samedi, 21 octobre, 2017
Photo-reportage : La maison-bibliothèque d’Henri Pollès
Le bureau et ses bibliothèques en cathédrale, dans lesquelles sont rangés les ouvrages de l'époque romantique, dont Chateaubriand. Le fauteuil est de style gothique.

Photo-reportage : La maison-bibliothèque d’Henri Pollès

Henri POLLESHenri Pollès est un écrivain, essayiste, romancier, et poète français. Né en 1909, il est mort dans l’incendie de sa maison, à Brunoy, le 30 septembre 1994. Une perte considérable, aussi bien sur le plan de la littérature que sur celui de l’histoire. En effet, Henri Pollès avait transformé sa maison en véritable bibliothèque. Ses nombreux livres le suivaient dans chaque pièce, jusqu’à la salle de bain !

Heureusement, 30 000 de ses livres firent l’objet d’un don à la bibliothèque de Rennes en 1988, ce qui a permis de sauver des flammes une partie non-négligeable de son immense collection. Cet acte généreux permet, aujourd’hui à la bibliothèque des Champs Libres de Rennes de consacrer un musée à ce breton de naissance, où les curieuses pièces de sa maison ont été reconstituées. N’hésitez pas à vous y rendre, l’entrée est gratuite.

« Que j’aime, que j’aurai aimé les reliures ! Puisqu’elles recouvrent […] cette chose sacrée, le livre. Quel plaisir d’admirer une belle reliure : d’abord on la caresse des yeux et puis on ne résiste pas à caresser des doigts la peau et les ors. » Henri Pollès

Cliquez sur les images pour les agrandir

 

La chambre avec ses bibliothèques en « nouilles » et le sigle « HP » au-dessus du lit d'Henry Pollès.

La chambre avec ses bibliothèques en « nouilles » et le sigle « HP » au-dessus du lit d’Henri Pollès.

Face au lit, la bibliothèque « HP » dans laquelle Henry Pollès rangeait soigneusement ses propres ouvrages, avec des coffrets décoratifs selon les thèmes.

Face au lit, la bibliothèque « HP » dans laquelle Henri Pollès rangeait soigneusement ses propres ouvrages, avec des coffrets décoratifs selon les thèmes.

La salle de bain consacrée aux romans populaires et à l'entre-deux-guerres.

La salle de bain consacrée aux romans populaires et à l’entre-deux-guerres.

Le bureau et ses bibliothèques en cathédrale, dans lesquelles sont rangés les ouvrages de l'époque romantique, dont Chateaubriand. Le fauteuil est de style gothique.

Le bureau et ses bibliothèques en cathédrale, dans lesquelles sont rangés les ouvrages de l’époque romantique, dont Chateaubriand. Le fauteuil est de style gothique.

Henri Pollès rangeait certains livres et revues dans des boîtes qu'il décorait lui-même à l'aide d'images découpées dans des magazines.

Henri Pollès rangeait certains livres et revues dans des boîtes qu’il décorait lui-même à l’aide d’images découpées dans des magazines.

Dans l'escalier de sa maison, il reste à peine de la place pour gravir les marches ! Au fil de l'ascension, de petites bibliothèques sont chacune consacrées à un pays ou à une partie du globe.

Dans l’escalier de sa maison, il reste à peine de la place pour gravir les marches ! Au fil de l’ascension, de petites bibliothèques sont chacune consacrées à un pays ou à une partie du globe.

« Jeunes morts hais des dieux », ou la bibliothèque consacrées aux écrivains morts jeunes.

« Jeunes morts haïs des dieux », ou la bibliothèque consacrée aux écrivains morts jeunes.

Un autre regard sur l'escalier. On distingue la bibliothèque américaine, sur laquelle flotte la bannière étoilée... soutenue par une conserve de jus de tomate !

Un autre regard sur l’escalier. On distingue la bibliothèque américaine, sur laquelle flotte la bannière étoilée… soutenue par une conserve de jus de tomate !

Le mur des reliures, que Pollès affectionnait beaucoup.

Le mur des reliures, que Pollès affectionnait beaucoup.

La bibliothèque russe, qui ressemble à une isba faite de rondins. On y distingue le portrait de Léon Tolstoï.

La bibliothèque russe, qui ressemble à une isba faite de rondins. On y distingue le portrait de Léon Tolstoï.

Une bibliothèque étrange accueillait les visiteurs de M. Pollès, à Brunoy, celle de « l'homme debout », où étaient rangées les utopies et œuvres d'anticipation.

Une bibliothèque étrange accueillait les visiteurs de M. Pollès, à Brunoy, celle de « l’homme debout », où étaient rangées les utopies et œuvres d’anticipation.

La bibliothèque des Champs Libres de Rennes est ouverte du mardi au dimanche. Entrée libre (visitez leur site).

Photos : Christopher Lings

Pour que Le Bréviaire des patriotes puisse vivre et continuer à vous offrir toujours plus de contenu de qualité, vous pouvez nous soutenir en faisant un don sécurisé via paypal ou par chèque. Plus d’informations

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.

5 commentaires

  1. « Quelle folie » voilà ce qui me vient à l’esprit immédiatement… et en même temps, en regardant bien les photographies, cette mosaique baroque de rayonnages montre une hiérarchie bien organisée (une manie des collectionneurs ?).

    D’un point de vue bibliophilique, les ouvrages les plus précieux sont rangés dans des bibliothèques fermées comme il est fortement préconisé aux amateurs de livres, dans un souci de conservation. Le bureau et le mur des reliures abritent les reliures et les cartonnages du XIXe siècle les plus soignés. On voit quelques livres de la fin XVIIIe mais visiblement, l’homme avait une prédilection pour la littérature du XIXe. Le style gothique de son bureau est peut-être justement un clin d’oeil à ces reliures romantiques qu’on dit « à la cathédrale » et qui ressemble aux formes des portes vitrées, avec ces ogives…

    Les ouvrages sans grande valeur bibliophilique (à gros tirage, début XXe siècle) sont eux livrés au plaisir de la lecture et l’auteur se permet même de les disposer dans une pièce d’eau ! chose vraiment déconseillée (voire interdite)…
    Ainsi une espèce « d’ordre social » des livres est fortement marqué.

    Après, on imagine très bien la relation affective et presque enfantine de l’auteur avec tous ses livres : il les traite comme des compagnons de vie, il leur fabrique des niches, des cadres, des petites maisons. Il les classe par thème et les met en scène comme si la lecture pouvait en sortir d’elle-même ! On peut même imaginer des « sons » du « bruit de conversation » entre les livres eux-mêmes 😀

    Je ne connaissais pas du tout ce musée, et j’apprécie beaucoup ce reportage étant moi-même en train d’aménager une maison pour nos livres… moins de fantaisie, mais tout de même ! il y en aura, c’est certain !

  2. Sublime visite virtuelle ! Merci pour vos explications Céline, c’est passionnant ! Si je passe un jour près de Rennes, je ne manquerai pas de passer par là ! Passionnée également par les vieux livres, je vois ça comme une vraie caverne d’Ali baba !!

  3. Bonjour. L’article m’a intéressé, d’autant que j’avais eu le plaisir d’être en conversation (par téléphone) avec Pollès. Mais, même si bien sûr l’ouverture d’esprit est toujours une bonne chose, sa présence sur un site qui se revendique du patriotisme me surprend. Non qu’il ait été, du côté de l’ennemi. Mais ses ouvrages trop oubliés (comme « l’Opéra politique »), ou encore ses articles proches de la perfection parus dans l’hebdomadaire ‘Giustizia e Libertà’, le désignent clairement du côté de la fraternité des peuples.

Revenir en haut de la page