vendredi, 26 mai, 2017

De l’urgence de rassembler les patriotes

Amis, lecteurs, Français avant tout, l’agonie de la France me pousse à la réflexion quant à l’idée d’un renouveau national.

Je fais un premier constat : le peuple français est désagrégé, de l’esprit et du sentiment patriotiques il s’est peu à peu éloigné, sans doute à cause du matérialisme de notre société moderne qui, des valeurs humaines, des traditions, du goût de l’ordre et de la justice, a désintéressé les citoyens.

Mon second constat découle du premier : exacerbant les divisions, divinisant la subtilité des convictions, les authentiques patriotes se livrent eux-mêmes aux basses querelles politiques. Il y a ainsi un véritable gouffre entre la manifeste volonté d’union, exprimée par certains, et la réalité des courants nationaux qui n’ont aucune envie de s’allier. Pourtant, sans union, une victoire est peu envisageable ; elle apparaîtrait même comme un miracle, tellement, les passions contradictoires trouvant toujours motifs à gesticuler, elle semble improbable. Je pense qu’il manque aux patriotes la discipline qui règle les partis esclaves – l’UMP, le PS, le Centre -, qu’il manque, en fait, la conscience de l’intérêt premier : l’intérêt de la France.

Oui, vous êtes patriotes, vous ne cessez de le clamer, mais il faut que tous vos actes, que tous vos placements aient pour seul objectif le redressement de la France. Vous êtes patriotes, néanmoins vous restez campés dans vos positions, voilà ce que je déplore. Républicains de gauche, laïcs, héritiers de la Révolution ; monarchistes, attachés à l’ordre naturel des choses, à la tradition et à la continuité ; bonapartistes, gaullistes, amoureux de l’unité nationale, de la conciliation, de la transcendance ; enfin, vous tous qui, patriotes mais enfermés dans vos particularités, n’osez franchir le pas d’une Grande Alliance, brisez cette porte, il n’est point de murailles entre nous que des murets fragiles. Je sais, vous attendez quelque apparition divine, vous croyez en l’Homme providentiel, mais il n’est point, pour l’instant, de sauveur ; elle n’est point là la source qui, d’elle-même, nous souderait peut-être malgré nous, c’est pourquoi nous devons construire entre nous des ponts, nous unir sur l’essentiel : l’amour pour la Patrie.

Chers amis, à défaut de faire le choix du cœur, faites, du moins, celui de la raison, assurez la victoire du parti national le mieux placé, et vous verrez un moindre sacrifice – celui de votre sensibilité partisane – récompensé par la reconnaissance, si ce n’est la victoire, du patriotisme. Pour la France, je vous prie de choisir le Rassemblement Bleu Marine !

Nostalgie Impériale

 

A propos de Nostalgie Impériale

Nostalgie Impériale
Je me considère d'abord comme un bonapartiste "Ratapoil", c'est-à-dire réactionnaire ; je suis bien évidemment un passionné des deux Empires. J'aime la littérature de qualité, française de préférence, et j'apprécie la philosophie. Mes maîtres sont : Balzac, Stendhal, Barrès et bien d'autres... J'ai une sainte horreur des remises en cause inutiles, et des idéologies du "bougisme" stériles et stérilisantes.
Revenir en haut de la page