vendredi, 26 mai, 2017
Napoléon, homme de paix !

Napoléon, homme de paix !

« On parle de mon amour pour la guerre, mais n’ai-je pas été constamment occupé à me défendre ? Ai-je remporté une seule grande victoire que je n’aie immédiatement proposé la paix ? » Napoléon Bonaparte

Parmi les légendes composées par la partialité et accréditées par l’ignorance, il en est une – et non des moins rabâchée – qui représente Napoléon comme un conquérant sanguinaire ne vivant que pour le carnage et faisant de la guerre son passe-temps favori, son jeu préféré. Mais comme face aux attaques mensongères et totalement « abracadabrantesques » du triste sire Ribbe, faisant de Napoléon le précurseur d’Hitler, le faiseur de génocide des noirs (1) ou bien les calomnies d’un Caratini (2), les faits, pour quiconque veut les voir (3), se dressent devant les assertions malveillantes ou controuvées et, dans leur impassible éloquence, ils assurent à la vérité la victoire définitive sur le mensonge.

Ce n’est pas le règne du « grand Empereur » que j’essaierai de passer en revue (4) mais je chercherai à jeter un coup d’oeil rapide sur les circonstances d’où surgirent les guerres de l’Empire, sur les véritables instigateurs de ces conflits et sur le destin qu’eut fait à la France l’effacement de Napoléon dans cette lutte épique de quinze ans dont il ne fut ni l’auteur ni le maitre. La passion qui dénature les faits pour les exploiter à son profit, l’ignorance qui les juge d’après les apparences, font de Napoléon un ambitieux farouche, immolant tout à son esprit de domination. Rien de plus faux que cette peinture et, pour le prouver, il faudrait pouvoir mettre en lumière et aux yeux de tous, le caractère de l’homme privé autant que les évènements formidables s’entrechoquant autour du trône du souverain.

« Les coeurs ambitieux ne s’attendrissent pas », a dit La Harpe. Napoléon témoigna dans sa vie privée comme dans beaucoup de ses actes publics la sensibilité d’un coeur ouvert à toutes les générosités. En 1791, quiconque eut pénétré dans la misérable chambrette, habitée par le lieutenant de 22 ans, y eut trouvé le futur maitre du monde vivant de pain sec, brossant lui-même son uniforme, se refusant par économie toutes relations, convoitant un livre à une devanture pendant des semaines ou des mois, avant d’avoir pu économiser le prix, sou par sou…

Et pourquoi cette âpre misère ? … Pour payer, sur sa maigre solde, la pension et l’entretien de son jeune frère Louis, le futur roi de Hollande … Cette admirable abnégation émane-t-elle d’un être ambitieux ? Napoléon rechercha toujours les joies de la famille, celle-ci d’ailleurs ne lui en étant pas toujours reconnaissante, on connait son tendre respect pour sa mère et son profond amour pour Joséphine. Et ses généraux, ses soldats, de quelle bonté ne les a-t-il pas entourés ! Le soir de Marengo, Napoléon rentre accablé et morne à son quartier général, comme un aide de camp s’en étonne, il s’écrie d’une voix entrecoupée et les yeux pleins de larmes : – « Desaix ! mais Desaix (5) ! » La mort de son compagnon d’armes, de son ami, lui fait oublier son éclatante victoire. Après Essling, et tant que survécut Lannes (6),l’Empereur alla le visiter chaque jour, il voulut encore revoir son ami mort dont il contempla longuement le corps et qu’il pressa dans ses bras en pleurant à chaudes larmes. La même scène de désolation se renouvela après sa visite à Duroc (7) agonisant.

napoléonSes fonctions de grand-maréchal du Palais, qu’il remplit avec exactitude et efficacité lors de toutes les campagnes de l’Empire, ne doivent pas faire oublier qu’il fut aussi un superbe combattant et un excellent diplomate. L’Empereur récompensa ces services par le titre de duc du Frioul. Par sa loyauté et ses compétences, Duroc est une des grandes figures de l’épopée.

Les simples soldats ne furent pas moins l’objet de sa paternelle sollicitude, d’ailleurs, s’ils n’eussent trouvé en lui qu’un inexorable ambitieux, les conduisant à la mort pour assouvir la soif d’une égoïste passion, ces hommes d’airain eussent-ils voué au « Petit Caporal », au « Petit Tondu », ce culte d’enthousiasme éperdu ? Non ! Ce n’est point à un ambitieux que fut jamais donné de susciter sur les champs de bataille les miracles d’héroïsme accomplis par les armées impériales. Quel orateur, quel écrivain, quel poète saurait retracer les invraisemblables envolées d’audace guerrières des soldats de l’Empereur, dans ces plaines sanglantes où, après s’être enivrés quinze ans des triomphes de la victoire, ces farouches héros de la liberté durent enfin connaître les froides terreurs de la défaite !

La première des sept coalitions européennes formées contre la France fut motivée par l’exécution de Louis XVI en janvier 1793. Obscure officier d’artillerie, Bonaparte était-il pour quelque chose dans ces évènements ? Il ne fut connu qu’en septembre suivant par la prise de Toulon sur les Anglais, n’étant encore que simple chef de bataillon.

C’est à l’Angleterre, ne l’oublions pas, qu’est due la longue chaîne de ces guerres qui ne doivent être judicieusement considérées que comme une guerre unique. Ainsi qu’un incendie mal éteint, cette guerre se rallumait chaque fois qu’une victoire décisive de l’Empereur mettait fin à une campagne, simple épisode de la lutte acharnée suscitée et alimentée par l’Angleterre. La Révolution française, avec ou sans Napoléon, devait être le signal d’un duel à mort entre la France et l’Europe qui le provoqua pour écraser le principe de la Révolution, afin de préserver à jamais les vieilles nations féodales. Tel est l’historique très simple de nos guerres avant et pendant l’Empire.

Il est vrai qu’en 1795, et pensant se préserver d’une nouvelle agression ou la rendre moins périlleuse, la Convention voulut porter les frontières de la France jusqu’à ses limites naturelles, était-ce une faute ? Dans tous les cas c’était donner aux risques de guerre un aliment dangereux. Toutefois, Bonaparte là encore, restait absolument en dehors des causes de ce conflit. Le 29 mars 1796, le jeune général recevait à Nice le commandement de l’armée d’Italie, on sait ce que fut cette merveilleuse campagne terminée par le traité de Campo-Formio, et dont Bonaparte, général de la République, ne fut que le glorieux instrument.

Parvenu au Consulat, Bonaparte voulut que son premier acte fût d’offrir la paix à l’Europe, était-ce une marque d’ambition ? Il écrivit au roi d’Angleterre, Georges III, une lettre où, déplorant pour les deux pays les calamités d’une guerre de huit ans, il exprimait le désir de voir cesser cette guerre qui pouvait durer longtemps pour le malheur de tous les peuples. Il écrivit dans le même sens à François II, Empereur d’Allemagne, mais cette généreuse initiative resta sans résultat, si ce n’est cette arrogante réponse de Pitt : -« l’Angleterre ne signera la paix que quand la France sera rentrée dans ses anciennes limites. »

Le Premier Consul recevait du Directoire un héritage écrasant : la Hollande, la Suisse, la Ligurie reliée à la France et des intérêts moraux ailleurs encore. Bonaparte devait-il consentir à faire l’humiliant abandon de ces conquêtes le prix de la paix ? Son honneur militaire comme son devoir de chef d’Etat le lui interdisaient. Dans ces conditions, sa première campagne personnelle ne saurait donc lui être imputée.

Nos armées débouchèrent tout à la fois en Allemagne, en Suisse et en Italie. Bonaparte entre bientôt en libérateur dans Milan et remporte ensuite, le 14 juin 1800, la victoire de Marengo sur les armées de François II. En Allemagne, le général Moreau, écrase les Autrichiens à Hohenlinden, le 3 décembre 1800. En février 1801, le traité de Lunéville, imposé à l’Autriche, termina cette brillante campagne en donnant pour frontières à la France le Rhin et l’Adige, elle assurait en outre la paix pour quatre ans, presque sur tout le continent. Un an après, en mars 1802, l’Angleterre était contrainte de signer la paix d’Amiens, cette fois voilà la France en paix, même avec sa terrible ennemie. Combien durera cette paix et par qui sera-t-elle rompue ?

napoléon IerAvec la duplicité inséparable de sa politique, l’Angleterre se soustrait cyniquement à l’accomplissement du traité d’Amiens, elle n’évacue ni l’Egypte, ni Malte. Le 18 février 1803, Bonaparte disait à l’ambassadeur d’Angleterre : -« Voulez-vous la paix ou la guerre ? » L’Angleterre ne cherchait que la rupture, elle éclata aussitôt.Cette reprise des hostilités est-elle du fait de Napoléon ? Le Premier Consul devait-il admettre l’inexécution d’un traité formel ? Napoléon réunit la « Grande Armée » au camp de Boulogne pour opérer sa descente en Angleterre.

Excitées et soudoyées par l’Angleterre, la Russie et l’Autriche conclurent contre nous un pacte dont Napoléon pénétra le secret … Avec son armée, Napoléon conçut le plan de la foudroyante campagne d’Austerlitz, tels sept torrents les colonnes de la Grande Armée fondirent sur l’Autriche. Seule mauvaise nouvelle au cours de cette campagne, la défaite navale de Trafalgar qui en plus de rendre, à court terme, toute descente en Angleterre impossible, eut des conséquences incalculables sur les destinées de la France. Le 2 décembre 1805, anniversaire du Sacre, Alexandre Ier et François II contemplèrent du haut du Pratzen la déroute de leurs armées écrasées par Napoléon avec des forces de plus de moitié inférieures. La bataille d’Austerlitz venait de terminer cette campagne et voyait les deux vaincus demander humblement la paix à Napoléon et le 26 décembre, le traité de Presbourg mettait fin à la troisième coalition.

La mort de Pitt, survenue en 1806, sembla détendre la situation entre la France et l’Angleterre, il y eut même des pourparlers engagés avec Fox, son successeur, pourparlers que Napoléon dirigea dans un sincère désir de paix. On sait que Fox mourut quelques mois après son rival sans que rien ne fût conclu. Alors les partisans de la guerre reprirent le pouvoir en Angleterre et déchainèrent contre la France la quatrième coalition. Napoléon pouvait-il, cette fois encore, éviter d’entrer en campagne ?

Frédéric Guillaume, qui l’année d’avant était restée dans l’expectative, lança son pays dans la guerre, sans attendre les armées Russes, Alexandre ayant rejoint la nouvelle coalition afin de venger l’affront d’Austerlitz, et envahissait la Saxe avant de marcher sur la Bavière. Le 28 septembre, Napoléon était à Mayence et le 1er octobre il passait le Rhin. Le 14 juin il battait les Prussiens à Iéna tandis que Davout, avec son seul corps d’armée, en faisait de même à Auerstaedt . L’armée Prussienne s’effondrait tel un château de carte, Napoléon entrait à Berlin et poussait son armée à la poursuite des restes des troupes de Frédéric Guillaume mais aussi à la rencontre des Russes. Le 8 février 1807, à Eylau, s’exposant avec une héroïque témérité, Napoléon battit ensemble les Russes et les Prussiens. Le 14 juin suivant, à Friedland, la Grande Armée culbutait une nouvelle fois l’armée Russe et forçait ainsi le Tsar Alexandre et le roi Frédéric Guillaume, à peu près dépossédé de ses Etats, à signer le 25 juin 1807, le traité de Tilsit.

La quatrième coalition était dispersée mais l’Angleterre ne voulait laisser à Napoléon ni trêve ni merci. Par ses conseils et par son or, notre Ennemie souleva le Portugal contre nous. Ce fut l’origine de la guerre d’Espagne, en 1808, qu’on reproche à Napoléon comme une faute. Soit. Mais cette faute, l’Empereur n’en avait pas eu l’initiative directe … Remarquons que les campagnes de Napoléon présentent un caractère défensif, quand il attaquait, ce n’était pas pour conquérir.

En janvier 1809, de retour de Madrid, Napoléon se trouva face à la cinquième coalition, insidieusement provoquée par l’Angleterre, mais ouverte par l’Autriche, qui venait d’envahir inopinément la Bavière, le prétexte était les prétendus griefs des populations allemandes contre Napoléon … Toujours Napoléon fut attaqué, toujours Napoléon eut la main forcée.

Lucien Bonaparte fait signer la paix d’Amiens à l’AngleterreSans suivre le grand Empereur dans ses victoires rapides et brillantes, disons seulement que le 17 avril 1809, s’étant mis à la tête de son armée, il remportait la victoire de Tann trois jours après, le 21 celle d’Abensberg, le 22 celle d’Ekmül et le 23 celle de Ratisbonne. Le 13 mai, Napoléon entrait pour la deuxième fois dans Vienne, le 21 mai avait lieu la bataille d’Essling, que l’on peut qualifier de victoire défensive. Le 5 juillet, les Autrichiens essuyaient la défaite d’Enzersdorff qui précédait le désastre de Wagram. Le 14 octobre, la paix fut signée par un vainqueur trop généreux qui, cette fois encore, crut à la bonne foi de l’Autriche, qu’il pouvait rayer de la carte de l’Europe, et à laquelle il se contenta d’imposer l’acceptation du système continental (8) avec toutes ses conséquences.

Le 1er avril 1810 eut lieu le mariage de Napoléon avec l’archiduchesse d’Autriche, Marie louise (9). Les années 1810 et 1811 s’écoulèrent, sauf pour l’Espagne, dans les douceurs de la paix que Napoléon sut employer au plus grand profit de ses magnifiques conceptions gouvernementales.

Le signal de la sixième coalition fut donné par la Russie, d’accord avec l’Angleterre, la Russie éludait complètement les traites de Tilsit et d’Erfurt, et le Cabinet de Saint-Pétersbourg n’était qu’une succursale du Cabinet Britannique. Alors encore quel était l’agresseur d’Alexandre ou de Napoléon ?

Napoleon_friedlandLe 9 mars 1812, Napoléon quittant Paris commençait la sinistre campagne de Russie. Les débuts en furent heureux, bientôt Napoléon était maitre de Wilna, les victoires de Witepsk, de Krasnoë, de Smolensk, de Wiazma précédèrent celle de Borodino et l’entrée dans Moscou le 14 septembre de la même année. Napoléon séjourna dans cette ville un mois entier, dans la pensée que les vaincus solliciteraient la paix … Ce fut cette longue attente qui, retardant la retraite, la changea en désastre, par les rigueurs d’un hiver meurtrier et dont les ravages furent exceptionnels même dans ces contrées (10).

Le 18 décembre Napoléon rentrait à Paris, préparant aussitôt une campagne de revanche. Le 15 avril 1813, il quittait la France à la tête de la jeune armée (11) qui remportait, le 1er mai la victoire de Lutzen sur les russes et les Prussiens, celle de Bautzen trois semaines après. Mais un nouvel ennemi entrait en scène, invisible, insaisissable, celui-là : la trahison ! Les troupes des états allemands firent défections, plusieurs généraux se détachèrent de l’Empereur, plus ou moins ostensiblement. La Victoire de Dresde fut « annulée » par le revers de Kulm mais aussi par les défaites des maréchaux Ney et Macdonald. Après Leipsick, le 18 octobre, la retraite dut commencer pour se porter vers le Rhin et la France, non sans avoir fait payer à l’armée bavaroise sa trahison lors de la bataille d’Hanau.

De retour à Paris le 9 novembre, Napoléon n’accepta pas les conditions des Alliés qui ne voulaient laisser à la France d’autres limites que celles qu’elle avait sous Louis XVI (12). Dès lors, l’Europe entière se liguait contre la France que commençait à envahir sept cent mille hommes ! A la tête des « glorieux » débris de son armée, Napoléon allait durant cette « Campagne de France » accomplir l’une de ses plus belles campagnes militaires. Avec cette poignée de héros, vieux grognards et « Marie Louises », il remporte sur l’ennemi les victoires de Montmirail, Vauchamp, Champaubert, Montereau, Craonne, Reims, Saint Dizier … Mais le torrent sans cesse grossi par des renforts déborde de toutes parts, inexorablement les Alliés marchent sur Paris, refoulant devant eux les corps de Marmont et Mortier. Le 30 mars Paris tombait, la trahison planait de plus en plus sur l’Empereur. Replié à Fontainebleau, Napoléon se préparait à reprendre l’offensive lorsque Marmont trahit poussant les autres maréchaux à demander son abdication à celui à qui ils devaient tout … Dans la cours du château le grand Empereur fit ses adieux à ses fidèles d’entre fidèles, mêmes les vieux de le vieille ne purent étouffer leurs sanglots ! Celui qui avait couvert l’Europe de ses « ailes » se retrouvait souverain d’un caillou, l’ile d’Elbe.

On se rappelle que la violence de la réaction exercée par Louis XVIII imposé à la France par les canons de l’Etranger, excita un tel mécontentement que Napoléon se trouva autorisé à quitte l’ile d’Elbe. S’il violait ainsi les traités c’était pour s’opposer à la violation du traité de Fontainebleau par Louis XVIII qui, en dépit de la convention formelle, remettait en question les actes des gouvernements républicain et impérial. Un bouleversement social eut infailliblement résulté de l’abolition de certaines lois capitales.

Le 1er mars 1815, Napoléon débarquait à Fréjus. Porté en triomphe jusqu’à Paris, le « vol de l’Aigle » ne coutant pas une goutte de sang, il trouva le même enthousiasme délirant dans les populations que dans l’armée. Il rentrait aux Tuileries le 20 mars. Son premier acte fut d’écrire à tous les souverains de l’Europe pour leur demander la paix, qu’il désirait si ardemment, aucun d’eux ne lui répondit !

Napoléon ne peut donc qu’affronter la septième coalition, aux neuf cent mille hommes qui vont marcher sur la France, il ne peut qu’en opposer que cent quatre vingt mille … Mais il calcule qu’il peut battre Wellington et Blucher en Belgique avant qu’ils ne reçoivent des renforts. A la tête de l’armée principale, il rentre en campagne le 12 juin et entre en Belgique le 15 juin. Pendant que Ney laisse passer l’occasion de mettre à mal les Anglais, Napoléon bat, sans l’écraser, Blucher à Ligny le 16 juin. Le 18 juin c’était Waterloo … Waterloo, « splendide » désastre consommé par l’erreur « technique » de Napoléon, les fautes de Ney et l’incompétence tactique de Grouchy … Avec la « Garde meurt mais ne se rend pas » commençait la fin d’un Monde !

Trois jours après le revers, Napoléon était à Paris, et comment y fut-il accueilli ? Les habitants des quartiers populaires, avec un grand nombre d’hommes de la classe moyenne, se portèrent immédiatement aux Tuileries en demandant des armes pour marcher contre l’ennemi. Napoléon est salué d’acclamations frénétiques, à la nuit close, le flot humain qui entoure les Tuileries grossissait sans cesse. De ces milliers de poitrines oppressées par l’anxiété et l’espérance jaillissait sans cesse, comme un imposant credo, le cri « Vive l’Empereur ! »

Avec quelques personnages, Napoléon s’entretenait d’une nouvelle abdication. Soudain, Lucien s’approche d’une fenêtre par laquelle montait toujours, véritable rugissement d’un peuple affolé, le cri de tous répété « Vive l’Empereur ! » – « Entendez vous ces cris dit Lucien ? On vous demande des armes, c’est vous que l’on appelle, c’est vous que l’on attend … Et il en est de même dans tout votre Empire ! » C’était vrai. La nation jalouse de ses libertés savait que seul Napoléon pouvait les lui conserver. Il ne tenait qu’à l’Empereur de balayer les deux Chambres avec une poignée de soldat, alors, rassemblant toutes les troupes existant encore, il pouvait continuer une lutte dans laquelle, il savait devoir être soutenu par une armée et un peuple fidèles. Ce prodige, il le pouvait. Mais, après une dernière hésitation, il fit cette réponse : « Si je le veux, les Chambres rebelles n’existeront plus dans une heure. Mais non. Je ne suis revenu de l’ile d’Elbe pour que Paris soit inondé de sang ! … »

En ce drame ultime, où donc apparait le farouche ambitieux ?

L’histoire qui prononce en dernier ressort, atteste que Napoléon ne fut point l’initiateur ni l’agresseur de ces luttes épiques. Malgré son prodigieux génie militaire, il ne se laissa point entrainer à la guerre par l’ivresse de ses triomphes. S’il fut le plus grand capitaine du monde, il en fut aussi le législateur le plus sage, et l’éclat de son oeuvre militaire fut égalé par la splendeur de son oeuvre législative et gouvernementale qu’il eût parachevée dans la paix qu’il poursuivit sans pouvoir l’atteindre. Cette oeuvre intérieure, je n’ai point à la rappeler ici, elle est immense et magnifique. Il pacifia la Vendée, rappela les émigrés, fonda la Banque de France, la Légion d’Honneur, rouvrit les églises, conclut le Concordat, releva l’instruction populaire. Il élabora le Code Civil, institua le Conseil d’Etat, l’Université, la Cours des Comptes, releva l’industrie, prescrivit des améliorations et travaux nationaux de tous genres, apportant à l’exécution de ces hautes conceptions non moins d’ardeur et de complaisance qu’à l’organisation de ses campagnes militaires.

En 1812, Napoléon visitant l’Ecole Normale s’écria : « Ma plus grande victoire, c’est mon gouvernement civil ! »

Aussi grand dans la paix que dans la guerre, Napoléon ne saurait être considéré comme le buveur de sang, cette calomnie est aussi grossière qu’odieuse.

Et maintenant, que si quelques-uns de ses détracteurs rééditent leurs tirades larmoyantes sur les guerres où se décidaient les intérêts, la vie même de la France, nous leur demandons comment Napoléon pouvait il les éviter ? En cédant ? Mais en cédant quoi et à qui ?

S’il l’eut fait dès le début les humiliantes concessions de territoire qui lui étaient demandées comme prétexte, à quoi eut-il abouti ? Je dis bien prétexte car l’Europe n’eut pas d’autre mobile contre nous que l’anéantissement de la liberté et la restauration des Bourbons. Donc si Bonaparte eut faibli il est certain que l’Europe s’en fut autorisée pour empiéter jusqu’à briser le Premier Consul. Et si Bonaparte eut été aussitôt emporté par la coalition, la Restauration Bourbonienne avait toute les chances d’être définitive. A l’avènement de Bonaparte, la nation française ne connaissait de la Révolution que ses « crimes » et ses « débauches ». La France apeurée eut alors accepté la Royauté quelque peu amendée, peut-être.

En 1815, il était trop tard pour les Bourbons, car Napoléon avait démontré à la France, pendant ces quinze années de lutte, que la liberté n’est ni licence, ni l’anarchie quand elle se base sur un pouvoir assez fort et assez sage pour l’adapter à une autorité loyale et vigilante.

Ce n’est donc que grâce à cette lutte titanesque que Napoléon sauva la Révolution contre elle-même à l’intérieur en même temps qu’il la sauvait à l’extérieur de l’emprise de la vieille Europe féodale …

Si les détracteurs de l’Empereur voulaient bien le reconnaitre, au lieu de l’accuser d’ambition, ils le salueraient comme le « Messie » de l’ère nouvelle dont ils se disent, pour certains, les apôtres !

 

David Saforcada

 

_____________________________

1 – Ces attaques et ces mensonges (livre de Claude Ribbe « le crime de Napoléon ») étant en parti, en parti seulement, car l’on connait l’aversion de monsieur Chirac pour Napoléon, la cause de la non commémoration officielle de la victoire d’Austerlitz le 2 décembre 2005 alors que par un abaissement total, le fleuron de notre flotte se prêtait aux cérémonies de Trafalgar…

2 – « Napoléon, une imposture » de Roger Caratini … Ce livre est digne des divagations plaisantes au café du commerce à l’heure de l’apéro. Il ne manque plus que Fanny et César pour finir de fendre le coeur.

3 – Pour remettre les choses dans le bon sens quant aux campagnes napoléoniennes, outre les nombreux ouvrages sur les dites campagnes (les Lachouque, Houssaye, Thiers, etc …) je ne peux que conseiller la lecture de l’ouvrage de Paul de Cassagnac « Napoléon pacifiste » aux Editions de France (1933).

4 – Je laisse le lecteur se tourner vers les grands historiens de l’Empire, anciens ou actuels, qui ont à maintes reprises travaillé le sujet.

5 – DESAIX Louis Antoine Charles des Aix, chevalier de Veygoux, dit (Château d’Ayat (Puy de Dôme), 17 août 1768; Marengo, 14 juin 1800) Voici quelques mots de Napoléon à son égard : « De tous les généraux que j’ai eus sous moi, Desaix et Kléber ont été ceux qui avaient le plus de talents ; surtout Desaix ; Kléber n’aimait la gloire qu’autant qu’elle lui procurait des richesses ; Desaix ne rêvait que la guerre et la gloire ; les richesses et les plaisirs n’étaient rien pour lui . C’était un petit homme d’un air sombre, à peu près d’un pouce moins grand que moi, toujours vêtu avec négligence, quelquefois même déchiré, méprisant les jouissances et même les commodités de la vie. » « Droit et honnête dans ses procédés, les Arabes l’avaient appelé le « Sultan juste ». La nature l’avait formé pour faire un grand général ; c’était un caractère tout à fait antique. Sa mort est la plus grande perte que j’aie faite. »

6 – LANNES Jean duc de Montebello, (Lectoure (Gers), 1769 – Vienne, 1809) , au courage légendaire, est peut-être le meilleur ami de Napoléon. Ce dernier excuse ses manières franches, parfois brutales, son manque d’éducation. Il dira de lui : «Chez Lannes, le courage l’emportait d’abord sur l’esprit ; mais l’esprit montait chaque jour pour se mettre en équilibre ; je l’avais pris pygmée, je l’ai perdu géant». «Lannes, le plus brave de tous les hommes… était assurément un des hommes au monde sur lesquels je pouvais le plus compter… L’esprit de Lannes avait grandi au niveau de son courage, il était devenu un géant».

7 – DUROC Géraud Christophe Michel (Pont-à-Mousson (Lorraine), 25 octobre 1772 – Markesdorf, 22 mai 1813) est indissociable de l’aventure personnelle de Napoléon, dont il fut un des plus proches et des plus fidèles collaborateurs militaires, de l’armée d’Italie à sa mort tragique, le 22 mai 1813. De lui, le proscrit de Sainte-Hélène disait: « Son service était exact et régulier; ce n’était que lorsque ma journée était entièrement close et finie, quand je me reposais déjà, que la sienne commençait. Duroc était pur, moral, tout à fait désintéressé pour recevoir, extrêmement généreux pour donner. »

8 – Le Blocus Continental fermant aux marchandises et produits britanniques tous les ports de l’Europe, était le seul moyen par lequel Napoléon espérait réduire notre implacable ennemie.

9 – Il n’y a pas grand mérite à juger postérieurement un évènement, alors que toutes les conséquences en ont évolué au grand jour. Aussi, a-t-on dit que Napoléon, décidé à contracter une nouvelle union, eut dû épouser une Française. Mais il escomptait une alliance définitive avec l’Autriche. Nul doute que cette alliance, loyalement consentie, eut pu préserver Napoléon du revers final. Mais l’Empereur d’Autriche avait donné sa fille au vainqueur comme il lui eut donné une province, c’est-à-dire avec des rancoeurs ne demandant qu’à éclater le mieux et le plus tôt possible.

10 Et si Napoléon fut vaincu par le temps, plus que par les Russes, redisons le bien haut à ses détracteurs, c’était parce qu’il avait entrevu la séduisante image de la paix, objet de ses voeux constants, même aux heures triomphales. La paix ! Ce fut lui presque toujours qui, après ses victoires, s’inclina sur le vaincu pour la lui offrir, cette paix … Sans jamais abuser de son prestige ni de ses victoires, ce fut lui qui la proposa partout. En 1799, il l’offrit à l’Europe et ce fut l’Europe qui la refusa. Il l’offrit encore en 1805, 1807, 1809, 1812, 1813 et encore au retour de l’ile d’Elbe.

11 Napoléon parvint à l’organiser sans prélever aucun impôt sur le pays. Par sa minutieuse surveillance des finances publiques, il avait créé en France une administration tellement impeccable qu’il avait pu constituer, dans les caves de l’Elysée, un trésor de trois cents millions… Quel parallèle entre les finances impériales et nos finances actuelles ! Malgré les guerres incessantes de son règne, Napoléon ne contracta jamais d’emprunt !

12 J’en appelle à la bonne foi de tous, si Napoléon eut consenti à cette mutilation de la France, ceux-là même qui lui reprochent le plus vivem

A propos de David Saforcada

Napoléonien depuis ses 6 ans, militant bonapartiste depuis l’âge de 15 ans, aujourd'hui Président de France Bonapartiste. Candidat bonapartiste à plusieurs élections locales et nationales. Auteur de nombreux articles politiques et historiques, a publié en 2008 "Louis Napoléon, Premier Président - Dernier Empereur", en 2010 "La République Consulaire, la République Bonapartiste" et en 2013 « Louis Napoléon Bonaparte, l’autorité pour la liberté ».

Un commentaire

  1. Arno-Phil Heracles

    Bonaparte fut le seul officier, qui fut trouve,pour « titer a la mitraille » devant l’eglise St Roch, contre une foule d’opposants royalistes, peu armes.
    Il fut catapulte, pour cet exploit, dans le lit de Josephine, puis Barras le « prit sous son aile »pour defendre le gouvernement des royalistes.
    Il tira sur la foule et n’eut aucun scrupules, jusqu’a la fin.
    Il epuisa les Marie Louise de 15 ans, comme les vieux soldats….comme un certsin Adolf Hitlet.
    Il y eut des camps de conventration « interieurs ».
    La France ressortit definitivement exsangue…et il tenta un retour nefaste.
    Sa chance fut St Helene. Il devint un martyre…avec large exageration fu « mauvais:climat de l’Ile et des brimades du gouverneur Hudson Law….dont la propre fille-jolie-venait lui apprendre l’anglais.
    La France ne se remit jamais de lui …jusqu’aux socialistes…dont les revolutionnaires sont les heritiers…comme Napoleon.
    Un petit satisfecit a Bonaparte tout de meme.

Revenir en haut de la page