Crise économique et sociale à l’époque archaïque d’Athènes
Akropolis – Leo von Klenze (1846)

Crise économique et sociale à l’époque archaïque d’Athènes

Au cours des VIIe et VIe siècles av. J.-C., la cité d’Athènes eut à subir l’une des plus importantes crises de son histoire. Cette crise eut de grandes conséquences sur la société au niveau économique, politique, institutionnel. Les réformes qui en découlèrent préparèrent l’avènement de la démocratie et le retour de la prospérité.

Les faits à l’origine de la crise

Durant la période pré-solonienne, la cité était dominée par les nobles d’Athènes, appelés les « eupatrides » – les bien-nés –, terme qui renvoie donc à une distinction sociale par la naissance. Les eupatrides étaient les seuls à disposer de la connaissance religieuse, les seuls à occuper des fonctions de magistrats, et les seuls habilités à prononcer et interpréter le droit. Les lois étaient alors gravées non pas dans le marbre mais dans le verbe des nobles. En plus de détenir le pouvoir politique et religieux, ils disposaient d’un grand pouvoir économique car ils ont fini, au fil du temps, par détenir presque toutes les terres de la cité. Le pouvoir était alors oligarchique et fortement inégalitaire.

Le contrôle des terres agricoles athéniennes était primordial, car les terres de l’attique, situées sur un sol rocailleux, sont minces et peu fertiles; si l’ensemble des terres se prêtent bien à la culture de l’olivier, des vignes et des fruits, les terres capables de fournir des ressources alimentaires comme le blé ou l’orge se font rares et ne peuvent nourrir à elle-seules toute la population. Tandis que les ressources agro-alimentaires de la cité sont insuffisantes, la population quant à elle augmente et se trouve se plus en plus à l’étroit sur la presqu’île de l’attique, ce qui est une source de pression supplémentaire.

En fait, la cité doit faire appel aux ressources du commerce maritime pour survivre et importer le complément de base. Cette situation finira par profiter aux négociants qui, grâce au commerce maritime, s’enrichissent et forment la base d’une classe moyenne à Athènes. Cette classe émergente, consciente progressivement de sa force, cherchera à jouer un rôle politique de premier plan et à s’imposer face à la férule des eupatrides, une situation qui rappelle la lutte de la bourgeoisie face à l’aristocratie pour le pouvoir politique lors de la révolution française de 1789.

Les paysans quant à eux étaient des clients, car ils étaient sous la protection d’un puissant, et aussi des sixeniers car ils ne gardaient pour eux-mêmes et leurs familles qu’un sixième des fruits de la récolte. Ces paysans, des serfs avant l’heure, devaient verser une redevance au propriétaire de la terre et ils pouvaient être mis en esclavage, eux et leurs familles, s’ils étaient incapables de s’en acquitter. La mise en esclavage de citoyens était devenue pour la cité une véritable gangrène, devenue si intolérable que la cité était au bord de l’explosion sociale.

Une première tentative de réforme avec le législateur Dracon

Dracon

Dracon

Afin d’endiguer la crise économique et sociale, la cité fait d’abord appel à Dracon, un eupatride, nommé archonte éponyme en 621-620 av. J.-C. L’œuvre principale de Dracon est essentiellement législative. Avec lui, les droits politiques sont élargis envers tous les citoyens capables de s’armer. Ces citoyens en armes élisaient les neuf archontes et les trésoriers parmi ceux possédant une fortune d’au moins dix mines, tandis que les stratèges et les hipparques étaient choisis parmi les détenteurs d’une fortune d’au moins cent mines. Dracon sera le premier à fixer les lois de la cité par écrit, afin que tous les citoyens puissent les consulter et afin d’éviter les abus des eupatrides. Les lois promulguées par Dracon étaient d’une grande sévérité, au point que l’adjectif draconien est resté synonyme d’inflexibilité, et la plus petite infraction, comme le vol de nourriture, était puni de mort. Cependant, on ignore si ces lois résultaient d’une œuvre propre à Dracon, ou si elles étaient la continuation de lois antérieures à lui. Cependant, elles ne règlent en rien les problèmes économiques et les paysans subissent toujours le joug des eupatrides, qui détiennent toujours un pouvoir fort, et Dracon est chassé du pouvoir par ses concitoyens et finit ses jours à Égine.

Solon engage une série de réformes qui vont apaiser la cité

Solon

Solon

Législateur et poète, l’homme est issu d’une famille eupatride, et reçoit une bonne éducation. Mais bien qu’eupatride, sa famille dispose de ressources modestes et, tout jeune, il navigue avec son propre navire dans des contrées lointaines et étrangères dans le but de faire des affaires dans le commerce des huiles, activité qui va l’enrichir et lui conférer une réputation d’honnêteté. Il fait donc également partie de la classe moyenne des négociants. Ses voyages lui confèrent également une grande culture et une grande ouverture d’esprit et ses poèmes exhorteront les riches à la modération et les citoyens au patriotisme. En raison de sa sagesse, il sera considéré par la postérité comme l’un des sept sages de la Grèce. Après le départ de Dracon, c’est vers lui que les athéniens se tournent pour réformer leur cité et en 594-593 av. J.-C., il devint l’arbitre de la cité, muni de pouvoirs extraordinaires afin de résorber la crise économique et sociale. Il abrogea l’ensemble des lois de Dracon, jugées trop strictes, excepté celles portant sur l’homicide et établit un nouveau corpus de lois. Voici les principales mesures promulguées par Solon:

  • Il abolit l’esclavage pour dettes dont étaient victimes les citoyens.
  • Il abolit par le biais de la « seisachteia » toutes les dettes, qu’elles soient publiques ou privées: les emprunts avec hypothèque sur les terres ou la personne sont dorénavant interdits.
  • Il interdit que des céréales et autres denrées alimentaires de base soient vendues hors de l’Attique.
  • Il promulgue une loi d’amnistie envers tous les athéniens.
  • Les citoyens sont dorénavant classés non plus selon leur naissance mais selon leur fortune et il répartit les citoyens en quatre classes censitaires. La première classe est composée des citoyens les plus riches, les « pentacosiomédimnes » qui disposent de plus de cinq cent médimnes; les cavaliers disposent de trois cent médimnes et sont suffisamment fortunés pour posséder un cheval, d’où leur nom; les zeugites disposent de deux cent médimnes et combattent en tant qu’hoplites; les thètes forment les prolétaires de la cité car ils ne possèdent bien souvent que leur bras. Ils combattent dans la marine ou dans l’infanterie légère . Ils n’ont accès à aucune magistrature et sont exemptés d’impôts. Ces nouvelles classes sociales devaient atténuer les différences entre les eupatrides et la classe moyenne des marchants.
  • Il promulgue une loi qui oblige chaque citoyen à prendre parti lors du débat politique et à s’engager sous peine d’être dépossédé de la citoyenneté.
  • Il promulgue une loi qui permet à tout citoyen de déposer plainte contre tout autre citoyen en cas d’atteinte à l’honneur, à la vie ou la propriété d’une tierce personne.

Conséquences

Grâce à l’œuvre législative de Dracon et surtout celle de Solon, le climat social s’apaise car le joug politique des eupatrides a été durablement affaibli. Par la division des citoyens en nouvelles classes censitaires, les marchands obtiennent davantage de poids dans les prises de décisions de la cité et entérinent leur pouvoir. La politique d’austérité des eupatrides a montré ses limites et l’annulation des dettes permit le retour de la prospérité économique. Cet élan nouveau se poursuivra au siècle suivant et va contribuer à pérenniser la démocratie à Athènes.

Jacques-Olivier Ledard

 

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 9.8/10 (10 votes pris en compte)
Crise économique et sociale à l'époque archaïque d'Athènes, 9.8 sur 10 basé sur 10 ratings

A propos de Jacques-Olivier Ledard

Professeur de lettres classiques, comédien, je suis un auteur passionné par l'histoire, les langues anciennes, les livres, les arts du théâtre, que ce soit sur scène ou en régie, les sciences de l'information et bien d'autres choses encore.

9 commentaires

  1. Christopher Lings

    Excellent papier très clair. Merci. J’ai beaucoup appris, surtout l’anecdote sur l’origine du mot « draconien ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Avis: 4.7/5 (3 votes pris en compte)
  2. C’est donc un poète qui pourrait bien sauver la France !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (3 votes pris en compte)
    • Jacques-Olivier Ledard

      Qui sait… En tout cas, j’ai trouvé cette situation très intéressante, surtout si on la compare avec ce qu’il se passe actuellement en Grèce et ailleurs en Europe. Comme quoi, l’austérité n’a jamais été une solution

      VA:F [1.9.22_1171]
      Avis: 5.0/5 (3 votes pris en compte)
  3. Très bien documenté et bien construit, excellent article. Bravo Jack’O.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (2 votes pris en compte)
  4. Quelques ouvrages sur la Grèce :
    http://www.histoireebook.com/index.php?tag/Gr%C3%A8ce (fr)
    http://www.balderexlibris.com/index.php?tag/Greece (angl)
     

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
  5. « L’histoire n’est qu’un éternel recommencement » (Thucydide).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
  6. Jacques-Olivier Ledard

    Merci à tous pour vos commentaires, cela fait plaisir. Si vous, ou d’autres lecteurs, souhaitez approfondir le sujet, je vous recommande vivement La constitution des Athéniens, que nous a transmise Aristote et qui est une source d’information inestimable sur cette époque (lien: http://docteurangelique.free.fr/livresformatweb/complements/AristoteConstitutionathenes.htm ).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
Revenir en haut de la page