mercredi, 22 novembre, 2017
Grand Débat : Faut-il rétablir le délit de blasphème ?
Les Femen lors de leur action à Notre-Dame-de-Paris.

Grand Débat : Faut-il rétablir le délit de blasphème ?

Ce mercredi 9 juillet s’ouvre, au tribunal correctionnel de Paris, le procès du groupe activiste « féministe » Femen, accusé de dégradations commises en la Cathédrale Notre-Dame lors de l’exhibition des cloches dans la nef, le 12 février 2013. Un autre procès s’ouvrira, quant à lui, vendredi, toujours contre les Femen, cette fois pour « exhibition sexuelle » dans l’église de la Madeleine.

Alors que les profanations de cimetières, d’églises, de vols d’objets de culte et même d’ornements funéraires se multiplient – sans compter les vols de dons de fidèles, comme on pouvait encore le lire ce matin sur Le Figaro.fr –, les médias et la sphère politique semblent bien indifférents, par complicité, laïcité mal placée ­— et surtout mal comprise — ou par peur des répercussions électorales, à la menace récurrente qui pèse aujourd’hui sur la possibilité de chacun d’exercer sa religion en toute quiétude dans un pays dit de libertés, et surtout au maintien du respect du sacré.

Face à cette montée du non-respect de la religion dans la société, avec la bénédiction du milieu gauchisant, où une sorte de « droit au blasphème » semble s’être insidieusement instauré, faut-il, aujourd’hui, rétablir comme en 1814 un « délit de blasphème », que certains cadres de la religion musulmane demandent depuis quelques temps, afin de rétablir, sinon une conscience religieuse, du moins un respect du sacré au nom de la liberté de conscience et d’expression ? Si oui, quelles pourraient en être la définition, les clauses ?

À noter qu’en France, et ce depuis la Révolution, la notion de délit de blasphème n’existe plus, exception faite de l’Alsace-Moselle qui échappe à la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905, du fait que cette région a fait partie de l’Empire allemand jusqu’à la Première Guerre mondiale.

C’est à vous !

A propos de Louis Landais

Louis Landais
Etudiant, passionné d'histoire et des Humanités en général.

34 commentaires

  1. Quelle bande d’attardées… Je les insulte, c’est de l’irrespect, ne pas bien se comporter dans un lieu religieux sacré, ça en est aussi. Je ne fais qu’imiter leur bêtise infinie que je ne comprendrais surement jamais !
    Le rétablir peut être une solution, à essayer donc.

  2. Personnellement, je pense que oui. Il y a trop d’irrespect envers les lieux de cultes, surtout ceux qui sont catholiques. Cependant, il faut faire attention à ne pas créer de continuum entre critique d’une religion et le blasphème comme c’est le cas pour l’Islam.

  3. Non!

    Bien que je déteste ce qu’elles ont fait ( et que je les déteste à titre personnel), et comme c’est dit dans un commentaire plus haut, c’est la porte ouverte aux dérives: à l’instar des lois sur « les actes antisémites » où on en vient au final à faire du chantage politique au lieu de s’en prendre à des racailles écervelées ce delit de blasphème dériverait sur des atteintes à la liberté d’expression. Ainsi toute personne qui voudra simplement faire la critique d’un dogme, gentiment ou de manière virulente, même sans blesser quiconque, se verrait déférée dans un tribunal.

    Or, tout est criticable: laïcité, religion, franc-maçonnerie, islam, repentance, extrême-droite, extrême-gauche, écologie). Aussi une critique n’est démontable que par une autre critique qui puisse déconstruire et formuler un raisonnement cohérent en contrepartie.

    • @Florian, je comprends ce que vous voulez dire. Moi aussi je suis opposé à ce continuum entre le blasphème et la critique de la religion. Mais quelqu’un d’intelligent doit être capable de faire cette différence entre injures, violences et la critique.

      • Tout à fait! Mais encore une fois croire qu’une nouvelle loi peut résoudre un problème sociétal c’est se tromper. De même prononcer la dissolution d’un groupe est contre-productif, puisque d’une il va basculer dans la clandestinité et devient incontrôlable et de deux on finit par lui donner raison.

        La solution est plutôt simple, si on réfléchit bien: appliquer la loi! Le vandalisme est, il me semble, sévèrement puni par la loi. Qu’on l’applique.

      • Bien sur mais pour ça, il faut le demander à la Justice.

  4. Christopher Lings

    Cela peut paraître inconcevable pour un laïque républicain mais moi, je suis attaché au sacré et je ne résume pas la France à la République, comme pourraient le faire certains.

    Alors oui pour le délit de blasphème. D’autant qu’à chaque fois, derrière le mot « liberté », il y a une escroquerie. La liberté n’existe pas sans l’ordre et sans morale. Sinon, c’est la liberté de tous contre tous. Le renard libre dans le poulailler libre…

    La France est chrétienne dans ses racines, dans son identité, dans ses valeurs. Et ce laïcisme revendiqué fièrement par certains « patriotes » est ce qui nous tue le plus depuis des décennies. Les Femen en sont la parfaite illustration, bien qu’il en existe beaucoup d’autres bien plus graves.

    • Donc pour toi il faut obliger les gens à aller dans un lieu de culte… Si je comprends bien?

      Tu m’excuseras, mais je te renvoie aux études de Raphaël Liogier. La laïcité, c’est quoi? C’est une séparation entre le pouvoir et la religion. Pourquoi ça été décidé ainsi? Parce que derrière leurs petites moralines les religieux cherchaient à tout contrôler, si bien qu’ils finissaient par tout abêtir sur leurs passages ( sans parler de Giordano Bruno brûlé vif sur un bûcher, prenons Nietzsche qui l’explique très bien…et qui n’était pas un antichrétien quoiqu’on en dise). Seulement, pour reprendre Liogier, un état laïc se dit incompétent pour traiter les affaires religieuses! Or, aujourd’hui, ceux qui se réclament de la laïcité sont des anticléricaux bobos ou gauchos qui vivent dans des Tours de Verre.

      L’autre souci est que pas grand monde ne comprend que lorsqu’on parle de racines Chrétiennes, judéo-chrétiennes, islamiques, ou autres, c’est sous angle civilisationnel et non pas religieux.

      Non, ce qui nous tue depuis des décennies c’est un machin qui s’appelle éducation nationale et qui forme des illettrés avec sa méthode semi-globale.

  5. Continuité de la betise, c’est vrai qu’en montrant leurs seins, ça va tout changer dans ce monde !!!!! j’aimerais bien voir si les hommes demain venaient manifester avec la quequette à l’air ? piuffffff ça devient vraiment du n’importe quoi dans ce pays !!!!

  6. Non , toucher au blasphème est sacrilège ! mais la violation et la profanation de tout lieu de culte doivent être sanctionnées. Aujourd’hui , la critique de l’Islam est sanctionnée et lourdement sanctionnée alors que celle des 2 autres religions monothéistes est permise , comprise ou encouragée. Nos Janissaires Républicains ou Turcs de Profession ont la sanction lourde à ceux qui critiquent Allah et son bouquin ! nous sommes devenus , par notre silence et nos impôts les mécènes de notre servitude !

    • Christopher Lings

      « Aujourd’hui , la critique de l’Islam est sanctionnée et lourdement sanctionnée alors que celle des 2 autres religions monothéistes est permise , comprise ou encouragée. »

      Il va falloir m’expliquer en quoi la critique du judaïsme est « permise, comprise et encouragée »…

    • La critique du judaïsme est aussi sanctionné à cause de la loi Gayssot-Fabius.

      • Non, c’est la critique de la Shoah qui est sanctionnée. La loi stipule qu’on peut critiquer tous les dogmes: donc j’ai le droit de penser que le christianisme est enseigné de façon débilitante, que le judaïsme est une religion bordélique, que l’Islam est mal foutu, que le Bouddhisme est trop complexe pour les petits bobos, ou que le culte de la secte d’à-côté qui consiste à aduler un poisson rouge tient de la connerie pure ( ce que j’ai tendance à penser je vous l’avoue, et pourtant je ne suis pas anticlérical). Mais la loi dit qu’on est tenu de ne pas offenser l’intégrité des croyants ( ce que ni les Femen, ni Riposte Laïque, ni le Bloc Identitaire, ni les petits cons qui caillassent des églises, ni certains rabbins qui se croient être les tenants de la religion supérieure, ne sont capables de faire!)

  7. La provoc’ stupide des Femen entraîne chez moi une envie furieuse de ne surtout pas chercher à en savoir plus sur un éventuel discours qu’il y aurait derrière (pourtant je suis d’une nature curieuse), et je pense que nombreux pensent comme moi !

  8. Je propose de fonder une milice ultra-catholique pour « nettoyer » cette vermine de la surface de la Terre.
    Complice y compris. On se sera sûre du résultat.
    On ne touche pas à la religion! Surtout de cette manière là.
    Ce monde putride va nous rendre génocidaire!!

  9. Il y’ a un respect de la sphère sacrée à préserver. Je ne suis pas pour le délit de blasphème, s’il s’agit de condamner ceux qui nient l’existence de Dieu. Pas plus s’il s’agit de condamner les caricatures. Je ne voue que du mépris à l’égard des Piss Christ et rôles de prêtres pédophiles au cinéma, mais je reste attaché à la liberté d’expression. Demain, si on va sur ce terrain là, ça va certainement se retourner contre nous qui condamnons les attaques à la liberté de parole. On reparlera de « dérapages » etc. Évidemment par contre les profanations ne doivent être l’occasion d’aucune indulgence.

    Par ailleurs, comme tout le monde, je remarque les deux poids deux mesures: les Identitaires qui montent sur une mosquée en construction sont condamnés par tout le tribunal médiatique alors qu’ils manifestaient sans rien abîmer; les Femen saccagent une Église et s’exhibent à l’intérieur, on leur reproche un peu les méthodes mais on leur fout royalement la paix sur leurs motivations.

  10. Merci beaucoup à YVES l’abrutissement je connaissais, l’imbécillité aussi, mais à un tel niveau non !!! Je vous tire mon chapeau !

Revenir en haut de la page