dimanche, 22 octobre, 2017

Julien Rochedy : « Si la jeunesse ne fait rien, tout est foutu »

Alors que le “rassemblement des patriotes” est plus que jamais au goût du jour, Julien Rochedy, président du Front National de la Jeunesse, a répondu à nos questions sur le sujet.

Ce dernier, ayant récemment envoyé une lettre de main tendue au nouveau président de Debout les Jeunes, est au coeur de ce processus qui se jouera beaucoup, selon lui, au niveau de la jeunesse.

 

► Vous avez récemment écris une lettre au nouveau président de Debout les Jeunes dans laquelle vous espérez une union salutaire des patriotes. Votre volonté est-elle, en parallèle avec le dialogue DLR-FN qui s’engage, d’agir à la source, à la base dirais-je, en unissant également la jeunesse ?

Je n’appelle pas à une union politique, car ce n’est pas à moi de la demander ni de l’accomplir. J’estime simplement que la jeunesse à un devoir plus grand que les autres générations car c’est sur elle que la France va s’effondrer, et les petites chapelles sont plus fragiles que les grandes cathédrales.

► Avez-vous eu des retours de DLR ou du président de DLJ ?

Pour le moment, aucun. Mais vous savez, lorsque l’on s’adresse à un responsable, l’on ne s’adresse en vérité moins à lui-même qu’aux militants, lesquels, je le sais, ont conscience de la nécessaire union des patriotes dans les échéances qui arrivent.

► Que pensez-vous à titre personnel des démarches engagées par M. Dupont-Aignan dans le but d’un dialogue et d’un rassemblement autour d’un projet commun des patriotes ?

Tout dialogue est bénéfique. Maintenant, j’espère qu’il ira au bout et qu’il se fera à l’idée qu’il vaut mieux être le général d’une armée victorieuse qu’un grand maréchal à plumes d’une brigade.

► Ce dernier souhaite que votre présidente arrête son « obsession identitaire ». Estimez-vous qu’il porte cette critique à raison ?

C’est une grossière erreur pour au moins trois raisons, une factuelle, une patriotique et une politique. La première, c’est que Marine ne fait aucune « obsession identitaire », elle évoque simplement tous les maux qui affaiblissent notre pays. Le deuxième, c’est qu’il faut sacrément faire l’autruche pour ne pas considérer que notre pays, s’il risque de disparaitre d’un point de vu de sa souveraineté, risque aussi de disparaitre dans son essence, sa cohésion et sa culture. La dernière enfin, c’est que compte tenu de l’immigration massive et de son corollaire qui est l’absence d’assimilation, la question identitaire sera de plus en plus évoquée dans les débats politiques des années à venir.

► Seriez-vous prêt, au Front National, à accepter, quand le moment sera venu, un leader de ce programme qui, éventuellement, ne ferait pas partie du FN ?

Si je me suis rangé derrière Marine, c’est parce que j’estime qu’elle est de loin la meilleure pour parler au plus grand nombre et pour sauver mon pays. Ces choses là peuvent changer avec le temps, je ne suis pas dogmatique, mais Marine a une très longue carrière devant elle, c’est indéniable.

► Quel bilan tirez-vous, jusqu’à présent, de votre expérience médiatique ?

Je suis à la fois content et insatisfait. Content parce que je sais avoir contribué à montrer la véritable image du Front National et celle des jeunes patriotes qui refusent l’avenir que l’on nous promet. J’ai reçu énormément de messages de soutiens et de félicitations. Mais je suis également insatisfait car je suis sûr que j’aurais pu faire passer beaucoup plus de messages. Je me rends compte que j’ai encore beaucoup à apprendre. Quant aux réactions débiles des gens qui délirent sur ce que vous êtes ou ce que vous pensez après vous avoir vu 5min à la télévision, cela me peinait au début, maintenant je m’en fous.

► Avez-vous foi en la jeunesse et quelles sont vos impressions depuis le terrain ?

Je constate que la jeunesse est en train de changer. J’ai reçu des milliers de mails pendant la campagne de jeunes ayant des profils très différents me disant qu’ils avaient compris la nature et l’objectif des mensonges qu’on leur sert depuis qu’ils sont petits. Beaucoup ont voté Marine et beaucoup nous rejoignent. Vous me demandez si j’ai foi en la jeunesse ? Oui ! Et de toute façon je n’ai pas le choix : si la jeunesse ne fait rien, tout est foutu.

Recommandations littéraires

► Quel est votre livre de chevet actuellement ?

Il est rare que j’aie des livres de chevet. J’essaie de lire un maximum lorsque j’ai le temps, comme beaucoup de gens. Je lis tout azimut.

► Si vous aviez un livre à conseiller à nos lecteurs, quel serait-il ?

Pour comprendre la genèse de notre monde, Le siècle de 1914 de Dominique Venner est très intéressant. Sinon, une fois n’est pas coutume, je vais lui faire un peu de pub : Le Marteau, le bouquin que j’ai écrit quand j’avais 20 ans !

 

Propos recueillis par Christopher Lings

 

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.
Revenir en haut de la page