L’acharnement américain pousse la Russie vers l’Extrême-Orient
L'une des façades des locaux du département d'État à Washington.

L’acharnement américain pousse la Russie vers l’Extrême-Orient

Si la stratégie américaine visant à empêcher tout rapprochement important entre la Russie et la servile Union Européenne fonctionne à merveille, celle-ci trouve en revanche ses limites à l’Extrême-Orient.

Selon le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe, Evgueni Loukianov, la politique extérieure de Washington pousse la Russie à se rapprocher de la Chine. « Le comportement de Washington a provoqué un effet diamétralement opposé à l’objectif principal de la politique extérieure américaine: empêcher le rapprochement entre la Russie et la Chine », a-t-il indiqué à Ria Novosti.

En effet, les tentatives étasuniennes d’entraver les livraisons de gaz russe à l’Europe ont provoqué un retour de bâton difficile à avaler : les 10 ans de négociations entre Moscou et Pékin ont abouti à la signature d’un gros contrat gazier pour un montant de 400 milliards de dollars. Dans une moindre mesure, cette politique a également permis l’intensification des échanges commerciaux entre la Russie et la Corée du Nord, comme nous vous l’exposions hier.

M. Loukianov a par ailleurs évoqué la décision des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) de créer une banque et un fonds de développement indépendants des institutions financières contrôlées par Washington et Bruxelles. Une décision qui « constitue une digne réponse à la Banque européenne d’investissement qui a suspendu ses projets conjoints avec la Russie ».

Alors que les États-Unis ont durci, mercredi, leurs sanctions contre plusieurs entreprises et banques russes, et ont appelés leurs alliés européens à en faire de même, les occidentaux pourraient rapidement s’en mordre les doigts. « Force est de constater que nos partenaires occidentaux nous mettent devant la nécessité de réorienter la géographie de notre coopération en premier lieu vers l’Extrême-Orient », a indiqué ce jeudi le président de l’Institut de la stratégie nationale Mikhaïl Remizov.

De son côté, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a estimé que « les dénommées sanctions sectorielles imposées par les autorités américaines contre plusieurs groupes industriels et énergétiques et certaines banques russes contribueront malheureusement à une intensification des sentiments antiaméricain et antieuropéen dans le pays ». Sentiments qui conduiront la société russe à « se consolider d’avantage » face à ces pays hostiles.

D’après un sondage réalisé début juin par le centre indépendant d’étude de l’opinion publique Levada, plus de 70% des Russes affichent aujourd’hui une attitude négative envers les États-Unis, ce qui constitue un record historique. De quoi s’interroger sur l’efficacité de la politique extérieure américain, qui semble aller droit dans le mur.

Christopher Lings

Nous avons besoin de votre soutien pour vivre et nous développer :

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 10.0/10 (5 votes pris en compte)
L'acharnement américain pousse la Russie vers l'Extrême-Orient, 10.0 sur 10 basé sur 5 ratings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim, Présent.
Revenir en haut de la page