Les coupables de l’agression homophobe du 8 avril n’étaient pas ceux que l’on croit

Les coupables de l’agression homophobe du 8 avril n’étaient pas ceux que l’on croit

Cette affaire sentait la manipulation et la récupération politique à plein nez. Le 8 avril dernier, deux hommes aux relations homosexuelles étaient agressés dans le XIXe arrondissement de Paris alors qu’ils se tenaient par le bras.

Sorti de l’hôpital, Wilfried diffusait son visage tuméfié sur les réseaux sociaux. Devant l’engouement généré par ce partage, il avait, alors qu’il était en arrêt de travail, couru les plateaux télévisés pour parler de son agression et de la méchante France homophobe. Il n’avait pas hésité à faire le lien avec les militants opposés à la dénaturation du mariage, alors même qu’il n’avait aucun souvenir de l’agression, arguant que celle-ci traduisait « quelque chose de notre société, sur ce qui se passe en France depuis pas mal de mois autour du mariage pour tous ».

Causeur vient d’apporter une information cruciale : « nous sommes en mesure d’affirmer aujourd’hui que la police judiciaire parisienne, après un long travail d’enquête, a identifié avec une grande certitude les agresseurs présumés. Et que de manière extrêmement étrange, ils ressembleraient plus à des fans de Sexion d’Assaut qu’à des groupies de Glorious. » En gros, rien à voir avec la « France bien élevée » de la Manif pour tous…

Après l’affaire Méric, brisée dans son élan par la réalité des caméras de surveillance, l’affaire Wilfried vient à son tour de s’effondrer. Les médias et politiques feront-ils leur mea culpa ? Bien-sûr que non. 

Christopher Lings

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 9.4/10 (7 votes pris en compte)
Les coupables de l’agression homophobe du 8 avril n’étaient pas ceux que l’on croit, 9.4 sur 10 basé sur 7 ratings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim, Présent.
Revenir en haut de la page