dimanche, 22 octobre, 2017
« Une certaine idée de la France » #1 – Philippe Bilger
Philippe Bilger, magistrat et auteur.

« Une certaine idée de la France » #1 – Philippe Bilger

Le Bréviaire des patriotes lance « Une certaine idée de la France », une série d’entretiens où nous soumettons 5 questions, toujours les mêmes, à des personnalités afin que chacun puisse exprimer sa vision de la France au travers de son histoire et de sa culture.

Pour ce premier numéro, nous avons interrogé Philippe Bilger, magistrat honoraire, président de l’Institut de la parole, écrivain et auteur du blog Justice au singulier.

► Le général de Gaulle avait « une certaine idée de la France ». Quelle est la vôtre ?

Avons-nous chacun une idée de la France ? Pour moi, c’est le pays où je suis né, où je vis et que j’aime. Une nation dont les faiblesses m’émeuvent et dont la grandeur passée me nourrit, dont la grandeur encore possible m’exalte. Un pays qui porte beau, qui est fier, qui a du caractère et mêle, pour le meilleur et pour le pire, Cyrano au quotidien et le râleur chronique. La France, une certaine idée du bonheur, contre vents, marées et mondialisation.

► Quels sont les personnages historiques que vous appréciez le plus, qui incarnent le mieux l’esprit ou le génie français, et pourquoi ?

Bonaparte, Jeanne d’Arc, Henri IV, Charles de Gaulle, Georges Pompidou.

Je ne sais pas si ces personnages ont des points communs mais l’exercice est difficile qui contraint beaucoup à exclure. Il me semble que j’apprécie que certaines valeurs et attitudes auxquelles je tiens aient été incarnées par ces personnalités. La résistance, le courage, l’énergie, la tolérance, le réalisme, l’intelligence, le refus des modes, l’orgueil non pas de soi mais de sa charge. Un univers contradictoire qui dans sa plénitude n’a jamais été porté par un seul. Mais qui éclaté a été illustré par les êtres emblématiques que j’ai choisis.

► S’il ne devait y en avoir qu’un, quel livre ou auteur conseilleriez-vous à nos lecteurs ? Pouvez-vous expliquer votre choix ?

À la recherche du temps perdu par Marcel Proust.

Parce que cette « somme » est le comble du génie français. Parce qu’on peut l’ouvrir à n’importe quelle page et que vous saute aux yeux, à l’esprit et au cœur la fulgurante singularité d’une littérature indépassable, qui vous apprend tout sur tout. Parce que Marcel Proust est non seulement un immense écrivain, capable de plaire à tous les lecteurs mais un maître qui bouleverse l’existence de ceux qui l’ont lu. Pour ma part, je peux affirmer que ma vie a été heureusement clivée par la découverte et l’approfondissement de cette œuvre géniale qui vous aide à pactiser avec « la vraie vie, la vie réellement vécue ».

Parce que la pensée, le sentiment, l’investigation lucide et fouillée dans tous les mystères et grandeurs de l’homme, la multiplicité des émotions, l’étendue du prisme pour les situations et les milieux et la somptueuse qualité d’un style épousant les méandres et la complexité des êtres composent un paysage littéraire et humain sans égal. Marcel Proust, un miracle d’universalité à partir d’un comble de singularité. Vraiment français alors, quand la France est à son meilleur.

► Si vous aviez pu choisir votre année et lieu de naissance, quels seraient-ils et pourquoi ?

J’aurais aimé naître à Paris, au 19è siècle, dans cette effervescence politique, culturelle, romantique, inventive. Il me semble qu’il aurait été magique d’être le compagnon de vie et de société de tant de personnalités qui, sur beaucoup de registres, ont illustré la France.

► Pour terminer, pouvez-vous nous partager une citation qui vous inspire et vous tient particulièrement à cœur ?

« Je suis de l’opposition qui s’appelle la vie », d’Honoré de Balzac.

– Le blog de Philippe Bilger

Adhérer

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.
Revenir en haut de la page