lundi, 11 décembre, 2017

1908 : Quand le petit neveu de Napoléon Ier fondait le FBI

Un Bonaparte à l’origine du FBI ? Si cela parait incroyable, cette information vérifiée par Le Point est bien réel. C’est Charles Joseph Bonaparte, petit-fils du frère de l’Empereur Jérôme Bonaparte, marié 1803 à une riche américaine, qui le créera le premier ce bureau d’investigation.

Charles Bonaparte, petit neveu de Napoléon Ier donc, grandit aux États-Unis où il étudie dans un collège français avant de rejoindre Harvard pour ses études de droit. Plus tard, il ouvre un cabinet privé et commence à se mêler de politique. Proche de Roosevelt et de sa politique, il est surnommé en 1884 Souphouse Charlie (Charlie Soupe Populaire) après son intervention remarquée : « Pour l’État, assurer l’instruction publique serait aussi ridicule que d’ouvrir des soupes populaires ! »

En 1904, Roosevelt le nomme à la tête du ministère de la Marine malgré les sarcasmes de la presse états-unienne qui titre alors : « Le petit neveu du petit caporal à la tête de la marine des États-Unis ! ». Résidant à Baltimore, il refuse la modernité. Chez lui, point d’électricité, point d’automobile. Il fait tous les jours l’aller-retour à Washington en calèche.

En 1905, le Président le nomme attorney general (procureur général) et le charge de mener de nombreuses enquêtes sur le crime organisé et les fraudes commises contre le Trésor. Par manque de moyens et de marge de manœuvre, il ne peut correctement accomplir sa mission. Après un puissant lobbying, Charles Bonaparte peut enfin engager ses propres enquêteurs. Il déniche 25 agents spéciaux, en bonne forme physique, avec des diplômes, une allure passe-partout et un langage châtié.

C’est la naissance du BOI (Bureau of Investigation) le 26 juillet 1908, devenu FBI (Federal Bureau of Investigation) en 1935. Une naissance marquée du sceau de la descendante de l’Empereur Napoléon Ier.

 

Christopher Lings

 

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.
Revenir en haut de la page