samedi, 22 juillet, 2017
« La Grande Peur des Bien-Pensants », de la France juive
Georges Bernanos devant sa bibliothèque.

« La Grande Peur des Bien-Pensants », de la France juive

« La Grande Peur des bien-pensants », BERNANOS Georges, 1931 .

Cliquer pour commander.

Cliquer pour commander.

La quatrième de couverture nous dit : « J’ai juré de vous émouvoir, d’amitié ou de colère, qu’importe ? Je vous donne un livre vivant ». Bernanos nous y dresse le portrait d’Édouard Drumont, restitué en un homme par-delà un concept, restitué en son époque.

Que de noirceur ! Que de noirceur révèle ces portraits des politiciens de la IIIe République ! Qui apparaît admirable ? Les radicaux arrivistes qui vendent de la politique comme l’on vend sur un marché ? Les conservateurs qui de compromis en compromis abandonnent les combats de la veille ? Aucun d’entre eux, libéraux, modérés et progressistes presque interchangeables s’allient dans la défense du sinistre régime en place. Bienvenue cher lecteur, dans le monde du copinage, des petits arrangements et du profit ! Ce monde « fâabuleux » du contribuable, prononcerait Édouard Drumont.

« À la différence des hommes de gauche, toujours rustres, qui jettent aussitôt la main au plat, se partagent les morceaux, le conservateur pille discrètement le buffet, s’en va d’un pas solennel, sous les regards différents des serveurs, croquer son butin dans une embrasure, et il se garderait bien d’essuyer sa moustache aux rideaux. »

Se succèdent les candidats caméléons qui changent d’étiquette comme l’on change de chemise. Se succèdent les séminaristes qui ne portent aucune conviction politique suffisamment puissante pour qu’elle survive à l’épreuve des « avancées ». Même le Maréchal Mac-Mahon n’est qu’une « gribouille », incapable d’œuvrer avec ses troupes à la Restauration. Il s’empressa à l’élection de Grévy de le saluer avec une solennité risible, sous les rires dissimulés des journalistes présents.

« Si les monarchistes avaient voulu la monarchie, ils l’eussent faite, au besoin par un coup d’État. Une violence de pure forme n’eut pas dû coûter beaucoup à la conscience des vainqueurs de la Commune [ … ]. »

Drumont, lui, fut de la génération des vaincus de Sedan, qui a enfanté une époque des plus bâtardes. Elle, la « République conservatrice », tira sur les Parisiens après leur avoir demandé tant de sacrifices. Elle, la République anticléricale, fleurie de combinaisons mathématiques et d’arrangements, prospéra grâce au désintérêt du petit peuple français, épuisé par les guerres portant sur des chicanes à ses yeux. Lui, vantait le lien entre les générations et maudissait la volonté tant convenue après la guerre de mettre le passé derrière soi. Il voulut raviver un « cadavre social »1, fut conscient de la témérité de son adversaire2. Il n’« avait » pas une idée, c’est toute une conception de la vie qui le possédait. Il a « regardé en face […] la Mort et […] l’accepte d’avance ». Un homme qui dispose de sa mort au nom de la Vérité ne peut rétro-pédaler. Dieu n’eut pas disparu en lui.

Édouard Drumont

Édouard Drumont

La France Juive de Drumont – colossal ouvrage de mille deux-cents pages recensant trois-cents patronymes en index – fut alors l’expression de la lucidité tragique d’un cœur « vielle France », celui d’un homme de race. L’un des recueils les plus insolents que l’homme n’eut jamais écrit.3 Il était commencé dans toutes les têtes4, il s’acheva par cet homme aux yeux brillants derrière ses rondes lunettes. Le succès fut à la hauteur de la conséquente labeur.

La vision du monde qu’offre ce livre se confirme de même que les années passent. La vanité des modernes, du monde parlementaire, prit un revers fracassant avec l’incroyable affaire de Panama, où se gaspillaient lamentablement les crédits et les hommes, alors que la Nature prenait sa revanche. Et si la Guerre était la conclusion adéquate à un monde coupé du passé, un monde du mensonges ? C’est tout ce monde de l’Argent qu’haïssait Drumont, dont le Juif était l’incarnation. Même l’Église devint contaminée5. Il fut tout aussi critique du tribalisme concernant l’infâme Décret Crémieux.

Maurras reprocha notamment au rédacteur de La France Juive, contributeur de La Libre Parole, et chef de la Ligue nationale antisémitique de France de ne pas apporter la conclusion nécessaire à ses pensées politiques6. Il est vrai : si l’idée de retour à la monarchie sous-tend l’œuvre, le journaliste Drumont propose à son lecteur le récit de la réalité et lui laisse le soin d’en tirer les leçons.

Le génie de Drumont, alors chenu et courbé, s’éteignit à l’occasion de l’inondation parisienne de 1910, non sans que sa plume ne vivote. Il produisit des tas de feuilles qu’il jeta humblement dans les flammes, n’appréciant pas le degré d’amertume de ses textes. Quelques unes sortirent tout de même. Il incarna toute sa vie les petits qui aspiraient à vivre de travail et de prière, parlait en leurs noms.

La Grande Peur des Bien-pensants dispose d’un immense mérite : nous permettre avec Bernanos, prenant appui sur Drumont, de contrecarrer « l’universitarisme » contemporain, affirmant que l’antisémitisme français fut le fruit d’esprits stériles et pathologiques. « Antisémite », est un terme populaire impropre que l’on opposa jadis à un autre que fut « anticlérical ». Impropre puisque les peuples arabes sont tout autant sémites ; impropre puisqu’il fait de la haine du Juif une posture intellectuelle primant sur le rejet de l’argent comme religion universelle. De plus l’antisémitisme de Drumont ne se confond pas à celui de Bernanos ou de Maurras, qui ne se confondent pas eux-mêmes à l’antisémitisme de peau d’Hitler. Ce dernier, comme le dit Bernanos, a « déshonoré l’antisémitisme » de son Vieux Maître, de même que Franco a enlaidi l’idée de Croisade et le nationalisme l’idée de patrie7. Confondre béret de ligueur et chemise brune allie l’inculture à la volonté politique. Par ailleurs, on ne saurait réduire les « antisémites » à leur antisémitisme, leurs pensées étant si riches et philosophiquement si profondes, qu’elles en deviennent intemporelles.

Cet essai, bien qu’enrichi d’une prose mystique et lyrique, est à la portée de tout féru d’histoire moderne. Il permet de voir à quel point La France Juive ne se résume pas à une basse « quenelle », il permet de découvrir plus humainement et sincèrement un mal-aimé de l’Histoire académique.

Anthony La Rocca

À lire également : Bernanos, l’insaisissable

>Nous avons besoin de votre soutien pour vivre et nous développer :

1 DRUMONT Édouard , La fin d’un Monde , Paris, Édition Albert Savine, 1889, 602p.

« Le cadavre social est naturellement plus récalcitrant et moins aisé à enterrer que le cadavre humain. Le cadavre humain va pourrir seul au ventre du cercueil, image régressive de la gestation ; le cadavre social continue à marcher sans qu’on s’aperçoive qu’il est cadavre, jusqu’au jour où le plus léger heurt brise cette survivance factice et montre la cendre au lieu du sang. L’union des hommes crée le men­songe et l’entretient : une société peut cacher longtemps ses lésions mortelles, masquer son agonie, faire croire qu’elle est vivante encore alors qu’elle est morte déjà et qu’il ne reste plus qu’à l’inhumer ».

2 DRUMONT Édouard, Le Testament d’un Antisémite, Paris, Édition E. Dentu, 1891, 486p.

« L’organisation actuelle a d’ailleurs cette force qu’elle ne peut être ni restaurée ni améliorée […] Où voulez-vous qu’une idée si élevée prenne dans une société aussi pourrie ? Essayez de planter un clou dans une masure lézardée et rongée par l’humidité et le salpêtre, vous n’y réussirait pas […] ».

3 « Je vous tiens ! » crie chaque ligne du seul livre d’Edouard Drumont qui respire la joie ».

4 DRUMONT Édouard, La France juive devant l’opinion, Paris, P C. Marpon & E. Flammarion, 1893, 308 p.

« Cette France juive combien parmi mes confrères l’avaient commencé avant moi et s’étaient arrêtés au premier feuillet parce que la femme, en devisant le soir […] leur avait dit que le petit grandissait […]. »

5 DRUMONT Édouard, Sur le chemin de la vie, Paris, Edition Georges Crès, 1914, 316 p.

« Les riches tiennent la place prépondérante dans cette Église qui a été fondée par les pauvres »

6 DARD Olivier, LEYMARIE Michel , MC WILLIAM Neil, Le maurassisme et la culture, Lille, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du septentrion, 2010. 370 p.

7 Bernanos  « A propos de l’antisémitisme de Drumont » (1939)

« S’il plaît à M. Hitler de dégrader l’antisémitisme de mon vieux Maître, qu’importe ? Le nationalisme ne dégrade-t-il pas l’idée de Patrie ? […] Le général Franco et Leurs Excellences, le nom de Croisade ».

A propos de Anthony La Rocca

Jeune patriote français, étudiant républicain réactionnaire amoureux de notre patrimoine culturel. Je crois que la France a un destin particulier, je refuse qu'elle soit diluée dans le concert des nations. Sur une ligne bonapartiste, je suis favorable à une synthèse entre tradition et progrès, à un État puissant, autonome et bienveillant, représenté par un homme providentiel. Il s'agit tout autant de s'opposer à la xénophilie de nos élites, de sauvegarder une civilisation, de favoriser le progrès social. Je consulte le Bréviaire des patriotes régulièrement.

6 commentaires

  1. Excellent texte, faites attention tout de même a ne pas être trop visible en ces temps obscures, vos prises de position pourraient au delà d’être mal comprises être mal vues par certaines autorités.

  2. Vous maniez l’art de la pirouette.
    Allez-y franchement et sans détours, faites-nous plutôt un commentaire de l’oeuvre et « du génie » (…) de Drumont, plutôt que de faire de « La grande peur des biens-pensants » un marche-pied à votre couardise.

    « Le péché originel, c’est l’oubli de l’origine…Mais le péché originel du nationalisme français fut l’oubli de l’origine juive de la France, ce gène déposé au principe de son histoire, et au coeur exact de sa vocation singulière…
    Depuis l’importation peut-être légendaire du christianisme en Provence par Marie de Magdala, la structuration des heures par le chant des psaumes des grands ordres religieux, le rappel incessant de la piété mariale sur cette terre-là depuis le temps des cathédrales, et l’invention de la chevalerie se taillant ici-bas son royaume, de Jérusalem à Jeanne d’Arc, « notre Judith »…La France est juive, et elle le restera ou elle disparaîtra si elle devait cesser de l’être, voilà tout. »
    O.Véron -L’Avenir du printemps- Ed. Les Provinciales

    • Christopher Lings

      « La France est juive. »

      Si on l’entend au sens de sa nature ou de ses origines : merci pour cette bonne partie de rigolade.
      Si on entend par là un constat actuel : je ne vous le fait pas dire.

    • Ce n’était pas mon but, je trouvais intéressant d’avoir un point de vue peu conventionnel sur Drumont. Celui de Bernanos, qui n’a jamais renié sa jeunesse littéraire, ce qui lui a coûté cher. J’ai voulu contrebalancé ce qui est communément admis. La thèse que je défend est que les antisémites ne méritent le portrait vigoureusement à charge qu’on leur fait de nos jours. Pour ma part, je me contente de pester contre l’oubli des valeurs et la démission de la France; de maudire Terra Nova. En cela, je peux parfaitement reprendre Charles Péguy qui lui fut philo-sémite. C’est une question bien plus englobante que le seul problème juif.

      Aujourd’hui je crois que cet enjeu est dérisoire. « Les sionistes » seraient à la fois universalistes et ultra-nationalistes racialistes… Je ne pense pas que ce soit un bon angle d’attaque. Enfin, que penserait « la communauté juive organisée » ? Qu’importe, je défend mon camps. Celui de la tradition française, que rejoint aujourd’hui de plus de plus de Juifs.

  3. Le problème quand on veut manier des concepts, est d’oublier leurs origines et de produire des débats hors-sols. L’antisémitisme est une invention. La bien-pensante est une invention. Juste des concepts destinés à gaspiller de l’énergie inutilement.
    Mais qui dit invention, dit volonté, projet. Voilà qui donne un sens à ces débats et permet d’envisager une sortie ou solution. A moins qu’on se trouve bien à tourner en rond dans le manège.

    • Les concepts sont bien des outils pour comprendre le monde. Si on les « déconstruit » tous, il ne reste rien et on s’éprend du péché de la nuance surfaite.

      Il est vrai qu’il y’ a toujours un projet politique derrière. Par exemple les opposants au concept de « racisme anti-blanc » ont une vision culpabilisante et post-coloniale de la réalité.

Revenir en haut de la page