vendredi, 22 septembre, 2017

Antisémite : un mot de trop

Pierre Bergé ! Ah Pierre Bergé ! Le moins que l’on puisse dire pour l’amant d’un renom de la confection de luxe, c’est qu’il n’a point l’art de coudre des métaphores. Il l’a illustré d’abord au sujet de la marchandisation du corps des femmes, puis maintenant à propos de la vulgaire populace qui rejette la loi Taubira. Pour le milliardaire aux idées dégarnies : « Évidemment qu’ils sont homophobes, en tous cas, pour la plupart d’entre eux. Chacun a son bon pédé, comme chacun avait son bon juif. (…) Cet humus antisémite, anti-gay et anti tellement de choses, il existe, et le nier me semble un peu trop facile. »

J’aimerais de temps en temps pouvoir distribuer des points Godwin, qui « récompensent » les personnes qui tissent des liens entre le sujet, et un thème sulfureux correspondant à une période historique noire, qui n’ont absolument aucun rapport. La loi stipule que les chances que cela arrive augmente bien plus lorsque l’orateur manque de répartie ou d’arguments.

Un autre Pierre, du nom de Desproges, fustigeait déjà, avec l’inconvenance humoristique qu’on lui connaît : « Dieu a divisé l’humanité en deux grandes catégories : les Juifs et les Antisémites. » Étonnant non? Que l’on rende cela plus vrai que nature en traitant tous les anti-mariages « ouverts » d’antisémites inconscients. Nous sommes tous, nous les contre-révolutionnaires, des homophobes et des néonazis, à l’esprit sale que l’on doit laver, épurer. Nous sommes dans les années 30 sans le savoir. Voilà ce qui arrive quand un monsieur élabore une malhonnête psychanalyse de comptoir.

Je ne m’étendrai pas plus sur ce vieillard calomniateur compte tenu de la bassesse absolue de ses dires. Sans doute que le grand rabbin de France est un antisémite refoulé, que les homosexuels sont pour la fameuse loi ou contre eux-même, et que nous souhaitons interdire l’accès aux lieux publics et aux fonctions administratives aux non-hétéros… Trêve de sottises, que l’on cesse les analogies de pacotilles, les diktats nigauds, et les paroles crétines.

Anthony La Rocca

 

A propos de Anthony La Rocca

Jeune patriote français, étudiant républicain réactionnaire amoureux de notre patrimoine culturel. Je crois que la France a un destin particulier, je refuse qu'elle soit diluée dans le concert des nations. Sur une ligne bonapartiste, je suis favorable à une synthèse entre tradition et progrès, à un État puissant, autonome et bienveillant, représenté par un homme providentiel. Il s'agit tout autant de s'opposer à la xénophilie de nos élites, de sauvegarder une civilisation, de favoriser le progrès social. Je consulte le Bréviaire des patriotes régulièrement.
Revenir en haut de la page