samedi, 22 juillet, 2017

La famille est la graine de notre renouveau

La nation étant réduite à la soumission, il est temps pour l’Empire de passer à l’étape supérieure, de s’attaquer à la dernière structure qui fait encore rempart au monde marchand, nihiliste et libertaire : la famille.

Bien que cette dernière soit déjà bien fragilisée par le divorce de masse et sa désacralisation, celle-ci résiste, tant bien que mal, aux multiples offensives visant à l’anéantir pour de bon. Il faut dire qu’elle est attaquée de toutes parts. Après le « mariage pour tous », désacralisation totale de son essence, la société de consommation et de dépravation des valeurs pousse aujourd’hui au libertinage et à l’infidélité.

À travers des moyens de communication des plus sophistiqués, nos cerveaux sont aujourd’hui envahis – assiégés, devrait-on dire – par le Malin qui, en permanence, nous tend la pomme comme il l’a tendu à Ève au temps révolu du Jardin d’Éden. Partout, dans les publicités, les films, les séries télévisées, est mis en avant un modèle de société basé sur le culte de la chair et l’absence des valeurs traditionnelles. La nudité, la vulgarité, l’infidélité, le libertinage, l’homosexualité sont de plus en plus banalisés.

Simple exploitation commerciale des faiblesses humaines ? Pas seulement, il s’agit aussi de promouvoir un système et, par ce biais, de remplacer l’ancien. À travers cette propagande quotidienne, c’est la famille qui est directement attaquée pour ce qu’elle représente : la dernière structure, la dernière cellule offrant une résistance frontale au modèle libéral-libertaire.

Récemment dans le métro, des affiches publicitaires invitent à l’infidélité. Celle-ci est proposée, de manière directe, comme quelque chose d’agréable, de banal et sans conséquences. Renforcée par l’omniprésence du libertinage dans nos petits et grands écrans, cette campagne entend bien profiter de la faiblesse des plus faillibles. Mais aussi, en plus de faciliter la tentation pour les moins vertueux, elle installe un doute chez ceux qui, justement, le sont : « Il est 18h. Où est votre femme ? » De manière très pernicieuse, elle fait régner un climat pesant de décadence des valeurs et de perversion générale des mœurs.

En plus de s’attaquer à la famille sur le terrain sociétal, en banalisant l’homosexualité et en dénaturant le mariage homme-femme, le système s’en prend directement à nos cerveaux en nous inondant, par la télévision, le cinéma, la publicité, des images qu’il voudrait nous rendre familières : nudité, vulgarité, libertinage, consommation, nihilisme… Ce climat pensant pousse certains à la transgression, et instaure un doute permanent chez les autres, les fragilisant dans tout ce qui leur reste : leurs valeurs et leur famille.

La famille, voilà bien une chose sur laquelle nous avons un contrôle direct. Si la lutte pour le salut du pays se mène à grande échelle, celle pour la sauvegarde de notre famille a lieu au niveau de l’individu, et est donc plus accessible. Nous nous devons de préserver la dernière structure qui nous sépare, nous protège de ce système décadent. Sauvons la famille traditionnelle en la renforçant des valeurs chrétiennes qui lui sont associées. Accrochons-nous à ces valeurs et à ce qui nous est cher. Transmettons-les afin que jamais elles ne disparaissent. Soyons, dans nos familles, tout autant de poches de résistance à ce monde hostile.

Soyons les graines d’un renouveau tant espéré. Foi, valeurs, famille, patrie !

Christopher Lings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.
Revenir en haut de la page