Les guerres puniques (II) – La première guerre punique et ses conséquences
Regulus part pour Carthage, retenu par ses parents – Tempera sur papier de Michel Ghislain Stapleaux, 1832.

Les guerres puniques (II) – La première guerre punique et ses conséquences

La première guerre punique marque le premier affrontement entre Rome et Carthage. Ce conflit ininterrompu de 23 ans va demander un effort de guerre considérable à Rome, qui va devoir mobiliser année après année ses citoyens afin de combattre les puniques, et  développer une force navale conséquente. Nous verrons d’abord les causes lointaines et immédiates de ce conflit, avant de développer les opérations à proprement parlées et finalement les conséquences de cette première opposition entre Rome et Carthage.

Les causes lointaines

Pyrrhus Ier, roi d'Épire.

Pyrrhus Ier, roi d’Épire.

Le conflit entre Rome et Carthage était-il inévitable ? Pour certains spécialistes[1], la nouvelle politique extérieure entreprise par Rome au IIIe siècle, permise par la fin de la lutte interne entre patriciens et plébéiens, allait fatidiquement s’opposer à terme à l’empire commercial et maritime de Carthage. Pour autant, les relations entre Rome et la cité punique ne laissaient pas présager de conflit aussi long et difficile : les nombreux traités conclus entre les deux cités entre le IVe et le IIIe siècle avaient institué un semblant d’équilibre des forces. De même, Carthage et Rome ont eu l’occasion de faire front commun contre Pyrrhus, le roi d’Épire, royaume situé de l’autre côté de l’Adriatique, en -278. Les deux alliés s’étaient promis de ne traiter qu’ensemble avec l’envahisseur, et Carthage s’était engagée à fournir à Rome argent et navires, avec le dessein de contenir celui qui voulait reconstituer l’empire d’Alexandre, en Italie.

La cause est donc peut être à chercher dans les conséquences de la guerre contre Pyrrhus. Rome a en effet été amenée à prendre le contrôle de la Grande Grèce, c’est à dire la botte italienne et des cités comme Tarente (tombée en -272) et surtout Rhegion, donnant une partie du contrôle du détroit de Messine à Rome, alors que Carthage en contrôlait également une partie après avoir repris la Sicile à Pyrrhus, créant de facto une tension entre les deux empires en formation. Cependant, nous pouvons également trouver une réponse satisfaisante dans la conclusion des trois guerres qu’a menées la cité grecque de Syracuse contre Carthage au cours du IVe siècle, sous l’impulsion du tyran Agathocle de Syracuse. Ce dernier voulut évincer Carthage de Sicile, afin de grouper toutes les cités de l’île sous une seule bannière. Au terme du conflit le plus long de l’Antiquité ­— de -600 à -265, soit plus de trois siècles de guerre ­—, Syracuse perd définitivement son aura de première puissance de Méditerranée. L’affaire aurait pu s’arrêter là si d’anciens mercenaires du tyran de Syracuse, Agathocle,  n’avaient pris le contrôle de la ville de Messine à la mort de ce dernier en -289, ce qui nous amène à la cause immédiate du conflit romano-punique.

La cause immédiate, l’affaire de Messine

Le trajet de l'armée punique de Lilybée à Messine (Wikipédia).

Le trajet de l’armée punique de Lilybée à Messine (Wikipédia).

Agathocle de Syracuse meurt en -289. À l’annonce de la mort de leur employeur, d’anciens mercenaires du défunt tyran, que l’on appelle Mamertins ­— serviteurs du dieu Mars, qualificatif auto-attribué — s’emparent de la ville de Messine. Le nouveau tyran de Syracuse, Hiéron II, décide de marcher contre les Mamertins et de prendre le contrôle de la ville. Messine fait alors appel à Carthage, qui possède une garnison dans la ville, pour vaincre Hiéron. C’est chose faite, Syracuse doit renoncer à Messine. Mais demander l’aide de Carthage, c’était s’exposer à une mise sous tutelle de la part de cette dernière, ce que ne voulaient pas les Mamertins, qui firent deditio in fidem à Rome.

Arrêtons-nous un instant sur ce concept de deditio, très important dans l’histoire de la République romaine à notre période, puisque c’est par ce concept que l’on a pu expliquer la croissance territoriale de Rome et surtout, son pseudo-impérialisme. Tout d’abord, la deditio in fidem est un acte politique mais éminemment sacré : une cité remet son destin entre les mains d’une puissance étrangère en l’échange d’un appui militaire contre un ennemi. Cela signifie qu’une cité menacée qui faisait deditio auprès de Rome remettait l’intégralité de ses biens, de ses gens et de son territoire à la discrétion du peuple romain. Généralement, Rome maintenait les institutions politiques et religieuses, mais enlevait auxdites cités leurs pouvoirs diplomatiques et militaires, assurés désormais par leur « suzerain » romain. En échange, Rome garantissait la sécurité de la cité vassale et lui offrait son aide en cas de besoin, avantage non négligeable en des temps où les guerres faisaient quasiment partie du quotidien.

Rome refusait rarement la deditio d’une cité, même si cela l’a souvent conduit à des défaites : les trois guerres samnites sont la conséquence de la deditio d’un certain nombre de cités de Campanie menacées par la migration des Samnites vers des plaines favorables à l’élevage. Exemple parmi d’autres, la soumission des cités menacées (Capoue et Teanum) par les Samnites offrit la possibilité à Rome, une fois les Samnites définitivement vaincus, de :

  • faire de Capoue une municipalité fédérée en 334 avant d’être définitivement annexée en 318-312.
  • dissoudre la ligue latine au profit de Rome, qui put installer librement ses colonies (Ostie, Antium, Terracine)
  • assurer sa domination sur la Campanie grâce à la création d’un État romano-campanien, rendue possible grâce à la bonne entente entre l’aristocratie romaine et capouane.
  • créer un contact direct entre Rome et la Grande Grèce, avec les conséquences que l’on connaît.

Ainsi, l’expansion de Rome dans toute la péninsule italique n’est pas, paradoxalement, de son fait : c’est en répondant à l’appel au secours d’autres États que Rome s’est agrandie à leurs dépens, ce qui sera une constante dans l’histoire romaine, même si parfois l’étude des guerres menées par Rome peut laisser planer le doute — on pense à la guerre des Gaules.

Pourtant cette fois-ci, Rome hésite : elle a pactisé avec Carthage et s’est engagée à ne pas intervenir militairement en Sicile. Cependant, la deditio de Messine est un acte sacré : refuser serait bafouer les dieux. De même, prendre le contrôle de Messine serait un atout considérable pour Rome, qui serait seule maitresse du détroit de Messine, certainement le carrefour commercial le plus important de Méditerranée occidentale, a plus forte raison, de tout le bassin méditerranéen.

Sur la décision de Rome à proprement parlé, les opinions des spécialistes divergent : Pour Mireille Cébeillac, c’est le concilium plebis, le concile de la plèbe, un organe législatif, qui décida que Rome apporterait son soutien aux Mamertins, en vertu de la lex Hortensia de -287, qui donnait force de loi aux plebiscita (décisions) prises par le concile[2]. Pour Marcel Le Glay, la décision fut bel et bien prise par le Sénat, poussé par la puissante famille des Claudii, « attiré par l’espoir de butin et désireux d’assurer la défense de leurs intérêts commerciaux. »[3]. Toujours est-il que Rome envoya une armée secourir les Mamertins en 264 av. J.-C., déclenchant la première guerre punique.

La première confrontation entre Rome et Carthage eut lieu devant les murailles de Messine, au cours de la bataille éponyme. Rome, qui n’est pas officiellement en guerre avec Carthage, envoie le consul Appius Claudius Claudex à la tête de deux légions reprendre Messine. C’est chose faite : la garnison carthaginoise est chassée sans heurts notables de la ville, qui passe sous le joug romain. Carthage, malgré le flagrant casus belli que représente l’occupation de Messine par Rome, semble avoir voulu éviter une guerre ouverte avec cette dernière. Après une courte période de vaines négociations, l’armée carthaginoise est battue par les légions de Claudius. Au cours de la bataille, la majorité de la cavalerie romaine fut vaincue, mais les légionnaires montrèrent toute leur supériorité face aux mercenaires carthaginois et aux hoplites syracusains.

Cette bataille quoique non décisive, contraignit cependant Hiéron à se retirer. Claudius se retira de Sicile, laissant une forte garnison à Messine, mais ne parvint pas à imposer la paix : la guerre allait encore durer 23 ans. Remplaçant Claudius, le consul Messalla parviendra à faire se retirer Hiéron, qui épousera la cause romaine et restera fidèle à son serment jusqu’à sa mort en -215.

Les opérations navales

Troupes romaines embarquées sur un navire.

Troupes romaines embarquées sur un navire.

Si l’essentiel des opérations terrestres vont se dérouler en Sicile (ainsi qu’en Afrique du Nord comme nous le verrons), Rome a dû, pour la première fois de son histoire, livrer bataille sur mer, afin de briser la toute puissance carthaginoise en Méditerranée occidentale. La légende voudrait que Rome ait construit 120 navires de type quinquérème en seulement 60 jours, à partir de l’épave d’un navire carthaginois échoué. C’est en effet la première fois que Rome a dû se doter d’une flotte de guerre digne de ce nom. Bien que les soccii navales, les cités alliées d’Italie du Sud, fournissent à Rome des navires de guerre, c’était bien loin d’être suffisant contre Carthage. Les Romains, dans leur pragmatisme habituel, savaient très bien que le fait de posséder un nombre conséquent de navires ne leur permettrait pas de vaincre les carthaginois sur le terrain qu’ils maitrisent le mieux : la mer.

Face à des marins expérimentés, Rome ne pouvait opposer que des citoyens-soldats, qui n’avaient pour la plupart jamais posé le pied sur un navire. À une époque où le combat naval consistait à éperonner le navire par le flanc ou le couler, ou bien tuer l’équipage ennemi à coup d’armes de jet, les Romains innovèrent en se munissant de corvi (pluriel de corvus, corbeau). Ces passerelles de bois munies de crochets permettaient aux Romains d’aborder les navires carthaginois et de transformer les deux ponts des navires en un espace propice au combat rapproché, domaine dans lequel excellent les légionnaires. Cette invention permet à Rome de remporter, au large de Mylae en -260, la première victoire navale de son histoire, capturant 50 navires carthaginois. Bien que non décisive, cette victoire fut un incroyable choc psychologique du côté punique. Rome va remporter un grand nombre de victoires navales, dont la plus importante est celle du cap Enomo, où Rome capture 50 navires carthaginois et en coule 24, perdant de son côté autant de navires. On ne connaît qu’une seule défaite navale romaine durant ce conflit : Drépane, en -249. Le consul P. Claudius Pulcher avait conçu un plan audacieux pour attaquer la flotte ennemie à Trepani. Au lieu d’attendre le renfort de son collègue, et malgré les augures défavorables (les poulets sacrés auraient refusé de manger, Pulcher les aurait alors jetés par-dessus bord en criant « et bien, buvez maintenant. »), se lança à l’assaut et perdit 93 navires et de très nombreux hommes d’équipage.

En -259, le consul Lucius Cornelius Scipion s’empare d’Aléria en Corse, mais échoue à prendre la Sardaigne. En Sicile, la situation est plus complexe à cause du constant renfort carthaginois envoyé sur l’île, qui ne tombera définitivement qu’à la fin du conflit.

Bataille de Mylae, par Vincentius Bellovacensis, enluminure issue de l'ouvrage Speculum historiale, France, XV° siècle.

Bataille de Mylae, par Vincentius Bellovacensis, enluminure issue de l’ouvrage Speculum historiale, France, XV° siècle.

L’expédition d’Afrique et le sursaut carthaginois

Comme les Syracusains avant elle, Rome décida d’attaquer Carthage sur son territoire, afin de la vaincre définitivement. Sûre du soutien de ses alliés numides, Rome ne prend la peine d’envoyer qu’un seul consul, Regulus, à la tête de deux légions, qui débarque au cap Bon en -256.  Après avoir ravagé la ville de Kerkouane et mit le siège devant Tunis, Regulus propose une paix aux conditions scandaleuses pour Carthage : l’abandon de la Sicile. L’armée carthaginoise profite de l’hiver pour reconstituer ses forces et, au printemps, dirigée par le général mercenaire spartiate Xanthippe, inflige une cuisante défaite aux légions de Regulus, qui avait accepté le combat avant d’avoir reçu des renforts de Rome. Carthage fit 500 prisonniers, dont Regulus, qui mourut en captivité.

Loin d’avoir mis un terme au conflit, la guerre repart de plus belle. La trop grande confiance de Regulus est une tare consulaire liée à l’institution même, que l’on retrouvera fréquemment au cours de la deuxième guerre punique, que nous étudierons.

Après la perte de deux de ses légions, Rome réagit vite et réussit à récupérer les rescapés du massacre au cap Bon, avec 200 navires. Mais une tempête décime la flotte de sauvetage au large de Camarina, au Sud-Est de la Sicile. Démarre alors une guerre de position qui durera une dizaine d’années, ponctuée de combats dont l’issue ne sera décisive ni pour l’un ni pour l’autre.

Hamilcar Barca.

Hamilcar Barca.

Pendant ce temps, l’effort de guerre permanent épuise les deux puissances. Aucun conflit aussi long n’avait eu lieu sans trêve jusqu’alors. La construction de navires de remplacement à ceux détruits au cours des combats ou des tempêtes est continue. Rome est obligée de recourir à une augmentation des taxes et à un emprunt extraordinaire. Les quelques pauses, toujours de courte durée, servent à reconstituer les forces de chacun. Rome parvient peu à peu à reprendre la main sur la Sicile, renouvelant sans limite de temps son alliance avec Syracuse[4].

Une épine supplémentaire vient se planter dans le pied de Rome à partir de -247 : le grand général carthaginois Hamilcar Barca débarque en Sicile à la tête d’une petite troupe de mercenaires, et mène la vie dure aux Romains, reprenant une bonne partie de l’Ouest de l’île. Jamais vaincu, il mènera des assauts jusque sur la côte Sud de l’Italie. Il faut attendre le dénouement final de ce conflit pour qu’Hamilcar cesse d’être une menace pour Rome.

La bataille des Égades et la paix

En -242 la guerre est au point mort. Les finances de Rome sont désastreuses. Pour reconstruire une flotte, les riches citoyens de Rome font construire sur leurs propres deniers des quinquérèmes, reconstituant ainsi une flotte de 200 navires. Depuis sa première victoire navale, Rome avait gagné une certaine expérience du combat sur mer : le corvus est abandonné, les équipages formés à de complexes manœuvres.

Carthage ne reste pas indifférente aux manœuvres de Rome. Elle expédie toute sa flotte, forte de 250 navires, contrer la flotte romaine qui avait mis le siège devant le port de Lilybée.  Malgré un vent contraire, le consul Catulus décide d’attaquer la flotte carthaginoise. Pour cela, il ordonne de démâter les navires et de laisser à terre tout équipement superflu. Malgré leur infériorité numérique, les Romains, plus expérimentés que les équipages puniques recrutés à la hâte, ayant une meilleure manœuvrabilité que les quinquérèmes carthaginoises, chargées en hommes et en provisions, détruisent la majeure partie de la flotte carthaginoise en éperonnant ou en capturant leurs navires. C’est une victoire décisive que vient de remporter Rome : Carthage est incapable de se relever de cette cuisante défaite et accepte de signer la paix avec Rome en -241.

Conséquences de la première guerre punique

La première des conséquences de cette première guerre punique fut d’abord la cession totale de la Sicile à Rome. L’île devient la première des provinces romaines, qui, un jour, borderont toute la Méditerranée et au-delà. Rome met aussi la main sur tous les îlots au large de la Sicile, les Lipari. Rome récupère un énorme butin de guerre, additionné à la lourde indemnité que Carthage doit payer : 25000 esclaves à Agrigente, 27000 à Palerme, 10000 aux îles Lipari.

À la fin de cette guerre, Rome est devenue une véritable puissance navale, mais elle n’entretiendra pas cette flotte dans la durée, ce qui lui manquera cruellement lors de la deuxième guerre punique.

Carthage sort considérablement affaiblie de cette guerre. Additionné au lourd tribut de guerre qu’elle doit verser à Rome, elle va devoir faire face, quasi immédiatement après la cessation des hostilités, à la « guerre des mercenaires », dont nous reparlerons dans notre prochain épisode de cette série d’articles.

Sommaire de la série :

Nous avons besoin de votre soutien pour vivre et nous développer :

[1] Le GLAY Marcel, VOISIN Jean Louis, Le BOHEC Yann, Histoire romaine, Paris, PUF, 2011, pp.82-83.

[2] MARTIN Jean-Pierre, CHAUVOT Alain, CEBEILLAC-GERVASONI Mireille, Histoire romaine, Paris, Armand Colin, 2013, p. 71.

[3] Histoire Romaine, op. cit. , p.83

[4] ROUSSEL Denis, Les Siciliens entre les Romains et les Carthaginois à l’époque de la première guerre punique. Essai sur la Sicile de 276 à 241, Paris, 1970. (Disponible sur Persée.fr)

 

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 9.4/10 (10 votes pris en compte)
Les guerres puniques (II) – La première guerre punique et ses conséquences, 9.4 sur 10 basé sur 10 ratings

A propos de Louis Landais

Louis Landais
Etudiant, passionné d'histoire et des Humanités en général.

8 commentaires

  1. Christopher Lings

    Ce qui est intéressant avec les nouvelles méthodes romaines concernant l’abordage d’un navire, c’est de constater que Rome a su employer la supériorité terrestre de ses légions… sur mer !

    VN:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (5 votes pris en compte)
  2. La destruction de Carthage et l’extermination de ses habitants furent le premier génocide de l’Histoire scientifiquement prouvé. La « civilisation » romaine, comme la « civilisation » américaine, sont basées sur le génocide, expression ultime de l’impérialisme le plus impitoyable.

    ……… Tout s’est passé comme si la République romaine avait décidé, avant même l’engagement officiel des hostilités, et d’une manière ou d’une autre, de raser la ville, d’exterminer ses habitants, et d’en purifier la terre et le ciel. En 1973, Jean-Paul Brisson décrit le débarquement de Rome en Afrique comme celui de « hordes indo-européennes ». En 1977, François Decret parle de la Troisième guerre punique comme de la « solution finale » au problème carthaginois, formule reprise en 1992 par Serge Lancel. L’historien Ben Kiernan y voit, quant à lui, le premier génocide de l’histoire : Cette politique romaine d’« extrême violence», l’« annihilation de Carthage et de la plupart de ses habitants» ruinant « une culture entière », correspond à la définition légale moderne de 1948 de la Convention sur le Génocide des Nations Unies : la destruction intentionnelle « totale ou partielle, [d’] un groupe national, ethnique, racial ou religieux, en tant que tel».

    Lire la suite sur

    http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/03/le-genocide-est-une-vieille-tradition.html

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 2.0/5 (6 votes pris en compte)
    • Le but de l’article n’est pas de juger l’action de Rome vis à vis de Carthage mais d’expliquer pourquoi Rome et Carthage sont entrées en guerre. Il ne faut pas confondre histoire et mémoire.

      VN:F [1.9.22_1171]
      Avis: 5.0/5 (7 votes pris en compte)
  3. Excellent article! Rien a redire!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (2 votes pris en compte)
  4. Excellent article, notamment la partie sur la deditio qui éclaire sur les rapports de force des différents protagonistes. En complément je vous propose une petit vidéo que j’ai réalisé il y a peu de temps et qui résume de manière assez visuelle (en s’appuyant sur des cartes) les guerres puniques et la destruction de Carthage :

    https://www.youtube.com/watch?v=1ABxRizSfHw

    J’espère qu’elle vous plaira !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
Revenir en haut de la page