Forces Spéciales, et le reste ?

forces speciales« Forces spéciales », « commandos d’élites », « hommes surentraînés », « commandos de l’impossible », le vocabulaire hyperbolique hantant l’imaginaire collectif ne manque pas pour désigner ces groupes restreints de combat. Devenus la figure de proue de l’Armée de Terre française, ce sont les seuls rescapés du Livre Blanc de la Défense paru le 29 avril 2013 au détriment des régiments plus conventionnels.

Le savoir-faire des Forces Spéciales n’est ici en aucun cas remis en cause. L’exemple contemporain de « l’intervention au Mali », selon l’euphémisme des médias, prouve l’efficacité des effectifs du Commandement des Opérations Spéciales (COS). Rassemblant la Brigade des Forces Spéciales Terre (BFST) à Pau, le Bureau des Forces Speciales Air (BFS) et la Force Maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO) basée à Lorient, ces soldats sont les premiers à partir en opérations extérieures. Renseignement, libération d’otages, guérilla ou encore contre-guérilla, ils sont autonomes et accomplissent des missions à haut risque pouvant aller de quelques jours à plusieurs semaines. Les Forces Spéciales sont donc très utiles et la France a rattrapé en partie le retard qu’elle avait dans ce domaine : pour plus d’informations, je conseille fortement « Une histoire des Forces Spéciales » de Jean-Dominique Merchet. Et non, votre serviteur ne touchera pas de rétro-commission si vous achetez ce livre. N’est pas homme politique qui veut.

« La dimension interarmées du commandement des opérations spéciales (COS) sera confortée », le Livre Blanc est on ne peut plus clair. S’ajoute à cela, un culte du renseignement, là encore totalement justifié. Cependant, les Forces Spéciales ne seraient-elles pas non plus un effet de mode ? Des hommes hauts en couleurs comme Marius des commandos Marines ont fait la gloire de leur régiment. S. Rybojad l’a d’ailleurs choisi pour jouer dans son film « Forces Spéciales ». Tout un programme pour ce Rambo français croisé à la sauce Mel Gibson qui a tout de même le mérite d’être réaliste et de rappeler la réalité de la guerre menée par les soldats français en Afghanistan.
De plus, au-delà d’un effet de mode, les Forces Spéciales peuvent donner l’impression de faire la guerre à moindre coût : effectif réduit, déplacement plus rapide, moins de logistique ; la France a tranché en augmentant considérablement les effectifs du COS, c’est-à-dire environ 4000 hommes. Ce qui n’est pas un mince exploit tant depuis 2009 les Forces Spéciales s’avère être en « sous-effectif » selon les dires officiels de l’armée. Le nœud du problème est le suivant : on délaisse les régiments « réguliers », or ce sont de ces régiments que proviennent principalement les futures recrues de nos corps d’élite. Un exemple ? Aux prémices de la guerre en Afghanistan, certains Véhicules à l’Avant Blindé français (VAB) étaient fermés avec des tendeurs ! Au Mali, les semelles des Rangers fondaient avec la chaleur. En ce cas, les militaires utilisent du Chatterton afin de joindre les deux bouts… L’armée française a pour réputation d’être débrouillarde, mais le marasme économique atteint des sommets si les erreurs de versements de soldes liées au logiciel Louvois s’ajoutent au manque d’équipement et de logistique.

Ainsi, les Forces Spéciales, véritables joyaux des troupes françaises, pourraient devenir aussi un cache-misère. La Grande Muette subit la crise économique et financière. C’est ce qu’il faut retenir du Livre Blanc de la Défense. Excepté le budget et les suppressions de poste, le reste n’est que banalités ou consensus. Aucune véritable stratégie militaire pour les régiments, il n’y a plus qu’à espérer que la future loi de programmation militaire lève ces zones d’ombre.

Geoffrey Clémençon

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 9.3/10 (3 votes pris en compte)
Forces Spéciales, et le reste ?, 9.3 sur 10 basé sur 3 ratings

A propos de Geoffrey Clémençon

Geoffrey Clémençon
Ancien khâgneux dans l'Auvergne, actuellement en école de journalisme à Marseille. Passionné de et par l'armée de terre, la littérature, l'histoire, la géographie, le sport, les journaux, les sites et les jeux-vidéos. J'essaie de répondre à chaque lecteur. Pas toujours évident. Me suivre sur twitter : @apprentiscribe
Revenir en haut de la page