• Sylvain Tesson : À pied sur les chemins de la France oubliée

Aujourd’hui je vous parle du livre de Sylvain Tesson, « Sur les chemins noirs » (Gallimard). Après un accident grave, l’aventurier s’est remis d’aplomb en parcourant, à pied, les chemins oubliés de cette France rurale qui échappe encore aux fracas du monde et de la modernité, à cette « civilisation du flux » qui nous déracine autant qu’elle nous détruit.

– Le livre : amzn.to/2fYIpqq

► Soutenez l’émission sur Tipeee : www.tipeee.com/la-capsule

Cliquer pour plus d'infos

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 10.0/10 (3 votes pris en compte)
• Sylvain Tesson : À pied sur les chemins de la France oubliée, 10.0 sur 10 basé sur 3 ratings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim, Présent.

5 commentaires

  1. c’est quoi la musique?

      

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (1 vote pris en compte)
  2. Je ne suis pas sûr que Sylvain Tesson soit tout à fait de votre bord. Vous avez probablement beaucoup de choses en commun mais je ne suis pas sûr que vous mettiez ces valeurs sous les mêmes étiquettes. Et les étiquettes ont souvent plus de poids, en France actuellement, que puisse en avoir le partage d’idées en commun. Donc j’ai peur que vous soyez déçu. J’ai aimé ce livre pour les mêmes raisons que vous, les passages que vous avez cités m’avaient plu aussi. Par contre il se moque de la religion (du christianisme surtout) alors qu’il s’émerveille de la beauté du monde. Cela montre que bien des choses lui échappent et qu’il est finalement imprégné (mais qui ne l’est pas) de cette modernité qu’il dit mépriser et qu’il la valorise dans un sens par cet individualisme (très moderne) de croire que les choses se sont faite par hasard et que l’on peut se débrouiller seul. Il est pour cela très conformiste et c’est ce que je regrette dans ses livres. Ceci dit j’aime bien Tesson, il est cultivé, il a de l’humour et il y a toujours de choses à prendre dans ce qu’il écrit.

      

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
    • Christopher Lannes

      J’ai parlé récemment avec Sylvain Tesson, à la fin d’une de ses conférences. Je lui ai demandé s’il croirait en Dieu. Il m’a dit oui. Je lui ai fait remarquer qu’il se moquait assez des religions, dont la religion catholique. Il m’a dit qu’il ne pouvait pas dissocier Dieu de sa création. Il voit Dieu dans la création. Je lui ai dit que c’était un peu du panthéisme. Il m’a répondu : c’est un peu ça oui.

      Du coup je lui ai dit que dans le christianisme, Dieu était partout également. Et il m’a dit « oui c’est vrai ». Nous n’avons pas parlé longtemps de ce sujet.

        

      VN:F [1.9.22_1171]
      Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
  3. Bonjour, j’ai écouté cette capsule avec un peu de retard (je fais effectivement partie de ces gens qui vous écoutent en podcast sur iPhone à la salle de sport…) et elle m’inspire les quatre commentaires suivants :
    1) J’avais beaucoup aimé ce passage de « La crise » d’Octave Feuillet en 1882 : « JULIETTE. Non… Je vous demande si vous aimez [les chemins de fer] comme moyen de voyager ; moi je les ai en horreur. LE DOCTEUR. Et pour quelle gracieuse raison, madame ? JULIETTE. Parce qu’ils vont trop vite. LE DOCTEUR. Mais c’est leur métier ; ils ne sont pas faits pour autre chose. JULIETTE. Je ne vous dis pas le contraire. Ce que je vous affirme, c’est que je les ai en horreur. Ils m’enlèvent le sentiment de la distance ; et, si quelque chose me paraît merveilleux dans les pays étrangers, c’est l’éloignement où ils sont de Paris ; or, quand la distance ne m’est pas rendue sensible par les détails appréciables d’une longue route, c’est comme si je n’avais pas changé de place. Notez toutefois que, si l’on pouvait voyager par le télégraphe, il y aurait des gens assez bêtes pour trouver cela charmant. LE DOCTEUR. Ce sont des réflexions que je n’avais jamais faites ; mais elles ont mon suffrage. » Le mien, celui de Sylvain Tesson et le vôtre aussi sans doute 😉
    2) Vous aimerez probablement le Répliques de samedi dernier : https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/en-marche
    3) J’aime bien quand vous dites « il est de notre bord », ça me donne l’impression de faire partie d’une société secrète. Grâce à vous, je suis un peu un des Treize de Balzac 😉
    4) Et bon, je ne peux pas m’en empêcher, sur la forme, « échappatoire » est un mot féminin, comme « écritoire » aussi d’ailleurs. Les gens font souvent l’erreur, c’est dommage.

      

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)

Laisser un commentaire

Revenir en haut de la page