29 mars 1796 : Exécution du général vendéen Charette à Nantes

29 mars 1796 : Exécution du général vendéen Charette à Nantes

Le 29 mars 1796, le général François-Athanase Charette de La Contrie, dit « Charrette », chef de l’Armée catholique et royale du Bas-Poitou et du Pays de Retz, est fusillé à Nantes, place Viarme.

Après avoir longuement combattu, avec fierté et courage, les armées républicaines en Bretagne et en Vendée, le général Charrette est capturé par le républicain Jean-Pierre Travot, le 23 mars 1796, dans les bois de la Chabotterie (Saint-Sulpice-le-Verdon). Alors qu’il fut à la tête de dizaines de milliers de contre-révolutionnaires et qu’il était surnommé « le Roi de la Vendée », Charrette finit capturé dans un bois avec seulement 32 fidèles à ses côtés.

Conduit à Nantes, il est condamné à mort et fusillé le 29 mars place Viarme. Peu avant le moment fatidique, il déclare : « Seigneur, entre tes mains je remets mon esprit. » Fidèle à l’image qu’on lui prête, il dirige lui-même le peloton de sa propre exécution, et refuse d’avoir les yeux bandés. Il lance aux soldats : « Lorsque je fermerai les yeux, tirez droit au cœur ! » Au moment où ces derniers ouvrent le feu, dans un ultime réflexe de combattant, il s’élance en avant.

Dans le « Mémorial de Sainte-Hélène », cité par Las Cases, Napoléon Ier dira : « J’ai lu une histoire de la Vendée, si les détails, les portraits sont exacts Charette est le seul grand caractère, le véritable héros de cet épisode marquant de notre révolution, lequel, s’il présente de grands malheurs, n’immole pas du moins notre gloire. (…) Oui, Charette me laisse l’impression d’un grand caractère, je lui vois faire des choses d’une énergie, d’une audace peu communes, il laisse percer du génie. »

Christopher Lings

 

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.
Revenir en haut de la page