samedi, 27 mai, 2017

Marine Le Pen s’attaque aux journalistes : est-ce vraiment une bonne stratégie ?

Changement de stratégie pour Marine Le Pen ? A l’habitude très calme et sereine face aux journalistes, la présidente du Front National s’est montré dernièrement particulièrement tenace, répondant à l’hostilité journalistique par de l’agressivité. Au-delà de ces joutes verbales qui font de l’audimat et cartonnent sur la toile, est-ce vraiment là une bonne stratégie pour la candidate à l’élection présidentielle ?

Péripéties d’un durcissement de ton

► 15/01/12

Tout à commencer, semble-t-il, le 15 janvier par l’accrochage ayant eu lieu dans Dimanche + avec la journaliste Anne-Sophie Lapix. Cette dernière aurait, selon les opposants à la frontiste, « donné une leçon d’économie » à Marine Le Pen. Et tous ses confrères de caste, Stéphane Guillon en tête, de saluer son acte.
Seulement voilà, quoi qu’on pense de ce débat s’articulant autour du programme économique du FN, la démarche de Lapix était loin d’être neutre et objective. Cette dernière l’a confié elle-même en parlant « d’angle d’attaque » pour qualifier sa posture. De plus, en s’attaquant si obstinément au seul programme chiffré de la campagne pour le moment, elle sert indirectement (ou directement ?) les intérêts du système. De quoi, et on la comprend, agacer Marine Le Pen qui a, depuis, nettement durci le ton à l’égard des journalistes.

► 23/01/12

Quelques jours plus tard, cet agacement se constate sur le plateau du Grand Journal où la candidate du Front National fait face aux méthodes élitistes et méprisantes de Jean-Michel Aphatie.
► 25/01/12

Un agacement donc, qui se transforme bien vite en colère. Sur France Inter, devant la médiocrité des questions qui lui sont posées, Marine Le Pen pousse un coup de gueule : « Le niveau des questions que vous posez, et l’intérêt que vous avez pour des choses dérisoires démontrent qu’effectivement vous participez de cette élite qui est complètement déconnectée de la réalité et des préoccupations des français ! »

► 05/02/12

De retour face à Jean-Michel Aphatie (sur RTL) et ses méthodes toujours aussi partiales et, en l’occurrence, diabolisatrices, la présidente du FN poussée à bout demande à ce dernier de la regarder dans les yeux avant de qualifier ses polémiques « d’ignobles ».

► 07/02/12

Sur le plateau de Capital, elle a également fait remarquer à Thomas Sotto son comportement consistant à l’interrompre sans arrêt.

► 17/02/12

Sur TF1, en plein journal de 20h, Marine Le Pen fait remarquer le déséquilibre qui existe entre son temps de parole et celui du Président de la République. Ainsi, elle refusera de répondre à une question de Claire Chazal, estimant ne pas vouloir gaspiller ce temps à s’exprimer sur ces éternelles polémiques liées à son père.

► 19/02/12

Deux jours plus tard, Marine Le Pen va jusqu’à pousser la chansonnette pour dénoncer les promesses non-tenues de Nicolas Sarkozy et ses effets d’annonce. « Des mots, encore des mots, toujours des mots, rien que des mots » chantonnera-t-elle en roulant les R. Plus sérieuse quelques minutes plus tard, elle interpellera Marc Fauvelle, qui lui avait (une fois de plus) posé une question liée à son père : « Je vois que les petits chatons que vous êtes continuent de courir après les baballes qu’il vous lance. Ca prouve que les choses ne changent jamais vraiment. »

Dans la foulée, sur BFM TV, elle rappellera à Ruth Elkrief, dont la partialité n’est plus à démontrer, à ses devoirs de journaliste objective et neutre : « Vous êtes aveuglée par votre défense de la caste et des élites et cette admiration absolue que vous avez pour Nicolas Sarkozy et que vous exprimez en toutes circonstances. »

► 21/02/12

Rebelote, le 21 février, Marine Le Pen recroise le fer avec les journalistes de France Inter.

► 23/02/12

Enfin, sur le plateau de Des paroles et des actes sur France 2, la candidate du FN, visiblement agacé par ce système politico-médiatique, a refusé de débattre avec Jean-Luc Mélenchon, qui passe son temps à la traiter de fasciste, et à dénoncer les conditions de débat injustes imposées par France Télévision.
Est-ce la bonne stratégie ?

Lorsque l’on constate la haine et le mépris de la caste médiatique à l’égard du Front National et de Marine Le Pen, on comprend très bien les réactions récentes de cette dernière. Lorsque celle-ci tient tête (et avec quelle détermination) à ces journalistes, cela est évidemment plaisant. Mais est-ce vraiment la bonne méthode ?

Car à bien y réfléchir, répondre à de l’hostilité par de l’agressivité ne semble pas vraiment être la solution à conseiller. En effet, y opposer calme et sérénité s’avèrerait bien plus efficace. Tout d’abord, cela ferait, par contraste, nettement ressortir l’agressivité du journaliste. Dans ces conditions, le téléspectateur aura d’autant plus tendance à se ranger du côté de l’agressé. De plus, rester stoïque devant un tel flot d’hostilité a de quoi énerver l’audimat, qui ne rechignerait pas à une bonne remise en place par procuration.

Faire ainsi ressortir l’hostilité et la haine de la caste médiatique aura pour effet immédiat de mettre en valeur sa non-objectivité et sa participation active à ce système auquel elle appartient. Et puis, le calme et la sérénité ne sont-ils pas les qualités naturelles que se doit de posséder quelqu’un qui aspire aux plus hautes fonctions de l’État ?

Enfin, la dernière chose dont le Front National a besoin est de se montrer agressif. Son image étant déjà assez négative dans l’opinion, le parti de Marine Le Pen n’a vraiment pas besoin d’en rajouter, et devrait plutôt s’attacher à mettre en valeur la désinformation dont il fait souvent l’objet.

Même si cela plaît à voir et soulage quelque peu, il n’est décidemment pas bon de se montrer ainsi agressif à quelques mois de la présidentielle. Est-ce là une stratégie de la part de Marine Le Pen ou un ras-le-bol compréhensible à l’égard de cette caste journalistique corrompue ? Quoi qu’il en soit, la présidente du Front National n’a visiblement rien à gagner à poursuivre sur cette voie.

Christopher Lings

A propos de Christopher Lannes

Christopher Lannes
Directeur de publication du Bréviaire des patriotes. Journaliste indépendant TV Libertés, Ojim.
Revenir en haut de la page