De l’urgence de revoir la loi de 1905

Poitiers, le 20 octobre 2012.

L’Histoire de France était à l’honneur ce samedi, après l’occupation, par des militants de Génération Identitaire, du chantier de la future mosquée de Poitiers. Ces derniers ont souhaité rendre hommage, dans le calme le plus total, à un illustre personnage de l’histoire de France, Charles Martel, qui repoussa dans cette même ville les musulmans commandés par l’émir de Cordoue, Abd al-Rahmân. Cette action symbolique des identitaires met en exergue la faillite de la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État dans la société française.

Tout d’abord et lorsqu’on analyse en profondeur les différents articles de cette loi, l’on peut aisément comprendre qu’elle était destinée à apaiser les tensions entre catholiques et protestants comme en témoigne la redondance du terme « ecclésiastique ». Les mutations de la société française et les mouvements de population, venus essentiellement d’Afrique du Nord, ne s’étant pas encore amorcés, elle n’avait donc jamais eu à être confrontée à d’autres religions et notamment à l’islam.

La question que l’on peut donc légitimement se poser est la suivante : la loi de 1905 permet-elle, aujourd’hui, une réelle laïcité en France ? Devant la faiblesse de la République à la faire appliquer par peur de provoquer des incidents et des émeutes ainsi que la multiplication des revendications communautaires, la réponse est on ne peut plus claire : non, la loi n’est pas suivie dans notre pays.

De plus, et c’est sûrement le problème le plus important mais dont personne n’ose soulever de peur de subir la reductio ad hitlerum, les lois républicaines et l’islam sont-elles compatibles ? En effet, il y a un principe dont les musulmans sont fortement attachés qui est l’Oumma. Qu’est-ce donc ? Pour paraphraser Eric Zemmour, « c’est une forme d’internationalisme qui fait passer la communauté des fidèles avant les lois de la Nation ; l’oumma, c’est l’Huma, disait un spécialiste de l’islam ». Le Coran est également un livre qui comprend un code civil qui se substitue à celui de la République.

Bien entendu, nombreux sont les musulmans qui pratiquent leur religion dans le respect des lois ; mais les revendications des minorités sont toujours bien plus visibles et les quartiers sensibles, qui sont assujettis aux dealers et autres imams radicaux, entraînent un effet de masse et un sentiment anti-français qui prend une ampleur inquiétante et que l’on se doit de dénoncer.

Cela permet donc la transition vers le débat concernant le manque de lieux de culte musulmans en France et bien entendu, le financement de ces derniers.

Il est évidemment dangereux pour l’unité républicaine de laisser les nouvelles puissances du Golfe investir massivement dans les banlieues, que ce soit pour des lieux de prière ou pour des aides entrepreneuriales, comme c’est le cas aujourd’hui. Hormis le fait de laisser le communautarisme se propager en soutenant un fidèle musulman avant de soutenir un français à part entière, des pays comme le Qatar et l’Arabie Saoudite pour ne citer qu’eux, sont identifiés dans le financement massif des terroristes que nous sommes censés combattre en Afrique et au Moyen-Orient, de la bouche même de l’ancien patron de la DST, Yves Bonnet.

Citons aussi quelques chiffres du ministère de l’Intérieur : Dans les années 1970, la France comptait une centaine de mosquées contre près de 1600 en l’an 2000 et 2500 en 2012. La construction des lieux de culte musulmans est donc relativement exponentielle depuis plusieurs années ; les mosquées désertes dans le 18e arrondissement de Paris pendant que des centaines de fidèles priaient dans la rue démontrent que certains n’entendent pas respecter le pacte républicain. Intégrons d’abord les populations arrivées massivement sur notre territoire avant de bâtir des mosquées-cathédrales.

Il est donc urgent de revoir en profondeur la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État (ou sa suppression?) si le pouvoir politique persiste dans son inertie.

Mathieu

 

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 10.0/10 (2 votes pris en compte)
De l’urgence de revoir la loi de 1905, 10.0 sur 10 basé sur 2 ratings

A propos de Mathieu

Mathieu
Passionné d'Histoire, de politique (inter)nationale et de géopolitique ; je m'attache à faire partager ma passion et ma volonté de débattre sur tous les sujets ... surtout les plus brulants !

Un commentaire

  1. En fait, il faut bien comprendre que l’Islam est dans la même situation que le Catholicisme au XIXème siècle : ils ont beaucoup de mal à séparer le politique du religieux. Toutefois, la comparaison s’arrête là parce que la différence entre les deux est le contexte. L’Islam est bine protégé par la République tandis que le Catholicisme est stigmatisé à chaque fois. Deux raisons expliquent la montée du communautarisme musulman. D’abord, il y a une application au deux poids – deux mesures de la laïcité. Les Socialistes sont plus exigent avec les Catholiques que les Musulmans. Ensuite, il y a l’idéologie antiraciste (le multiculturalisme) qui consiste à dire que toutes les civilisations se valent. Les conséquences son l’immigration de masse et la non – francisation des Musulmans.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (1 vote pris en compte)
Revenir en haut de la page