lundi, 23 octobre, 2017
31 janvier 1793 : Le comté de Nice est rattaché à la France
Nice vue par les Français en 1691.

31 janvier 1793 : Le comté de Nice est rattaché à la France

Le 31 janvier 1793, la Convention accepte le rattachement du comté de Nice à la France.

Celui-ci avait été pris sans combats quelques mois auparavant suite au déclenchement de la guerre entre la France d’un côté, la Prusse et l’Autriche de l’autre. En décembre 1792, les élections municipales placent une majorité favorable au rattachement à la France.  La Convention réclame un vote. Celui-ci sera un succès et les 18 communes occupées demanderont alors solennellement le rattachement, qui sera accepté le 31 janvier 1793. Le comté de Nice deviendra le département des Alpes-Maritimes.

Faire un don via Paypal ou par chèque

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.

3 commentaires

  1. En 1793 les « Niçois » ont combattu (appuyés par les Autrichiens). Le comté de Nice ne se résume pas à la ville, ce sont avant tout les vallées alpines plus au nord. Le Comté s’est insurgé contre un pays envahisseur qui n’était pas le sien, une révolution qui ne le concernait pas. Les combats y ont été très violents et la population matée par Masséna (lui même… Niçois). Le Comté de Nice ayant 86 et quelques communes, et non 18.
    C’était les Barbets, armés par les Autrichiens, contre les troupes révolutionnaires françaises

  2. Le « barbétisme » ne peut être confondu – hormis par les détracteurs de la résistance nissarde – de près ou de loin avec le brigandage. Je vous invite à lire l’excellent livre de Michel Michel Iafelice: Barbets ! Les résistances à la domination française dans le pays niçois (1792-1814). L’auteur est certes engagé politiquement mais le livre n’en demeure pas moins clair et détaillé.

    Pour répondre au premier commentaire: effectivement, le comté de Nice ne se limite pas à Nice; il n’est pas non plus le reflet des Alpes-Maritimes actuelles.

    Cdt.

Revenir en haut de la page