dette. Endiguer la dette par le sacrifice de ce qui fait la France me semble être une manière de laisser la dictature muette du marché prospérer.
      _ Je doute du pouvoir de dissuasion de l’armement des citoyens. L’exemple des États-Unis le montre selon moi.

      La gauche n’est pas synonyme de laxisme, il fut un temps où la gauche n’était pas dans le jeu des victimes, n’avait pas peur d’appeler un chat un chat. Il suffit de relire les critiques de Sartre et Camus sur la déresponsabilisation.

      VN:F [1.9.22_1171]
      Avis: 2.0/5 (4 votes pris en compte)
      • A part quelques tueries de fous furieux, la majorité des crimes par armes à feu aux USA se produit entre voyous, bandes, gangs…
        Il ne va de même en France.
        Et en effet, un voyou y regarde à deux fois quand il sait qu’en face sa victime peut être armée.
        En France, une chose est certaine: La majorité des victimes par arme blanche, c’est le citoyens lambda. Car en effet, pas de risque donc pas besoin de sortir le gun face à un agneau sans aucune défense, même plus indirectement celle de l’état…
        Les suisses sont armés: Quel problème cela pose-t-il ?


         

        VA:F [1.9.22_1171]
        Avis: 4.4/5 (7 votes pris en compte)
  4. Un État, qu’il soit libéral ou providentiel, a pour fonction essentielle, la sécurité de ses membres. Même le minarchisme n’exclut pas cette fonction régalienne. Dieu sait que ce rôle est mis à mal par des moyens de répression au combien devenus ridicules (prévention, pédagogie, complaisance voire même abandon pur et simple…) compte tenu des situations de barbarie auxquelles nous sommes confrontées. Il est temps pour la France de ne plus avoir peur d’instaurer la discipline dans les esprits, faire régner à nouveau l’autorité et la promouvoir, faire régner la violence légitime car expression de la volonté populaire. Il s’agit bel et bien du cœur du Contrat Social de Jean-Jacques Rousseau dans son ouvrage éponyme:  << Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale.>> Il faut s’accorder sur le fait que l’État, que l’on soit pour ou contre, doit avoir le dernier mot: « Convenons donc que force ne fait pas droit, et qu’on est obligé d’obéir qu’aux puissances légitimes ».

    Ensuite, je ne soutiens pas l’idée d’étendre la violence légitime aux citoyens, hors du cadre spécifique de la survie. La vengeance ou la peur ne sont pas des critères de légitimité. L’équipé d’une arme à feu peut être sain et honnête homme ou honnête femme, personne n’est exemplaire en toute situation. Les règles de la légitime défense sont bien définies et justes. Elles permettent d’éviter des dérives, des accidents, de sauvegarder la vie au maximum. Ne souhaitons pas un monde où les tirs empoisonnent le quotidien, mais plutôt un système judiciaire égalitaire, dissuasif , répressif, efficient. Une politique d’intervention immédiate en matière de police est aussi souhaitable. Cela réclame de fait, en l’état, un déploiement exceptionnel, mais l’orchestrer est la solution la plus adéquate.

    Comme cela cela est explicité, comparaison n’est pas raison : nous patriotes Français soutenons globalement l’idée d’un État fort, répudions l’idée de l’État fédéral. La culture cow-boy n’est pas la notre : confier notre force à l’État : là est le raisonnable.  Il me paraît cohérent dans notre parangon du pouvoir de souhaiter que le force viennent d’en haut : « On n’a pas su faire que le juste soit fort, on a donc fait que le fort sois juste » a dit Pascal. La force gagne a être centralisée. D’autre part, le trafic d’arme sera peut-être grossi et aucunement endigué par cela.
    Ce débat prend sa source dans l’inaction de l’État. Rendons-lui son action, plutôt que de chercher à la déléguer à l’individualité, qui n’est pas traditionnellement française.

    Au fond souhaitons-nous une <<guerrette>> permanente ? Où une lutte étatique pour la paix civile ?

    PS : Je salue le courage des trois justiciers. Pour le bijoutier niçois, il doit être jugé pour meurtre mais les circonstances atténuantes sont indiscutables. La clémence , la compassion, est ici justifiée.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Avis: 4.4/5 (7 votes pris en compte)
  5. L’utilisation des armes n’est pas toujours nécessaire ; des malfaiteurs ayant connaissance que les propriétaires d’une maison ou d’un commence sont armés devront réfléchir avant d’agir. C’est un peu le concept de l’équilibre des forces : il y aura des armes (qu’elles sont personnelles ou atomiques) et il y en aura toujours ; reste à savoir comment équilibrer les forces armées.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 4.8/5 (4 votes pris en compte)
  6. Assurer « sa propre » sécurité consiste à agir seul face à un danger. Si l’on commençait par se grouper et s’entraider en surveillant son environnement, en s’organisant pour décourager le ou les agresseurs… comme on peut le faire tacitement dans un quartier, dans un immeuble.
    La solitude des citadins conduit à leur vulnérabilité.
    L’auto-défense c’est se résigner à agir seul pendant une agression. Or la peur, le choc, conduit à des agissements incontrôlés. Le risque est trop grand de perdre la vie lorsqu’on possède une arme.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 3.0/5 (6 votes pris en compte)
  7. depuis quand la France n est plus en sécurité ? qu elle est la communauté qui est au hit parade des agressions ,des meurtres ,de la petite et grande délinquance et en prisons ? !!!.c est bien beau d avoir écouté les capitalistes et patrons avide d économie sur les salaires ,pour cela les gouvernant socialistes et la droite n a pas hésité pour faire plaisir à ces pourries de tuer notre avenir .une fois avoir bien pressé comme des citrons les immigrés qu ils ont parqué dans les citées HLM de banlieues et de les insulter ( le bruit et l odeur —jacques Chirac ) -( passer le coup de KARCHER Nicolas Sarkozy )-ils ont laissé à l abandon la descendance en échec scolaire devenir dealer voleur , etc ,et aujourd’hui encore baisse les bras ou leurs lèche le cul .une grande majorité ne se reconnaissent pas français ,hurle nique la France ,ont des exigences religieuse ,donc si le mode de vie des français leurs cultures ne leurs conviennent pas ,beaucoup de pays qui ont leurs cultures sont près à les accueillir .    

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (1 vote pris en compte)
  8. quand un pays aussi sévère au temps des misérables ,devient des poules devant la mafia ,que la police se fait trouer la peau pour rien ,et que des délinquants arrive au gouvernement ,le pays est perdu . 

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (2 votes pris en compte)
  9. Le pouvoir a abandonné le peuple qui l’a élu en pâture aux loups

    Nous, pays des droits de l’homme, dont la déclaration déclare dans son article 12 que « la garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée ». La République des élites a failli à ce devoir, car grevée de repentance, d’humanisme et autres raisonnements bien pensants, elle a laissé la « victime de l’histoire et du système » se faire souverain tout puissant en son royaume

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (2 votes pris en compte)
  10. Non, on ne devrait pas avoir à assurer sa propre défense.
    En arriver là, c’est un échec patent des gouvernements et la mort de la démocratie.
    Devant la disparition de la sécurité des citoyens, l’auto-défense a de beaux jours devant elle, hélas.
    Actuellement, la démocratie n’est plus assurée et on nous demande de rester démocrates devant la dictature de la violence : cela n’est plus possible.
    Il faut se réveiller avant qu’il ne soit trop tard.
    Les citoyens ne peuvent actuellement plus agir, et, secrètement,  espèrent que des hommes de bonne volonté prendront  les initiatives courageuses. Ils sont près à  suivre 

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (2 votes pris en compte)
Revenir en haut de la page