lundi, 27 mars, 2017
« Jésus-Christ, Sa vie, Sa passion, Son triomphe », du Père Augustin Berthe

« Jésus-Christ, Sa vie, Sa passion, Son triomphe », du Père Augustin Berthe

En 1863 Ernest Renan, philosophe, historien, philologue et écrivain français, publie le premier volume de son Histoire des origines du christianisme : La vie de Jésus. Darwiniste de la première heure, Renan exprime dans cet ouvrage l’idée selon laquelle Jésus-Christ n’a été qu’un homme, seulement un homme, rien qu’un homme. Aussi balaie-t-il d’un revers de plume miracles et prophéties de Sa venue, de Sa vie, de Sa mort et de Sa résurrection. La publication de son ouvrage a suscité la colère des autorités ecclésiastiques. Quarante ans plus tard, le Père Augustin Berthe publie Jésus-Christ, Sa vie, Sa passion, Son triomphe, en réponse à l’ouvrage de Renan.

Commander

Commander

Augustin Berthe naît le 15 août 1830 et meurt le 22 novembre 1907. Prêtre catholique, missionnaire, prédicateur, écrivain de renommée internationale (ses écrits sont publiés en plusieurs langues), il fut également secrétaire du Président équatorien Garcia Moreno — 1821-1875. Fervent catholique, il consacra son pays au Sacré-Cœur. Quel but poursuit le Chanoine Berthe en rédigeant son ouvrage ? C’est bien d’abord de répondre à l’ouvrage de Renan, en remettant le sacré au cœur de la vie de Jésus-Christ, vrai Homme, vrai Dieu, annoncé par les prophètes dès la Genèse.

L’ouvrage du Père Berthe est aussi un formidable moyen de découvrir la vie de Notre-Seigneur, Sa vie cachée (avant Sa sortie du désert suite à son baptême), Sa vie publique (de Sa sortie du désert à sa mort sur la croix), Sa résurrection le troisième jour et le ministère divin confié aux Apôtres avant l’ascension. On découvre ensuite, dans un chapitre final, toutes les apparitions, les interventions divines dans les siècles suivants, jusqu’à l’avènement de Charlemagne, empereur chrétien en l’an 800.

« C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la Vierge a conçu, et elle enfante un fils, et elle lui donne le nom d’Emmanuel. » Isaïe, VII, 14

De lecture aisée, d’un style narratif agréable, parfois épique, parfois bouleversant, Jésus-Christ se lit comme un roman (il est en fait bien plus, car son récit est vrai) et est un parfait moyen de découvrir la foi catholique pour les néophytes, d’approfondir ses connaissances, de mieux comprendre certains passages obscurs des Évangiles.

Que découvre-ton à la lecture de cet ouvrage et dès les premières lignes de la jeunesse de la Sainte Vierge ? Que tout était prédit depuis le Commencement du monde, depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse (« Je suis l’Alpha et l’Oméga, le Commencement et la Fin2 »).

L’ouvrage du chanoine Berthe est finalement le résumé magnifié de toute l’histoire de l’humanité, tant les situations de la vie terrestre du Christ peuvent nous parler, à nous, hommes « modernes », tant nous pouvons nous identifier dans les paraboles de Jésus au peuple, tant Sa parole de vérité est intemporelle.

« Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marche point dans les ténèbres ; mais il aura la lumière de la vie. » Jean VIII, 121

Qui ne serait pas frappé d’émoi à la lecture du passage de la Cène, ou de ces moments si douloureux qui précèdent le martyr au mont des oliviers, où par trois fois le Christ se voit dévoilé par Son Père toutes les souffrances atroces que lui infligeront Juifs et païens, afin que s’accomplisse le destin du monde ? Qui ne serait pas émerveillé devant toute la compassion, tout l’amour du Christ envers les pécheurs, qu’il guéri d’un simple mot ? Qui ne partagerait pas l’immense joie de la Sainte Vierge, lorsque l’ange lui apprend qu’elle portera en son sein le Rédempteur (Gloria in excelsis Deus !) ?

À travers un récit somme toute très humain, mais d’une beauté surnaturelle, le Père Berthe nous offre une lecture emplie de vérité, de vie, d’exemplarité, un modèle sur lequel nous devrions tous baser nos propres vies, en ces temps de crise générale, de doute et de désespoir pour une bonne partie de nos concitoyens, et plus encore.

Aussi, lisez Jésus-Christ, Sa vie, Sa passion, Son triomphe. Afin que comme aux temps — regrettés et regrettables ? — du haut Moyen-Age, « Jésus, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs, [règne] sur le monde vaincu par lui, regnante Jesu Christo Domino nostro. »

Adhérer

1 Note : toutes les citations bibliques sont tirées de la Bible d’Augustin Crampon, 1923. Le Nouveau Testament est disponible chez Kontre Kulture.

2 Apocalypse, XXI:6

A propos de Louis Landais

Louis Landais
Etudiant, passionné d'histoire et des Humanités en général.

3 commentaires

  1. Il doit arriver cette semaine. Quelle belle couverture !

  2. Je vous conseille Histoire du Christ de Giovanni Papini.

  3. Je reste un adepte de RENAN et sa vie du Christ qui permet à chacun d’y voir un envoyé de Dieu ou un simple homme. Je conseille par contre son autre récit dont le titre est Qu’Est-ce qu’une nation.

Revenir en haut de la page