samedi, 27 mai, 2017

Après l’anti-racisme se développe l’anti-homophobie

Deux mouvements basés sur de bons principes : l’ égalité des individus, le refus de l’injustice, de l’exclusion… Le premier a eu un succès fou depuis 1980, le second, longtemps timide ou du moins peu envahissant, tend à prendre forme aujourd’hui. L’ADHEOS, association de défense des citoyens contre les délits dont le mobile est l’orientation sexuelle, a de plus en plus de succès. De plus, la cause se fait de plus en plus entendre et arrive jusqu’aux oreilles du gouvernement…

La mouvance « anti-homophobe » a tout pour se développer dans le moule de son prédécesseur, avec les mêmes outils et les méthodes à visée politique.

Rappelez-vous, autrefois, l’anti-racisme avait été utilisé comme moyen détourné pour mettre fin à l’assimilation républicaine (assimilation que remet sur la table François Fillon, comme si l’UMP fouillait les poubelles pour retrouver un déchet dont il veut se resservir). En effet n’oublions pas que les discours prônant le respect des cultures car égales ont rendu obscène toute une hypothétique imposition de mœurs. D’où la ghettoïsation programmée, car les gens ne veulent pas avoir pignon sur rue lorsque le type d’en face a un mode de vie trop différent. Le Français aime toujours se retrouver dans son voisin.

On est même allé encore beaucoup plus loin : on a avancé que la diversité des cultures était une richesse et le métissage culturel notre avenir. Pourtant la culture française se fait grignoter car elle est substituée à des pans constituant les bases de civilisations autres. Elle n’intègre plus de légères nuances comme autrefois, aujourd’hui, elle s’efface. La langue française s’écrase sous les bottes de l’anglais et de l’arabe. S’en suit les modes de pensées et les comportements. Toute culture a une logique qui impose le respect, mais elle ne se mélange pas à une autre. La mondialisation impose une orgie des cultures qui finit par donner un bagage appauvri et stérile car empli de contradictions indéniables en matière d’éducation. Le mondialisme ôte toute spécificité propre aux nations, avec la complicité de l’anti-racisme. La machine n’est pas prête de s’arrêter avec l’abolition voulue du mot « race » et le sentiment de détestation des traditions françaises grandissant.

De même aujourd’hui, le procédé de détournement de la ”cause homosexuelle” n’y va pas par quatre chemins. La défense des homosexuels en tant que groupe amène peu à peu la déstructuration des institutions pré-établies. Avec l’ère du ”mariage pour tous”, un départ tout nouveau pour l’humanité est lancée. Un jour il deviendra perçu comme homophobe l’idée qu’un gosse est mal éduqué par deux parents de même sexe, comme il est connoté comme raciste de ne pas avoir ”un membre de la diversité” dans une entité politique ou de défendre la laïcité.

On va même plus loin en promouvant de plus en plus l’homosexualité. La télé l’intègre dans nombre de nouveaux spots, la virilité masculine perd sa fore d’antan, et l’éducation la considère comme un thème d’enseignement. Les médias et l’école sont au service de l’idéologie de l’époque depuis les années 30.

Mme Vallaud-Belkacem, pensez-vous réellement qu’apprendre à nos gosses que Rimbaud était amateur de phallus est intellectuellement légitime ? Pensez-vous qu’un homme se caractérise par sa sexualité ? Je ne crois pas. Proust, Verlaine et Gide n’exposaient pas leurs sexualités ; vous le faites pour eux. Ils ne souhaitaient pas être jugés là dessus, et comprenaient que c’était quelque chose de contraire à la norme, transgressif. Eux même auraient refuser de participer à une telle propagande. Leurs écrits valent bien ceux des plus grandes plumes. Et ils écrivaient sur la ligne malgré leurs pratiques …

Après, votre acharnement contre l’homophobie présenté dans le rapport du 31 Octobre 2012 vous inscrit, vous, benjamine du gouvernement, dans l’air du temps, dans le paradigme de la modernité.

A quand la pullulation des associations payées de nos impôts pour condamner les dires de chacun à ce sujet ? Quand serons-nous contraints de nous conformer ? Suivant l’époque, la gauche a su jusqu’ici intégrer une pensée progressiste à la sphère politique, devenant peu à peu précepte sacré…

A quand la destruction de toutes nos fondations par le lobby gay ?

Anthony La Rocca

A propos de Anthony La Rocca

Jeune patriote français, étudiant républicain réactionnaire amoureux de notre patrimoine culturel. Je crois que la France a un destin particulier, je refuse qu'elle soit diluée dans le concert des nations. Sur une ligne bonapartiste, je suis favorable à une synthèse entre tradition et progrès, à un État puissant, autonome et bienveillant, représenté par un homme providentiel. Il s'agit tout autant de s'opposer à la xénophilie de nos élites, de sauvegarder une civilisation, de favoriser le progrès social. Je consulte le Bréviaire des patriotes régulièrement.

Un commentaire

  1. Umm, are you really just giving this info out for noihgnt?

Revenir en haut de la page