dimanche, 23 juillet, 2017
Le régime plébiscitaire des Napoléons comme remède à l’hérédité et à l’élection

Le régime plébiscitaire des Napoléons comme remède à l’hérédité et à l’élection

De même qu’une famille ne peut être normalement constituée sans un père qui la sauvegarde et la « dirige », de même un État ne saurait exister sans un chef responsable revêtu du pouvoir suprême. Mais quel sera ce chef ? Quel titre portera t’il ? De quel pouvoir sera t’il investi ? Le titre importe peu, il s’adapte ordinairement au caractère et aux traditions de la nation. Quant au pouvoir qu’il exercera, quelle en sera la nature ? Sera t-il héréditaire ou électif ?

Nous avons vu en France les abus de la monarchie héréditaire causer la bourrasque révolutionnaire, nous avons vu de même par les excès de nos Républiques les dangers du pouvoir électif. Alors lequel de ces deux systèmes faut il adopter ? Cette importante question est difficile à solutionner. L’hérédité et l’élection présentent l’une et l’autre des avantages et des imperfections, aussi l’une et l’autre ont-elles trouvé des adeptes dans tous les temps.

Avantages et imperfections du système héréditaire

Le pouvoir héréditaire est non seulement majestueux mais fécond. Tout d’abord il assure la stabilité à la nation, il éloigne les convoitises malsaines de l’ambition, et dans le calme qu’il enfante se développent progressivement la sécurité, la confiance, l’expansion des affaires et la prospérité générale. Certaine de son lendemain, une nation gouvernée par le pouvoir héréditaire s’avance d’un pas assuré vers l’avenir sans se sentir menacée par aucun des aléas dont souffrent les États régis par le système électif.

La mort même du souverain ne saurait faire rétrograder ce pays dans sa voie paisible. Cette nation continue d’avancer dans ses destinées, les yeux toujours fixés sur l’héritier présomptif connu depuis longtemps et qui sera salué comme un « anneau »de la chaîne retenant dans la nation la concorde et le bonheur qui la suit.

Mais où trouver la perfection sur notre terre ? Elle n’existe ni chez les hommes, ni dans les institutions qu’ils édifient. L’hérédité du pouvoir, il faut le reconnaître et le clamer, entraîne de graves abus.

Une famille, assise sur un trône depuis des siècles, assurée d’un règne intangible, surtout comme durée, gardera-t-elle toujours conscience de ses lourdes responsabilités ? Ne perdra-t-elle jamais l’ambition de rester digne de l’honneur dont elle est revêtue ? Tout s’use ici bas !

Lorsqu’une dynastie se perpétue aussi longuement, la vertu ou la morale qui l’ont élevée au rang suprême s’affaiblissent et déclinent progressivement jusqu’à l’incapacité ou à l’extravagance, nous avons pu le constater chez nous avec les Bourbons et nous le voyons aujourd’hui en Angleterre. La sagesse humaine est vraiment trop fragile pour que l’on tente d’enchainer, de domestiquer la fortune au service d’une dynastie. Dès que cette dynastie se voit invulnérable, elle perd, avec le respect de ses devoirs, le sentiment de sa propre dignité. L’Histoire démontre trop fréquemment que la décadence de la dynastie fut chez certains peuples la cause des plus terribles revers. La France elle-même n’en fit elle pas la cruelle expérience, et le règne de Louis XIV, quelle qu’en fut la splendeur, n’est il pas le vestibule de la Révolution ?

Alors, faut-il préconiser l’éligibilité du pouvoir suprême ?

Les partisans du système électif entendent sauvegarder par ce moyen d’investiture du « souverain » l’entière liberté de la Nation, en lui attribuant la faculté de ne suivre que le chef d’État qu’elle jugera digne de sa confiance. En théorie, le système purement électif est une garantie de liberté pour le peuple, en le préservant de l’arbitraire qui devient souvent un l’écueil du pouvoir inamovible. Il permet de placer l’autorité souveraine dans des mains capables d’en porter le fardeau. Si la nation s’aperçoit de la défectuosité de son choix ou si son Élu démérite, il lui est loisible, à brève échéance et sans révolution, de retirer le soin de ses destinées à un mandataire insuffisant ou indigne. Ce système serait parfait si, là comme ailleurs, la passion ne trouvait un champ trop favorable à ses ravages.

Le système purement électif présente, lui aussi, de très graves dangers, tant pour l’Élu que pour ses électeurs. Il n’est certes pas impossible qu’un élu temporaire, président ou autre, accomplisse des actes féconds pendant son passage au pouvoir; plusieurs d’entres eux se sont montrés inspirés par un esprit intègre et patriotique. Mais aussi combien est plus considérable le nombre de ceux qui se sont laissés absorber par l’intérêt personnel ? Ne faudrait il pas qu’un Chef d’État, appelé au pouvoir pour quelques années seulement, fut doué d’une nature presque surhumaine pour consentir à s’immoler aux redoutables nécessités du gouvernement des peuples ? Comment lui demander l’effort de labourer un champ dont la moisson enrichira un successeur ? Comment ce passager de quelques jours entreprendra-t-il l’étude laborieuse de tant de problèmes à la solution desquels il ne saurait espérer arriver en peu de temps ?

L’Élu temporaire adoptera une politique d’expédients, un programme mesquin, mais sans risque, lui permettant d’atteindre sans encombre le terme de son mandat. Et si ce chef d’État est rééligible, à quelles visées personnelles, à quelles intrigues ne sacrifiera-t-il pas les grands intérêts publics ? La périodicité de l’élection ôte forcément au chef de l’État le goût et la possibilité des grandes choses. Nul ne se plait à construire un édifice dont il sera expulsé, peut être même avant son achèvement, et qui risque en outre d’être démoli par son nouvel occupant.

C’est ainsi que l’électivité du pouvoir est incompatible avec l’épanouissement de la fortune nationale, dont les bases indispensables sont la sécurité dans l’évolution sociale et la quiétude résultant de la stabilité gouvernementale.

Alors quelle option s’impose entre le pouvoir héréditaire et le pouvoir électif ?

Cette question n’est pas facile à solutionner. On ne peut que souhaiter un système idéal assez parfait pour réunir les avantages des deux modes en question, tout en en écartant les périls. Ce système idéal existe, il rayonne sur toute la France qui, à deux tournants de son histoire, vint s’y réfugier pour son plus grand bien.

Ce système, c’est le régime plébiscitaire des Napoléons.

Parmi les esprits enclins à juger superficiellement les doctrines qu’ils n’ont point vu pratiquer, plusieurs allèguent que le plébiscite exclut l’hérédité ou que l’hérédité doit exclure le plébiscite. Il n’en est absolument rien.

Le plébiscite de 1804 ratifiant le Sénatus-Consulte du 18 mai, décernait au Premier Consul le titre d’Empereur de la République Française avec hérédité. Mais les Napoléons, seuls interprètes fidèles des principes de la Révolution, ne se voulurent jamais que les mandataires de la nation dont ils ne cessèrent de reconnaître le pouvoir souverain.

Il résulte de cette alliance de la nation avec les Napoléons que l’hérédité, dont sont en principe investis nos Empereurs, reste toujours révocable par le plébiscite. Par cette ingénieuse conception, la nation jouit des bienfaits du pouvoir héréditaire tant qu’elle approuve la direction politique suivie par son Élu « ou par l’héritier de son Élu ». Et tout aussitôt que la nation désapprouverait l’orientation où la dirige son mandataire, le plébiscite avertirait ce mandataire que la volonté souveraine, dont il détient le pouvoir, lui demande d’en modifier l’exercice ou même d’y renoncer en faveur d’un nouvel Élu.

D’autres esprits, ignorants ou hostiles, croient voir dans le plébiscite un élément de guerre civile en ce sens qu’un Empereur dépossédé par un plébiscite pourrait revendiquer contre le nouvel Élu les pouvoirs dont l’avait investi lui-même le plébiscite antérieur. Un Napoléon émettant une prétention semblable sortirait tout à la fois de la doctrine napoléonienne et des principes du droit le plus élémentaire. Le dernier plébiscite n’infirme-t-il pas de plein droit, s’il lui est contraire, le plébiscite précédent ? D’ailleurs, un Napoléon ne contestera jamais le verdict populaire, celui-là serait désavoué de tous les Napoléons qui, dans leurs actes comme dans leurs discours, rendirent hommage à l’infaillible valeur du plébiscite.

Quant au plébiscite lui-même, loin de présenter un risque quelconque, il est le régulateur par lequel les Napoléons surent concilier la liberté de la Patrie avec la stabilité du Pouvoir, source de toute prospérité nationale. Quant à l’hérédité révocable par plébiscite, elle est le chef-d’œuvre de la doctrine démocratique.

« Le plébiscite c’est le droit, c’est le salut. C’est un grand parti national sans vainqueurs ni vaincus, s’élevant au-dessus de tous pour les réconcilier. » Le Prince Impérial 16 mars 1874.

David Saforcada

A propos de David Saforcada

Napoléonien depuis ses 6 ans, militant bonapartiste depuis l’âge de 15 ans, aujourd'hui Président de France Bonapartiste. Candidat bonapartiste à plusieurs élections locales et nationales. Auteur de nombreux articles politiques et historiques, a publié en 2008 "Louis Napoléon, Premier Président - Dernier Empereur", en 2010 "La République Consulaire, la République Bonapartiste" et en 2013 « Louis Napoléon Bonaparte, l’autorité pour la liberté ».
Revenir en haut de la page