vendredi, 26 mai, 2017

Une histoire de camaraderie

Juillet 2009. Denis Allex, sous-officier au Centre parachutiste d’instruction spécialisée (CPIS) de Perpignan, une des composantes du Service Action de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), est enlevé à Mogadiscio en Somalie.

Plus de 3 ans plus tard, dans la nuit du 11 au 12 janvier 2013, un commando d’une cinquante d’hommes du CPIS intervient suite à l’échec des négociations avec le groupe shebab al-Islami et la localisation de l’otage dans une maison de Buulo Mareer. Partis du BPC Mistral, les hommes sont déposés à trois kilomètres de l’objectif par des hélicoptères Caracal accompagnés d’un ou deux Tigre en soutien. Profitant de la nuit, les militaires se dirigent vers leur objectif. Arrivés à proximité de la maison où est retenu Denis Allex – un pseudonyme comme on en attribue à chaque homme de ce service –, il semblerait que ces derniers sont tombés sur des miliciens islamistes.
L’effet de surprise est terminé et le combat s’engage. De leur côté, les shebabs ont le temps de se renforcer et la résistance est plus rude que prévue. Bien qu’ils soient parvenus à pénétrer dans la maison, les commandos n’ont pu que constater la mort de l’otage, que les ravisseurs ont pu abattre pendant l’assaut des forces françaises. Si 17 islamistes ont été tués, deux militaires français y ont également laissé la vie et Denis Allex n’a pu être sauvé. L’opération est un échec.

Jean-Dominique Merchet, spécialiste des questions militaires à Marianne, relatera plus tard que certains soldats présents au sein du commando avaient demandé, quelques mois plus tôt, à ce que leur contrat au sein du Service Action soit exceptionnellement prolongé afin qu’ils puissent participer à l’opération visant à libérer leur camarade. L’un d’entre eux, « F. », est l’un des deux soldats tués durant l’opération. Son corps n’a pu être rapatrié et a ensuite été exhibé par les islamistes.

« F. » avait prolongé son contrat dans le seul but de participer à cette mission. Il est mort au combat en tentant de sauver son camarade détenu en otage depuis plus de 3 ans. Un bel acte de bravoure et de camaraderie que nous nous devions de relayer et de saluer.

 

Christopher Lings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.

Un commentaire

  1. Sick! Got a brand-new Pearl and I can now read your blog on my phone?s browser, it didn?t carry out on my old 1.

Revenir en haut de la page