Le gaz de schiste, l’exploiter ou casquer !

Le 29 novembre 2012 débutait le débat national sur la transition énergétique devant aboutir à une loi de programmation, courant septembre 2013. Nucléaire, sobriété énergétique … Autant de sujets sensibles seront traités durant ces concertations, mais l’un d’eux devrait supplanter tous les autres : le gaz de schiste et l’épineuse question de son exploitation, la fracturation hydraulique.

Fracture hydraulique : le mot est lâché. Il voue aux gémonies ceux qui souhaitent perfectionner cette pratique pour la rendre moins nuisible mais aussi ceux qui désirent continuer la recherche pour trouver une autre technique d’extraction. Rappelez-vous d’ailleurs en 2010, l’État avait pourtant délivré des permis de recherche. Mais la pression, exercée par certains élus locaux et personnalités « écologistes » d’Europe Écologie les Verts, amena à l’adoption d’une loi, le 13 juillet 2011, interdisant la fracturation hydraulique et permettant l’abrogation des permis de ceux qui s’y adonnaient. Ce sacro-saint « principe de précaution », poussé à son paroxysme, est insupportable dans notre pays.

Mais parlons technique quelques instants avant de continuer. Qu’est-ce que la fracturation hydraulique ? Explication.

Dès lors que la foreuse a pénétré la roche, il faut établir une jonction entre les pores de la roche, espaces microscopiques remplis de méthane. La technique consiste donc à injecter, à l’horizontal, des milliers de litres d’eau sous haute-pression pour fracturer la roche ; eau qui est additionnée à du sable et à des produits chimiques permettant aux plaques de schiste de rester ébréchées et, par la suite, de pomper l’eau pour laisser la voie libre au gaz qui remonte par un tube de forage jusqu’à la surface.

Il est vrai que cette manière de faire peut amener certains problèmes, comme par exemple de légères secousses sismiques constatées en Grande-Bretagne, ou encore une possible pollution de la nappe phréatique due aux produits chimiques utilisés. Mais la période de crise que nous vivons aujourd’hui permet-elle de se passer de la manne du gaz de schiste, que la France l’exploite ou non via cette technique controversée ? Pour ma part, la réponse est non.

Aujourd’hui, près de 98% de la demande française de gaz naturel est satisfaite grâce aux importations. De plus, comme le prix du gaz est lié à celui du pétrole – ce qui est une aberration soit dit en passant – celui-ci augmente donc considérablement.

Selon Arnaud Montebourg, la France posséderait environ une centaine d’années de consommation actuelle de gaz dans son sous-sol, et les capacités de production électrique de la France offriraient des avantages compétitifs évidents. C’est donc une folie de ne pas se pencher sur le sujet d’une manière approfondie.

Enfin, la société américaine « Chimera Energy Corp » a mis au point une technologie qui pourrait débloquer les choses en matière d’exploitation des gaz de schiste. En effet, cette technique, appelée Extraction Exothermique Non hydraulique, permettrait d’extraire le gaz sans utiliser la fracturation, c’est à dire sans user de produits chimiques ajoutés à l’eau.

La perforation serait pneumatique et recourrait à des gaz chauds plutôt que du liquide. Le gaz en question serait l’hélium. Ce dernier serait dans la capacité d’augmenter 700 fois son volume quand il passe du stade liquide au stade gazeux, ce qui donnerait à l’extraction exothermique toute sa puissance. L’hélium est donc injecté dans le puits sous forme liquide pour ensuite être réchauffé naturellement par la chaleur du sous-sol, le transformant en gaz capable de fracturer la roche mère.
Nous avons donc en main quelques éléments pour alimenter un débat qui serait salutaire pour la France et les français. Encore faut-il que nos politiques aient le courage de s’emparer du sujet et de l’imposer, comme le Général de Gaulle l’avait fait pour le nucléaire en son temps !

Mathieu

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 3.0/10 (1 vote pris en compte)
Le gaz de schiste, l'exploiter ou casquer !, 3.0 sur 10 basé sur 1 vote(s)

A propos de Mathieu

Mathieu
Passionné d'Histoire, de politique (inter)nationale et de géopolitique ; je m'attache à faire partager ma passion et ma volonté de débattre sur tous les sujets ... surtout les plus brulants !

Un commentaire

  1. Proulxa0c9tant donne9 que les c9tats-Unis restent preaoblbment le seul pays important of9 une mesure du genre pourrait eatre adopte9e, je me suis permis une petite e9tude de ve9rifiabilite9a0:a0Le aba0Average Individual Income Tax Ratea0bb aux c9tats-Unis est actuellementa0de 7.2%. Il faut y rajouter le aba0Average Social Insurance Tax Ratea0bb qui est de 8%. Finalement, il reste le aba0Average Excise Tax Ratea0bb qui est de 0.6%. En bref, le taux re9el d’imposition total aux c9tats-Unis est de 15.8%. On peut donc en conclure que si le gouvernement ame9ricain abolissait toutes les charges sociales ainsi que les taxes d’accises et qu’il instaurait un taux d’imposition unique sur le revenu de 15.8% sans possibilite9 de de9ductions fiscales, ses revenus resteraient exactement les meames. Le point positif serait que le cofbt de la vie diminuerait drastiquement (l’abolition des droits d’importation ferait diminuer tous les biens importe9s de 2%, l’abolition des taxes sur l’essence ferait baisser les prix e0 la pompe de 5%, etc). Cette baisse importante du cofbt de la vie viendrait affecter positivement avant tout les plus pauvres. En contrepartie, les pauvres se mettraient e0 payer beaucoup plus d’impf4ts et les riches beaucoup moins d’impf4tsa0: actuellement le quintile le plus pauvre a un taux re9el d’imposition total de 0.5% et le quintile le plus riche a un taux re9el d’imposition total de 20.9%.a0La solution serait d’imposer un aba0Negative Incomea0Taxa0bb (ou un Revenu Minimum Garantie) pour compenser l’effet ne9gatif tout en conservant l’effet positif d’une baisse du cofbt de la vie. Un cre9dit d’impf4t remboursable de 10 000$ pour tous les ame9ricains en e2ge de travailler, c’est-e0-dire 16 ans et plus, compenserait conside9rablement pour tous les revenus infe9rieurs e0 100 000$. Par exemple, un pauvre gagnant 5000$ paierait 15.8% de ses revenus en impf4ts (790$) et recevrait 10 000$ en retour. Son taux d’imposition re9el serait de -184% quand il est actuellement de 0.5%. Son salaire serait maintenant de 14 210$. Il serait donc maintenant au-dessus du seuil de la pauvrete9. Prenons maintenant un travailleur de la classe moyenne gagnant 35 000$. Il paierait 15.8% de ses revenus en impf4ts (5530$) et il recevrait 10 000$. Son taux d’imposition re9el serait de -81% quand il est actuellement de 8.9%. Son salaire serait maintenant de 39 470$. Prenons maintenant un riche gagnant 250 000$. Il paierait 39 500$ en impf4ts et recevrait 10 000$. Son taux d’imposition serait de 12%.Le seul ab hic bb est que cette mesure cofbterait environ 2350 milliards. On pourrait toutefois abolir le de9partement des pensions (812 milliards), le de9partement de l’e9ducation (103 milliards), le de9partement du welfare (419 milliards) et medicaid/medicare (819 milliards). Il reste toutefois le de9partement de la de9fense qui cofbte 850 milliards, les ab earmarks pour la protection locale bb (56 milliards), les ab earmarks pour le transport bb (93 milliards), les de9penses gouvernementales ge9ne9rales (30 milliards) et les autres de9penses qui ne sont en fait que des subventions aux pe9trolie8res, agriculteurs, minie8res, peacheurs, recherche me9dicale (135 milliards). Il reste finalement les fameux inte9reats sur la dette (220 milliards). Si on reviendrait au ratio de9pense/PIB de l’anne9e 2000 pour la de9fense, on sauverait 300 milliards. Si on couperait la moitie9 de toutes les autres de9penses, on sauverait 157 milliards. Les inte9reats ne se diminuant pas… on ne peut rien faire pour eux. Conside9rant tout cela… il reste toujours trois gros proble8mes :Le premier proble8me se trouve mathe9matiquement :(1) + 2350 milliards de retour fiscaux(2) + 550 milliards pour la de9fense(3) + 157 milliards pour les autres de9penses(4) + 220 milliards d’inte9reats sur la dette(5) De9penses totales de 3277 milliards(6) Revenus actuels de 2452 milliards(7) De9ficit de 825 milliardsLe deuxie8me proble8me c est la gauche qui le trouverait:Meame si avec ce syste8me la plupart des ame9ricains seraient au-dessus du seuil de pauvrete9 et que le cofbt de la vie aurait diminue9 conside9rablement, plusieurs n’auraient toujours pas les moyens de se payer une assurance sante9. Le 10 000$ serait parfait pour payer la nourriture et un toit…. mais il ne resterait plus rien pour se payer une assurance sante9 (qui coute de9pendamment de l’e2ge et de l’e9tat entre 2000$ et 7200$ incluant absolument tout me9dicament/dentiste/optome9trie/urgence/spe9cialiste/chiropratie/massage + 2000$ de de9ductible). Avant il y avait Medicaid/Medicare + FoodStamps + Chf4mage qui te permettait de survivre en ayant ces trois services. Le troisie8me proble8me c’est aussi la gauche qui le trouverait :Les rentes moyennes actuelles des pensions aux c9tats-Unis sont de 12 000$ par personnes. Maintenant toutes les personnes e2ge9es ne recevraient que 10 000$. En fait tout le monde ayant eu un revenu moyen dans leur vie de 14 064$ et plus serait de9savantage9. Ex : Sur un revenu moyen dans une vie de 20 000$, les rentes auraient e9te9 de 11 895$ … un revenu de 30 000$ : 15 105$ … un revenu de 90 000$ : 19 490$ jusqu’e0 un maximum de 22 477$. Bon… ce proble8me est discutable conside9rant qu’une retraite ge9re9e par le prive9e offre des rendements supe9rieurs… mais peut-eatre que certaines tranches de revenus n’auraient pas les moyen de mettre de cf4te9 malgre9 tout…Pour re9soudre le premier proble8me, la solution serait preaoblbment de grimper le taux fixe d’impf4t autour de 25%. De toute fae7on les 5 centiles les plus riches payent de9je0 entre 24 et 25% de taux d’impf4t effectif avec le syste8me fiscal actuel. Les quintiles infe9rieurs arriveront encore tout de meame avec une facture fiscale moindre ou parfaitement e9quivalente e0 cause du 10 000$. Un pauvre avec 5000$ de salaire aurait encore un taux d’imposition ne9gatif immense de -175% et serait toujours en haut du seuil de la pauvrete9. Cette fois les revenus du gouvernement seraient toutefois de 3700 milliards. Les de9penses e9tant de 3277 milliards. Il reste donc un surplus de 423 milliards pour re9gler le deuxie8me proble8me et pour payer la dette. On sait aussi que l’activite9 e9conomique ame9ricaine est faible pre9sentement….alors les revenus pourraient augmenter conside9rablement dans le futur en plus… ce qui contribuerait e0 diminuer la dette substantiellement. Il faudrait cependant indexer le 10 000$ annuellement… C’est donc CLAIREMENT faisable un projet du genre. La pauvrete9 serait pratiquement nulle… et il y aurait tout de meame toujours un incitatif au travail e9tant donne9 qu’on ne va pas loin avec 10 000$. Mais e7a aiderait beaucoup les e9tudiants pour payer leur universite9, e7a aiderait les personnes e2ge9es avec des rentes plus faibles, le cofbt de la vie diminuerait pour tout le monde, le syste8me fiscal serait le plus simple de la plane8te, tout le monde sauverait des frais de comptables, etc, etc…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
Revenir en haut de la page