mardi, 25 juillet, 2017
« Ça se dispute » : émission du 28 novembre 2014
Éric Zemmour et Nicolas Domenach sur le plateau de « Ça se dispute » (capture d'écran I-Télé via VK).

« Ça se dispute » : émission du 28 novembre 2014

Comme chaque vendredi dans « Ça se dispute » sur I-Télé, Éric Zemmour et Nicolas Domenach débattent autour de l’actualité de la semaine.





Source : I-Télé

Commander « Le suicide français » sur Amazon :

zemmour

Vous avez apprécié cet article ? Pour nous soutenir dans notre démarche, participez à notre opération en faisant un don de 1 euro, accompagné, si vous le désirez, d’un petit message de soutien que nous conserverons précieusement.

Cliquez pour donner 1 euro et 1 soutien

Cliquez pour donner 1 euro et 1 soutien

A propos de Le Bréviaire des Patriotes

Le Bréviaire des Patriotes

7 commentaires

  1. J’aime beaucoup Zemmour en règle générale, mais je suis vraiment déçue de ses positions sur les conditions de vie des femmes. Lorsqu’on constate le nombre de femmes mères isolées vivants en dessous du seuil du pauvreté en France, on ne peut que se battre pour notre liberté de choisir ou non d’avoir un enfant, ce ne sont pas les hommes qui assument les enfants donc nous avons le droit de choisir. Sans compter le nombre de femmes diplômées d’études supérieures qui n’obtiendront jamais les mêmes postes que leur homologue masculin, nous avons encore du chemin à faire… Quant au concept de mort d’enfants, les foetus de 12 semaines ne sont qu’un amas de cellules à stade, ouvrer un bouquin de bio avant de parler.

    • Christopher Lings

      Vous centrez tout votre discours sur le « choix » de la mère. Or je vous rappelle que, bien que vos questions sont légitimes, il y a tout de même une vie en jeu. Ce n’est pas rien.

      Quant à votre vision du foetus, elle est bien athée. Si l’on raisonne de cette façon, n’êtes-vous pas, vous aussi, un « amas de cellules » ? On peut aller loin comme ça.

    • « Ce ne sont pas les hommes qui assument le choix d’avoir un enfant ». C’est faux pour deux raisons. D’une part, parce qu’il faut être deux pour avoir un enfant, un homme et une femme. D’autre part, parce que le père de l’enfant est aussi celui qui assume le fait de l’avoir eux. Sinon c’est trop facile. D’ailleurs, par cette attitude, vous être en train de justifier les viols, les divorces qui créent les familles monoparentales.

    • Bonjour Lex, Une femme enceinte est protectrice d’une vie à naître, en rien elle ne peux se dire propriétaire de cette vie, nuance, sinon vous seriez encore la propriété de votre mère. Quant à ce que vous pensez d’un fœtus,  » amas de cellules  » , là je pleure votre bêtise. Dites moi à combien de semaines il deviendra vie à vos yeux ? Et dites moi aussi ce que vous pensez d’une très vieille personne, elle aussi amas de cellules. Ceci dit, je suis pour votre liberté.

  2. A mon humble avis, si la mère ne garde pas un enfant, mise à part quelques exceptions, c’est qu’il manque aussi le désir d’enfant, paternel.
    Il y a sûrement une absence du père, physique ou moral..
    Comme nous le disions si bien lors de la MPT, un enfant, c’est un papa et une maman..
    En revanche, non, un foetus de 12 semaines, n’est pas qu ‘amas de cellules. .Toute femme ayant subi une IVG, savent très bien quel âge aurait leur enfant, des années après. .

  3. Avec plus de 250.000 interruptions volontaires de grossesse par an, je me demande si la France n’est pas devenue l’institution du crime. Une actualisation des individus sous couvert de la loi Veil qui, en confortant le passage à l’acte, opère à échelle industrielle. Elle témoigne de la barbarie d’une société qui ne sait plus retenir ses membres. Accueillons et protégeons la vie, luttons contre ces abattoirs de la honte ! S’il est question ici de « la liberté des femmes à disposer de leur corps », alors j’oppose; et je pose la question de la restriction pour un abandon pure et simple de cette soit disant « liberté ». Car c’est bien de cela dont il s’agit, d’une liberté vécue non plus en tant qu’idée, mais comme une illusion! L’illusion lorsqu’on est une femme de disposer en puissance d’un droit de vie ou de mort. La loi Veil n’est rien d’autre que cela: l’habilitation d’un droit à pouvoir mettre fin à la vie, et indirectement le rétablissement du droit du plus fort! Or la loi ne peut s’ériger en force que si la force fait droit, et dans ce cas précis, je ne distingue aucun droit, aucune force, juste de la violence! Depuis quand fait-on deux poids et deux mesures dans l’acte de tuer? Ce rapport d’isonomie m’insupporte! C’est pour quoi j’objecte avec force au nom de la dignité et contre cette disposition, parce qu’elle introduit une contingence de choix dans un processus naturel. Seule la nature est libre, en revanche l’homme ne l’est pas. Je ne reconnais aucune dignité dans le choix du renoncement à la vie, uniquement de la lâcheté! De mon point de vue, la loi Veil est une double peine capitale: la mère et l’enfant. Et ceux qui s’en réclame ou la conforte au nom de leur liberté commettent un crime absolu en vers la Liberté. Ceux-ci rejoignent Burdon pour qui « les hommes ont créé l’état pour ne plus avoir à se rendre de comptes les uns en vers les autres », et nous renvoient par la même occasion à l’état de nature, autrement dit ce que je qualifie l’âge de pierre! Pour conclure, peut-on dire que le laboratoire France perd les eaux? Dans l’attente, il ne reste qu’à s’assoir et le contempler mourir de sa belle mort… Après tout l’histoire jugera!

  4. Pourquoi tant de polémiques tant de discutions le temps passe des gens souffrent des gens pleurent et vous ,nous palabrons pour ne rien dire
    Les riches sont très riches d autres n ont rien à grailler certains ont 5 10 maisons ou appartements d autres n ont pas même une cabane pour s abriter se réchauffer et vous’ nous parlons parlons parlons à ne rien dire Rien n avance dans ce monde de fous Hypocrisie Nombrilisme voila ce que nous sommes de pauvres vivants …. Sans vie …. Sans âmes
    Blancs noirs jaunes du sang coule dans nos veines

Revenir en haut de la page