jeudi, 30 mars, 2017
Éric Zemmour – Lettre à Michel Onfray, mon nouvel ami
Éric Zemmour et Michel Onfray à Nice, à l'occasion d'un débat animé par FOG (photo : Le Point)

Éric Zemmour – Lettre à Michel Onfray, mon nouvel ami

Mon cher Michel,

Bienvenue au club ! Le club des populistes. Le club de ceux qui « font le jeu du FN ». Ils ont raison, à Libération, cette semaine : « Tu files un mauvais coton. » Et depuis longtemps. Je suis désolé de t’apprendre que tu n’es plus monsieur Potiron dans Oui-Oui. Ça, c’était avant, quand tu t’affichais matérialiste, hédoniste, anarchiste, adepte d’Épicure, bouffeur de curés, athée flamboyant.

Faut dire, tu exagères : tu brocardes Freud et Sartre. Tu te rebelles contre Bourdieu et les réformes éducatives de nos pédagogistes. Tu rappelles que la civilisation française et européenne est fondée sur les valeurs du christianisme ; tu dis « mon peuple » pour parler des Français avec affection et non « ce pays » avec dédain ; tu ne dis pas la République pour dire la France.

Tu as bien compris le « mépris de classe » qui anime nos élites bien-pensantes dont l’amour de l’Autre va depuis des années jusqu’à la haine de soi. Tu ne vois pas l’immigration comme « une chance pour la France ». Tu n’as pas digéré le « virage de 1983 », l’apostasie du socialisme français au nom de l’Europe. Tu es un « obsédé de l’identité » puisque après avoir lu le Coran, tu n’y as pas trouvé trace à chaque ligne de la « religion d’amour et de paix » qu’y ont vu ceux qui ne l’ont jamais lu.

Tu files un mauvais coton parce que tu lis ce que tu lis et que tu vois ce que tu vois. Parce que tu changes. Parce que tu acceptes la confrontation avec le réel, même s’il contredit tes a priori idéologiques. Or, tout cela est impardonnable aux yeux des sectaires de la bien-pensance. Et cela ne te sera pas pardonné. Ils ont raison de t’en vouloir. Ton grand basculement signale une fois encore que les vieilles frontières sont mortes; que l’Histoire redevenant tragique imposera des reclassements. Qu’ils se feront dans le bruit et dans la fureur. Tu seras brocardé, caricaturé, ostracisé. Tu seras dans le camp des réprouvés. Tu t’y habitues déjà.

Le combat d’avenir n’est pas avec eux mais avec toi. Entre l’ancien Michel et le nouvel Onfray. La mue sera parfois douloureuse. Ainsi, ai-je lu avec attention et amusement ta série estivale sur les femmes et la Révolution française. Ta polémique qui a suivi avec Mélenchon et les amis de Robespierre. Si je puis m’immiscer dans cette querelle, je serais tenté de leur donner raison. Tes femmes sont charmantes, mais si elles avaient dirigé la Révolution « douce » de tes rêves, il n’y aurait pas eu de Révolution. Ce sont les Girondins – et non Robespierre que tu abhorres – que tu admires qui ont déclaré la guerre que tu dénonces. Surtout, la Révolution fut d’abord une révolte virile… Mais brisons là : voilà un magnifique sujet de débat comme nous les aimons. Sans insultes, sans ostracisme, sans menaces.

À très vite. Ton ami.

Éric Zemmour, dans le Figaro Magazine du 19 septembre 2015

S’abonner au Figaro Magazine

Adhérer

Nous soutenir

A propos de Le Bréviaire des Patriotes

Le Bréviaire des Patriotes

6 commentaires

  1. A 7mn52…

    *Onfray :
    – un certain islam pose problème, ce n’ est pas exactement la même chose que de dire, les arabes nous posent des problèmes…
    *F.O.G :
    –l’ idée que les arabes puissent poser problème aux Français est une idée absurde !…
    *Zemmour :
    –Non, non, ce n’ est pas une idée absurde…!
    (Applaudissements…)

    http://ericzemmour.blogspot.fr/2015/06/video-debat-zemmour-onfray-nice.html

  2. Michel est aussi le prénom de mon nouvel ami ; coïncidence…….. je ne crois pas

    • En réponse, le tribunal correctionnel de Paris a jugé qu’« aussi excessifs, choquants ou provocants que ces propos puissent paraître », ils ne s’appliquent « qu’à une fraction des communautés visées et non à celles-ci dans leur ensemble ».

      RELAXE !!!

Revenir en haut de la page