Hommage au second maître Benjamin Bourdet

Hommage au second maître Benjamin Bourdet

Ce dimanche avait lieu le défilé du 14 juillet. L’occasion d’honorer l’armée française, de passer un moment en famille ou d’admirer la cravate de travers du Président de la République Française.

France 2 plaçait la « Drucker family » au premier rang, TF1 recyclait Denis Brogniart après que ce dernier se soit « ressourcé », selon ses dires dans le Femina de ce week-end. Ah oui, au passage, il veut représenter Koh-Lanta, la pleurniche c’est terminé. Revenons à nos chars d’assaut. Il y en avait moins justement. Ce défilé a aussi été touché par l’austérité budgétaire : un demi-millions d’euro économisé. Seul bémol, les manifestants du « mariage pour tous », eux, ne font pas les choses à moitié : plusieurs manifestations durant l’événement et des sifflets lors du passage du Président. Ces « huées » ne proviennent certainement pas toutes d’opposants au « mariage » gay, ce qui est d’autant plus embêtant pour François Hollande. Ce dernier pourra rétorquer que ce n’était pas le moment pour les « grincheux », selon Manuel Valls aussi appelé « Simplet » par les autre nains du gouvernement dont la main n’est pas blanche du tout, de montrer leur mécontentement. Il n’aura pas tort. Politiser le défilé du 14 juillet, c’est lui ôter de sa grandeur. Si l’armée est estimée, par 90% de nos concitoyens, digne de confiance, c’est aussi parce qu’elle se garde bien de fricoter avec les grands de ce monde. Et encore.

14 juillet oblige, c’est aussi le moment de décerner la Légion d’honneur. Cette année 656 décorés dont Marie-José Pérec ou Roselyne Bachelot. Soutenir le lobby pharmaceutique français est gratifiant visiblement. Pendant ce temps, Xavier Cantat, compagnon de Cécile Duflot, annonce sur Twitter qu’il est « fier » de boycotter le défilé. Il accumule les provocations afin de se faire remarquer, quel bel impertinent ! Quel rebelle ! On jurerait voir Michael Youn partir avec pertes et fracas d’un plateau de télévision. Son loisir préféré. À noter que le frère de Bertrand Cantat n’en est pas à son coup d’essai. L’apprenti subversif a réussi son coup puisque les réactions sur Twitter ne se sont pas faites attendre. Pas sur qu’il partage la couche de sa compagne de ministre ce soir.

Ainsi, ce 14 juillet fut mouvementé. Un seul être est resté immobile dans son cercueil : le commando Benjamain Bourdet, mort au combat le 14 juillet 2011 dans la vallée de Kapisa en Afghanistan. Peu de média ont rappelé la mort de cet anonyme. Il semble pourtant que cette même date s’y prêtait. À travers la mort héroïque du second maître Bourdet du commando Jaubert, c’est aux quatre-vingt huit soldats morts en Afghanistan et aux six soldats tombés au Mali que ce papier rend hommage. On a le droit de ne pas comprendre ni d’admettre les opérations extérieures, on a le droit de « boycotter » le défilé du 14 juillet, mais on a le devoir de se rappeler la mort de ces modestes personnes.

Geoffrey Clémençon

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 10.0/10 (3 votes pris en compte)
Hommage au second maître Benjamin Bourdet, 10.0 sur 10 basé sur 3 ratings

A propos de Geoffrey Clémençon

Geoffrey Clémençon
Ancien khâgneux dans l'Auvergne, actuellement en école de journalisme à Marseille. Passionné de et par l'armée de terre, la littérature, l'histoire, la géographie, le sport, les journaux, les sites et les jeux-vidéos. J'essaie de répondre à chaque lecteur. Pas toujours évident. Me suivre sur twitter : @apprentiscribe

Un commentaire

  1. Merci de rendre hommage aux soldats morts au combat. Sur le sujet je conseille un excellent documentaire de HBO sur les vétérans américains d’Irak qui ont été durement blessé et qui doivent refaire leur vie. Pas vraiment l’histoire de Rambo … très touchant. C’est le regretté James Gandolfini qui interview les soldats.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
Revenir en haut de la page