lundi, 29 mai, 2017
19 juillet 1870 : La France déclare la guerre à la Prusse

19 juillet 1870 : La France déclare la guerre à la Prusse

Le 19 juillet 1870, le premier ministre Émile Ollivier déclare officiellement la guerre à la Prusse devant le Corps législatif.

Cet acte fait suite à un gros travail de Bismarck, suite au litige de la succession d’Espagne, visant à remonter l’opinion française et l’entraîner dans la guerre qui unifierait les États allemands et la Prusse. Sachant l’armée française vieillissante et la défense mal préparée, l’occasion est rêvée pour le chancelier. Malade et affaibli, l’empereur Napoléon III laisse faire.

S’en suivra une série de revers militaires importants. Forts d’une puissante artillerie et d’une grande capacité de mobilisation, accrue par des chemins de fer efficaces, les Allemands opposent rapidement 800 000 hommes à quelques 265 000 Français. Une fois la guerre bien lancée, on comptera 1 200 000 Allemands contre 900 000 Français. Mais ces derniers sont pris de court. Le 2 septembre, Napoléon III capitule à Sedan avec 39 généraux et près de 100 000 hommes. Deux jours plus tard, sa déchéance est prononcée et la IIIe République proclamée. La guerre continue.

Metz, pourtant réputée imprenable, tombe le 19 octobre. Les résistances qui suivront ne suffiront pas à arrêter l’armée allemande et l’armistice sera signé le 28 janvier 1871. Il entraînera une révolte, la Commune de Paris, violemment réprimée par Adolphe Thiers avec l’accord tacite des Prussiens.

Cette guerre, désastreuse pour la France, vit le plan de Bismarck aboutir : l’unification de l’Allemagne, qui dominera l’Europe jusqu’à la Première guerre mondiale. La France, quant à elle, perdit l’Alsace-Moselle, se vit isoler diplomatiquement et dut payer 5 milliards de francs or aux vainqueurs.

Christopher Lings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.
Revenir en haut de la page