mardi, 25 juillet, 2017
Notre dessinateur revient en bande-dessinée sur cinq clichés et contrevérités historiques.

De Gaulle était-il antisémite ?

« Vous savez, ma chère, que Napoléon, c’est déjà Hitler? » Les légendes, contrevérités, clichés et billevesées sur l’Histoire de France se multiplient. Insidieux et nombreux, ils profitent de l’érosion des programmes scolaires et de la bien-pensance pour se répandre.

Le Bréviaire des patriotes et son dessinateur Bastien Moselly vous proposent un feuilleton d’une semaine ou il sera évoqué cinq polémiques concernant nos grands personnages historiques afin de donner aux jeunes et aux moins jeunes des arguments pour combattre les idées reçues. Ce samedi, tâchons de répondre à celle-ci : De Gaulle était-il antisémite ?

degaulledef

 

Tous droits réservés. Reproduction et utilisation interdites.

 

A propos de Bastien Moselly

Je suis un étudiant en art, passionné d'Histoire (de France, en particulier), un lecteur de Jacques Bainville et un amateur d'Adam Smith. Je milite au sein de Debout la République depuis les présidentielles de 2012.

7 commentaires

  1. Charles de Gaulle : « Vous savez depuis quand les Américains se sont décidés à reconnaître Israël, ce qu’ils avaient refusé jusque-là? Depuis qu’ils appris qu’Israël avait sa bombe. Même s’il ne la pas essayée, il la possède. Et c’est nous qui la lui avons fournie* !
    Naturellement, gardez tout ça pour vous. »
    Alain Peyrefitte (en off): « Il reste un instant silencieux. Il ne veut pas en dire davantage sur ce secret d’État et regrette peut-être de m’en avoir trop dit. »

    * En octobre 1958, alors qu’il préparait secrètement une attaque franco-anglaise à partir de Chypre contre la canal de Suez, le gouvernement Guy Mollet – Bourgès Maunoury pressait les Israéliens de s’associer à l’opération. Ils s’y refusaient. La seule raison qui pourrait les décider, c’est que la France s’engageât à associer les savants israéliens aux recherches sur la bombe A, que Pierre Mendès France, en décembre 1954, avait décidé de pousser, Guy Mollet, au bout de quelques jours, accepta cette conditions. Israël non seulement entra en guerre dans les jours où les Franco-Britanniques arrêtaient leur attaque et se retiraient sans gloire, mais la coopération franco-israélienne pour les applications militaires de l’atome se poursuivit jusqu’à ce que le Général l’ait apprise. Il l’arrêta aussitôt, comme il l’avait dénoncé, dès le début de juin 1958, l’accord Chaban-Delmas-Strauss pour une fabrication franco-allemande de la bombe atomique.   – Alain Peyrefitte

    « C’était de Gaulle » Tome II page 114 d’Alain Peyrefitte, Académicien.

    Quand on creuse un peu, on trouve toujours une raison…                                                                                                 

  2. Bonjour
    Pour ma part je ne le pense pas, quand il a fait ces déclaration c’était pour ( a mon sens ) critiquer ouvertement les Français qui de tous temps moyen ages compris on eu des division politique  même de nos jours pas un feras un pas vers l’autre quand un parti et au pouvoir l’autre parti fait tous pour le détruire et aussi de suite … sans se soucier de la penser de la masse populaire
    De toutes les manière Israël aux même titre que le France ou beaucoup d’autre pays sont des peuple guerrier le choix n’est pas laisser a ces pays mais imposer par les agresseurs  JP 

  3. Pour  en revenir à l’article sus-cité , je ne pense pas que le Général fut antisémite;  à Londres n’avait-il  pas près de lui René Mayer?Et comment oublier la façon dont il reçut à l’époque le Premier Ministre Ben Gourion?

  4. j’imagine que de gaulle était dans l’esprit de clermont tonnerre lorsqu’il disait  » Il faut tout accorder aux juifs comme individus et rien comme nation »

Revenir en haut de la page