Corse : Le FLNC dépose les armes après 38 ans de lutte

Corse : Le FLNC dépose les armes après 38 ans de lutte

Dans un communiqué publié ce mercredi 25 juin 2014, le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) a annoncé qu’il déposait les armes. Une première dans l’histoire du principal groupe terroriste corse.

Celui-ci a expliqué qu’il lançait « sans préalable et sans équivoque aucune un processus de démilitarisation et une sortie progressive de la clandestinité », tout en précisant qu’il ne s’agissait pas « de la fin de l’histoire. Au contraire. Par ce geste d’aujourd’hui nous voulons offrir des perspectives nouvelles à notre marche vers la souveraineté. » « Il est temps de passer à une phase nouvelle : celle de la construction d’une force politique pour gouverner la Corse et la conduire à l’indépendance », ajoute-t-il.

Le FLNC s’est dit satisfait des dernières décisions de l’assemblée de Corse, en particulier celle portant sur l’instauration d’un statut de résident de l’île qui oblige toute personne souhaitant acquérir un logement ou un terrain à justifier un statut de résident permanent d’au moins cinq ans en Corse. Désormais, le groupe récusera « toute paternité d’actions militaires sur le territoire corse et français ».

Le FLNC, 38 ans de lutte armée

L’organisation terroriste est née dans la nuit du 4 au 5 mai 1976, une « nuit bleue » où 22 bombes explosent dans certaines localités corses. 20 000 tracts laissés sur place l’annoncent : le FLNC est né.

Depuis, le mouvement qui milite en faveur de l’indépendance de la Corse et contre la spéculation immobilière a multiplié les attentats à la bombe et les assassinats dans le but de faire entendre ses revendications. Ses cibles privilégiées sont les hauts-responsables de l’armée et de la police de l’État français, les commissariats et gendarmeries ainsi que les bâtiments publics et les banques. En 1978, 27 de ses membres sont arrêtés lors d’une vaste opération de police, ce qui ne l’empêchera pas de poursuivre ses actions allant du mitraillage de commissariat au plastiquage de bâtiments publics.

Un tournant décisif est opéré à la fin des années 70, date à laquelle le groupe terroriste décide de frapper également sur le continent. Le 6 mai 1979, 20 banques de Paris sont touchées par un attentat à la bombe. Une nouvelle « nuit bleue » intervient le 19 août 1982 quand 99 attaques sont menées simultanément contre des cibles gouvernementales. À partir des années 90, l’organisation se déchire et une série de querelles intestines cause plusieurs morts parmi ses membres. C’est le 6 février 1998 que la violence retentit à travers tous les médias avec l’assassinat de Claude Érignac, le préfet français pour la Corse tué par 3 balles de 9mm. L’attaque est revendiquée par une branche dissidente du FLNC CH. Ce n’est qu’en 1999 qu’un accord de paix est conclu au sein de l’organisation, à nouveau réunie.

Lors des années 2000 et 2010, les actions du Front de libération nationale de la Corse se feront plus rares. Ce mercredi 25 juin 2014, le groupe nationaliste annonce déposer les armes pour la première fois depuis sa création.

Cliquer ici pour télécharger le communiqué complet du FLNC

Christopher Lings

Le Bréviaire des patriotes a besoin de vous pour vivre et se développer. Votre soutien est la seule chose qui nous rémunère !  Lisez notre appel du 16 mai 2014

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 9.8/10 (6 votes pris en compte)
Corse : Le FLNC dépose les armes après 38 ans de lutte, 9.8 sur 10 basé sur 6 ratings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim, Présent.

Un commentaire

  1. Bonsoir. un avis assez fantastique, Amitiés ; Découvrez les visites virtuelles interactives de biens immobiliers

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
Revenir en haut de la page