vendredi, 26 mai, 2017
« Ça se dispute » : émission du 12 décembre 2014
Éric Zemmour et Nicolas Domenach sur le plateau de « Ça se dispute » (capture d'écran I-Télé via VK).

« Ça se dispute » : émission du 12 décembre 2014

Comme chaque vendredi dans « Ça se dispute », Éric Zemmour et Nicolas Domenach débattent autour de l’actualité de la semaine.


Sources : I-Télé / News360x

Commander « Le suicide français » sur Amazon :

zemmour

Vous avez apprécié cet article ? Pour nous soutenir dans notre démarche, participez à notre opération en faisant un don de 1 euro, accompagné, si vous le désirez, d’un petit message de soutien que nous conserverons précieusement.

Cliquez pour donner 1 euro et 1 soutien

Cliquez pour donner 1 euro et 1 soutien

A propos de Le Bréviaire des Patriotes

Le Bréviaire des Patriotes

2 commentaires

  1. Ce qui est flagrant, c’est que d’émission en émission, Domenach parait comme l’homme qui n’a plus rien à rétorqué devant les arguments Avancés par Zemmour sur l’actualité et que la Déconstruction de la France par ses élites devient au fil du temps visible, clair et limpide, la preuve il perd son sang froid, exagère, caricature se sent agressé par tout, a son âge faut qu’il fasse gaffe il est proche de l’infarctus si sa continue ..

  2. Si Rousseau refuse la guerre, c’est parce qu’elle n’a aucun fondement. Voltaire le dénonce très bien lorsqu’il compare ces hommes dont on fauche la vie comme les blés, et ceci pour un seigneur qui lui même livre une guerre contre un autre seigneur… Mais si Rousseau se limite à proposer une sorte de petit manuel du bon soldat, autant dire qu’une guerre comme la sienne, seuls les philosophes pourraient la faire. Car qui mieux que lui pose les bases de ce que peut-être une condition de vie humaine en société – en dehors de tout conflit -, avec pour seule obsession, toujours en toile de fond, la prédominance contractuelle qui lie chaque individu et la possibilité pour chacun de se retirer en cas de mésentente. Voilà qui nous renvoie au romantisme exacerbé d’un homme prisonnier du temps, un peu comme le sont les français, c’est à dire isolés, dans un temps hors du temps… Et si l’on oublie que des prétextes aussi futiles soient-ils ont souvent conduit à des guerres, c’est avant tout parce que l’homme est constitué de passions! Comme le dit Hegel « rien de grand dans le monde ne s’est fait sans la passion ».

Revenir en haut de la page