Pierre Hillard : « Le régionalisme entraînera la mort de la France »
Pierre Hillard.

Pierre Hillard : « Le régionalisme entraînera la mort de la France »

Pierre Hillard est un essayiste français, docteur en science politique. Il est connu pour ses analyses du mondialisme ainsi que du processus de destruction des nations dans le but d’instaurer un gouvernement mondial. M. Hillard a répondu à nos questions suite aux déclarations de François Hollande, lors de sa conférence de presse du 14 janvier dernier, sur la diminution du nombre de régions. Un régionalisme à marche forcée dicté par l’Union Européenne et l’Allemagne…

Dans sa récente conférence de presse, le chef de l’État a fait part de sa volonté de diminuer le nombre de régions, tout en augmentant leur taille et leur puissance. Comment recevez-vous ce projet ?

PH : L’idée n’est pas nouvelle. Déjà, en 2009, le rapport Balladur avait lancé un projet similaire. Le président Hollande veut, apparemment, procéder à une refonte des frontières régionales françaises. En dehors de la modification territoriale, il est difficile de savoir quelles compétences nouvelles seront attribuées à ces régions. Pour le moment, aucune information n’a filtré de l’Elysée. On peut, cependant, être sûr que ces blocs régionaux vont acquérir tôt ou tard des prérogatives supplémentaires car c’est la finalité du projet. Suis-je étonné d’une telle annonce … bien sûr que non. Elle n’est que la conséquence d’un long travail fait en amont dans le cadre de l’Union européenne. Celle-ci s’inspire du travail fait en coulisses par l’Allemagne.

Peut-on y voir une tendance à tendre vers le modèle allemand des Länder ?

minorites et regionalismes

Cliquer pour commander

L’Union européenne est le diffuseur des principes régissant la spiritualité politique allemande : régionalisme ethnique et technocratique dans un cadre fédéral. Le principe régionaliste a toujours été prégnant depuis l’existence de la CEE puis de l’UE. Il a vraiment décollé avec l’adoption du Traité de Maastricht (1992) instituant le principe du fédéralisme. J’explique tout cela d’une manière détaillée dans mon livre « Minorités et régionalismes ». Grâce aux travaux du professeur en science politique, Rudolf Hrbek[1], nous savons que les préparatifs ont vraiment commencé en 1987 : « Le point de départ de cette nouvelle série d’initiatives fut la résolution de la Conférence des Ministres-Présidents d’octobre 1987 à Munich, où il fut fixé comme objectif « une Europe à structure fédérale ». Deux plus tard, les Ministres-Présidents des Länder créèrent un groupe de travail de leurs chancelleries d’Etat en lui commandant un rapport sur la position des Länder et des régions face aux développements futurs de l’Union européenne. Remis aux Ministres-Présidents en mai 1990, ce rapport détaillé, contenant des propositions concrètes pour une révision des traités régissant la Communauté, comprenait quatre points principaux : introduction du principe de subsidiarité, modèles pour la participation des Länder et des régions aux travaux du Conseil des ministres, création au plan communautaire d’un Organe spécial, possibilité pour les Länder et les régions d’intenter en tant que tels des actions auprès de la Cour de Justice européenne. Ces revendications furent soutenues par deux résolutions : l’une des Ministres-Présidents du 7 juillet 1990 et l’autre du Bundesrat du 24 août 1990. La résolution du Bundesrat demandait en outre au gouvernement fédéral de faire participer les Länder aux travaux (y compris les travaux préparatoires) de la Conférence gouvernementale et à l’élaboration des positions qui seraient adoptées par les négociateurs allemands. Le gouvernement fédéral répondit favorablement à cette demande des Länder : ce n’est que durant les négociations finales à Maastricht que les chefs d’Etat et de gouvernement restèrent seuls avec les ministres des Affaires étrangères. Dans la phase préparatoire, au contraire, les Länder et le gouvernement fédéral collaborèrent de façon très étroite. »

Tous ces travaux se sont associés à une multitude de rapports et textes en tout genre élaborés au sein d’instituts comme l’Assemblée des Régions Frontalières Européennes (ARFE, institut européen, en fait allemand), l’Assemblée des régions d’Europe (ARE) ou le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux d’Europe (CPLRE). Les Commissions de l’ARE et du CPLRE dans les années 1980 et 1990 étaient occupés par des Allemands travaillant en liaison permanente avec des Catalans, des Basques, des Friouls-Vénitiens, des Galiciens ou des Flamands. Ce travail a permis d’élaborer des mesures favorisant le régionalisme, l’ethnicisme et la promotion de la coopération transfrontalière afin de faire disparaître les frontières étatiques au profit d’eurorégions. Ces dernières ont pour vocation de réunir des régions de part et d’autre des frontières devenues obsolètes. C’est un remodelage complet des structures internes des pays européens qui est en cours. Ajoutons que le décollage véritable de la régionalisation s’appuie sur la recommandation 34 (1997) du rapporteur allemand Peter Rabe, député du Land de Basse-Saxe, à l’époque dirigé par Gerhard Schröder. C’est ce document qui propulse le principe régionaliste dont la finalité est de donner aux collectivités régionales un poids économique, fiscal, administratif, etc. complet en contournant l’autorité nationale au profit d’un dialogue direct avec Bruxelles et ses lobbies. Si le processus va à son terme, c’est la mort de la France comme de tous les États européens. Dans cette affaire, François Hollande et ses ministres ne font que suivre une feuille de route élaborée depuis longtemps.

C’est le retour de baronnies dans le cadre d’un Saint-Empire romain germanique élargi à l’échelle de l’Europe.

Enfin, peut-on parler, comme l’évoquait l’un de nos contributeurs récemment, d’un retour à la féodalité dicté par Bruxelles ?

C’est exactement cela. C’est le retour de baronnies dans le cadre d’un Saint-Empire romain germanique élargi à l’échelle de l’Europe. Nous avons et nous aurons de plus en plus des potentats locaux qui seront cajolés par les lobbies et toutes les représentations étrangères planétaires présents à Bruxelles. On imagine sans peine les magouilles en tout genre. D’autant plus que la Commission européenne saura jouer des rivalités entre régions pour abaisser les protections sociales. C’est la région dite « la plus compétitive » qui sera la mieux vue. Déjà, on évoque des smics régionaux. Il va de soi aussi que les remboursements médicaux ou soins dentaires seront tirés vers le bas dans le cadre d’un mondialisme oeuvrant en faveur d’une gouvernance mondiale. N’oublions pas que le processus de régionalisation va de pair avec l’instauration d’un marché transatlantique. C’est lié. Il faut détruire les Etats pour laisser la place à une multitude de régions qui n’offriront aucune résistance aux produits et aux normes venant d’outre-Atlantique. Si le président Bill Clinton, recevant en 2000 la plus haute distinction euro-fédéraliste, le Prix Charlemagne, a prôné la régionalisation de l’Europe, ce n’est sûrement pas l’effet du hasard. Nous sommes engagés dans une spirale. Malheureusement, les Français dans leur grande majorité n’ont pas compris la finalité de cette politique. Sauf miracle (et j’y crois), il ne faut pas oublier l’enseignement de l’histoire qui rappelle que la nature élimine les êtres et les États qui ne perçoivent pas les dangers mortels.

Propos recueillis par Christopher Lings

[1] Documents, revue des questions allemandes, Janvier-Février-Mars 1998, Paris.

Faire un don via Paypal ou par chèque

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 9.9/10 (32 votes pris en compte)
Pierre Hillard : « Le régionalisme entraînera la mort de la France », 9.9 sur 10 basé sur 32 ratings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim, Présent.

5 commentaires

  1. Bonjour,
    Denis, novice en politique, 59 ans, de Bellegarde (30127) près de Nîmes – militant DLR hyper motivé depuis peu, « futur élu municipal et communautaire avec investiture DLR »- Gaulliste social.
    Ayant lu votre article avec attention et stupéfaction, plusieurs questions s’imposent à moi: A quoi est due en France, la prise de conscience tardive seulement d’une frange de la population ? Je vous cite: « Le principe régionaliste a toujours été prégnant depuis l’existence de la CEE puis de l’UE. Il a vraiment décollé avec l’adoption du Traité de Maastricht (1992) instituant le principe du fédéralisme ».
    N’est il pas trop tard pour inverser la tendance ? Et si non, comment selon vous devons nous procéder ?!
    Dans l’attente de votre précieuse réponse, recevez mes amitiés Gaullistes et républicaines.

      

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (3 votes pris en compte)
    • L’endormissement des Français est entièrement du à la honteuse propagande médiatique Française, détenu en majorité par la Banque Lazare et Rothschild (Anglo-Américain et Sioniste) et par le marchand d’arme Lagardère associé aux Allemands au sein de EADS. C’est à un point que l’ « extrême droite » appelle ça les « troupes d’occupation mentale ».
      Vous devriez vous renseigner sur les raisons profondes de certains conflits comme le Rwanda, la Yougoslavie, l’Irak, la Libye et surement d’autre encore… tout est entièrement faux dans ce que les médias nous raconte. Les chinois appellent ça Total Warfare, la guerre sans limite, ça commence en donnant aux gens une infos de propagande et aussi par les agressions économiques.

      François Asselineau de l’UPR a extrait des citations de dirigeants Européistes qui déclarait qu’il fallait gouverner l’UE par le despotisme éclairé (invention des lumières), et c’est exactement comme ça qu’ils procèdent: toujours mettre les gens devant le faite accompli et les préparer à l’accepter en leur lavant le cerveau.
      D’une façon où d’une autre ils tiennent nos dirigeants par les couilles pour qu’ils acceptent ça.
      Le régionalisme n’a vraiment commencé en France qu’au début des années 2000, je vais souvent en Savoye et on s’est mis à voir de plus en plus de drapeau Savoyard aux fenêtres à partir de la, ils procèdent partout de la même façon, ils engagent des mecs pour démarcher leur voisin en chargeant l’état Français (ou autre) jusqu’à ce que tout le monde soient bien endoctriné et ensuite ils font en sorte que le mécontentement virtuellement provoqué soient bien visible avec des signes extérieurs manifestes comme les drapeaux régionaux. Il me semble que la charte des langues régionales qui va entre autre contribuer à ressusciter l’occitan et expandre les locuteurs de dialectes régionaux est entré en vigueur dans ces eaux la. Certain état sont bien plus avancer que le notre, le méchant jacobinisme avait bien lissé les appartenances régionale comme c’était prévu. A terme, au bout du processus, la France n’aura plus de débouché Méditerranéen, ce sera l’Occitanie et nous on ne sera plus une grande puissance.
      C’est vrai que de toutes les nations existantes, l’Allemagne sera la seule à s’agrandir et à gagner en puissance, mais si l’idée est d’eux depuis des siècles, sa remise en application est Américaine, il est prouvé que la fondation Rockfeller finance certains séparatismes européens, dont 2 en France, dont les Bretons qui commencent à s’énerver et à utiliser les techniques de guérillas urbaines que Soros utilise dans ses révolutions colorées. Vous comprenez maintenant pourquoi le traitre Sarkozy a fait supprimer le crime de haute trahison du code pénal ? Collusion en vu de cédé tout ou parti du territoire à une puissance étrangère, il y avait marqué dans cet article !
      Je vous renverrai bien vers l’interview d’adieu de Mitterrand: nous sommes en guerre et les Français l’ignorent…

        

      VA:F [1.9.22_1171]
      Avis: 3.0/5 (2 votes pris en compte)
  2. La france a été achevée en 1940.
    Ecrasée par les Allemands, piétinée par les Américains.
    Ne reste aujourd’hui que le jouet d’ Israel.

      

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 5.0/5 (12 votes pris en compte)
  3. Seul moyen de sauver ce qui peut l’être : un retour à un nationalisme pur et dur!
    J’aurai aimé parlé simplement de patriotisme, mais dans une nation en décomposition
    cela ne suffira pas.

      

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)
  4. Les patriotes francais oublient ou feignent de l’oublier une chose, la france n’existait pas la bretagne, le pays basque et autres existait bien avant avec leur territoire distinct, leur langues…. Pour parler de la bretagne, 1000 ans d’indépendance mais ca les patriotes francais l’oublient bien évidement, Peux etre que la veneanc salutaire est un plat qui se mange froid….Vous voulez régler les problemes alors détruisez la secte jacobine et républicaine.

      

    VA:F [1.9.22_1171]
    Avis: 0.0/5 (0 votes pris en compte)

Laisser un commentaire

Revenir en haut de la page